•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joey Saputo veut un redressement majeur de l'Impact

Joey Saputo en conférence de presse
Joey Saputo Photo: Radio-Canada / Michel Gingras
Radio-Canada

Joey Saputo est un propriétaire déçu de son organisation. Sept ans après l'entrée de l'Impact en MLS, l'équipe se fait lentement dépasser par la concurrence sur le plan des affaires. Il est déterminé à redresser le navire.

Un texte d’Antoine Deshaies

« Je suis déçu de mon organisation, parce qu’on n’est pas au niveau où l’on devrait être, a dit Joey Saputo dans une table ronde médiatique de près de deux heures vendredi. On doit rattraper le reste de la ligue, sans quoi ce sera une mort lente. On doit se réinventer pour obtenir de meilleurs résultats. »

Le président affirme que l’équipe perd environ 12 millions de dollars par année depuis son entrée en MLS. Ironiquement, c’est lorsque le stade Saputo était le plus rempli que l’équipe a perdu le plus d’argent, 15 millions, en 2015.

L’investissement Didier Drogba a rapporté beaucoup de visibilité, mais pas de profits.

Le président est toutefois catégorique. Il ne veut pas vendre l’équipe ni la déménager, même s’il estime qu’une équipe de MLS vaut environ 180 millions. Il est toutefois ouvert à l’idée d’accueillir de nouveaux investisseurs.

La responsabilité est partagée par toute l’organisation, à commencer par le président lui-même, principal fil conducteur des 25 ans de l’équipe.

On doit changer notre façon de gérer l’équipe, je dois changer ma façon de gérer. J’ai souvent pris des décisions personnelles plutôt que des décisions d’affaires. Je dois pouvoir prendre du recul et moins gérer au quotidien. Je dois travailler sur ça.

Joey Saputo, président et propriétaire de l'Impact

Le président reconnaît aussi que des erreurs ont été commises lors de l’accession de l’équipe à la MLS. L’amour du soccer du public montréalais a peut-être été surestimé. Le plan marketing aurait pu être plus dynamique.

Le Bleu-blanc-noir a aussi sous-estimé l’expansion et la progression fulgurante de la MLS.

Je ne pensais pas en entrant dans la MLS que la ligue serait rendue où elle est en 2018 avec des stades de 200 millions de dollars. Ça va plus vite qu’on pensait et on doit s’ajuster.

Joey Saputo

Les revenus, le nerf de la guerre

Joey Saputo ne veut pas abaisser les dépenses annuelles de l'équipe, qu’il estime à 45 millions, dont 20 en masse salariale pour les joueurs, le septième total de la ligue. Pourtant, les revenus à la billetterie placent l’Impact au 18e rang sur 23 équipes.

Il faut donc augmenter les revenus de façon considérable.

Cette saison, l’Impact a vendu 9000 abonnements, 4500 de moins que la moyenne de la MLS. Il tient à rejoindre cette moyenne.

De plus, le billet moyen pour un match coûte 10 $ de moins que le prix moyen de la ligue. Avec 350 000 billets par année, le club montréalais estime qu’il y a 3,5 millions de dollars à récupérer en haussant le prix de certains billets.

Le propriétaire évalue qu’un match à domicile rapporte environ 500 000 $. C’est le quart des recettes d’Atlanta United, par exemple. Les revenus de droits de télévision ne représentent que 103 millions pour l’ensemble des 23 équipes de la MLS.

L’Impact songe donc à rénover son stade en investissant 50 millions pour construire des loges qui généreraient beaucoup d’argent. L'équipe cite l’exemple de la Juventus de Turin en Italie. Dans son stade, 10 % des billets les plus chers totalisent 80 % des revenus de la billetterie.

Le compte d’impôts fonciers remis en question

Les plans pour la rénovation du stade sont pour l’instant remis à plus tard. Joey Saputo estime que l’opération ne serait pas rentable parce que le cadre fiscal de l’Impact avec la Ville de Montréal n’est pas avantageux, selon lui.

Il paie environ deux millions de dollars par année en taxes municipales pour le stade Saputo et le centre d’entraînement situé sur le site de l’ancienne caserne Letourneux. Dans les deux cas, l’Impact n’est pas propriétaire des terrains.

Le stade SaputoLe stade Saputo Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Joey Saputo a investi 16 millions de dollars pour construire le centre d’entraînement, mais seule la bâtisse, acquise au coût de 1,6 million lui appartient. Les terrains de soccer sont la propriété de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Si j’investis dans le stade, qui ne m’appartient pas, je devrai payer plus d'impôts fonciers et ça ne vaudrait pas la peine. On paie 2 millions de dollars de taxes municipales par année pour un stade dans lequel j’ai investi 60 millions de dollars lors de la construction. Le stade Saputo ne m’appartient pas. Historiquement, les bâtiments sur les terrains de la RIO (Régie des installations olympiques) ont toujours été exonérés de taxes. Ça fait plusieurs années qu’on dialogue avec la Ville de Montréal, mais il n’y a pas de volonté de régler le problème.

Joey Saputo

La bataille est délicate sur le plan des relations publiques, mais Joey Saputo estime que sa cause est juste. Il a d’ailleurs rencontré la mairesse Valérie Plante la semaine dernière.

Par courriel, l’attachée de presse de Valérie Plante, Geneviève Jutras, affirme que la Ville poursuit sa collaboration avec l’Impact dans ce dossier. Elle ajoute que « le club détient un bail emphytéotique avec la RIO pour le stade Saputo et qu’il doit payer les taxes municipales. Les taxes s’appliquent également pour le centre d’entraînement de l’équipe au parc Champêtre ».

Joey Saputo doit livrer la guerre sur plusieurs fronts.

Soccer

Sports