•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La W Series, « une très bonne occasion pour les filles »

Elle tente un dépassement.

Valérie Limoges lors d'une épreuve de la Coupe Nissan Micra

Photo : Coupe Nissan Micra

Radio-Canada

« Enfin! J’aurais aimé être un peu plus jeune, et tenter ma chance, lance-t-elle au bout du fil quand Radio-Canada Sports l'a jointe. Pour les filles qui vont y participer, ce sera une très bonne occasion. »

La pilote québécoise de 34 ans est passée par toutes les étapes pour gravir les échelons, et par toute la gamme des émotions.

Elle a tenté sa chance en Europe, en karting puis en formule Renault, au début des années 2000. Elle est revenue en Amérique du Nord en catégorie tourisme et a participé en 2007 aux 24 heures de Daytona.

Puis, lorsqu'elle était pilote officielle de la marque Ford, son contrat n'a pas été renouvelé faute de budget. Elle a décidé d'arrêter la compétition et de se lancer dans l'immobilier.

Valérie Limoges pose devant sa voiture lors d'une épreuve de la Coupe Nissan Micra.

Valérie Limoges lors d'une épreuve de la Coupe Nissan Micra

Photo : Coupe Nissan Micra

Valérie Limoges a recommencé à vivre sa passion. Elle participe maintenant à la Coupe Nissan Micra. Elle est devenue fin août la première femme à gagner une épreuve de la série, à laquelle elle participe depuis sa création en 2015.

Tout comme sa bonne amie Valérie Chiasson, elle attend d'en savoir plus sur la structure de ce nouveau championnat féminin. Elle espère que la W Series aura les reins suffisamment solides pour faire passer le talent avant le porte-monnaie.

« On sait que dans la course automobile, trouver des sous, c’est toujours un problème, rappelle-t-elle. Si j’ai bien compris, le championnat sera commandité, donc les gens n’auront pas à apporter du budget pour y participer. Ils vont pouvoir sélectionner les meilleures filles du moment. Les meilleures vont pouvoir y participer, et non seulement celles qui ont le plus de sous. »

C'est le but de la W Series, et sa philosophie est d'offrir une plateforme aux femmes pilotes pour progresser et atteindre ensuite le plus haut niveau.

« Il y a des femmes qui sont capables de courir contre les hommes à un très haut niveau. C’est juste qu’il n’y en a pas beaucoup, note-t-elle très justement. Avec ce championnat, on va peut-être être capable de cerner quelques très bonnes pilotes qui vont pouvoir aller se battre et battre les hommes. »

Avec l’encadrement que ces filles-là vont avoir, c’est réaliste de penser qu’une femme performera ensuite au plus haut niveau. Et avec la publicité, ça peut être un bon tremplin.

Valérie Limoges

Tout dépend du processus de sélection

Valérie Limoges a vu à quel point les championnats européens de karting regorgent de filles pilotes de talent.

« Je sais qu’en Europe, il y a du très bon calibre. Et il y a des femmes qui ont du budget pour rouler. J’ai couru en karting en Europe, et le niveau est très élevé. Si la sélection est stricte pour le championnat, insiste-t-elle, c’est sûr qu’ils vont trouver des filles qui ont un très bon talent. »

Valérie Limoges est du même avis que l'ancien pilote de F1 David Coulthard, qui donne son appui à la W Series.

Je crois que ce championnat va casser le "plafond de verre". On voit déjà des filles essayeurs en F1, il est grand temps qu’il y en ait une qui participe au championnat, ce serait vraiment formidable.

Valérie Limoges

« Et ça va aussi encourager les autres, car comme il n’y en a pas encore, certaines se découragent », a conclu la pilote québécoise.

Ces dernières années, Maria de Villota (2011, 2012) et Simona de Silvestro (2014) ont participé à des essais privés en F1. Dans les 25 dernières années, seules deux femmes ont participé à des séances officielles.

  • En 2014, la Britannique Susie Stoddart, engagée par Williams, participe à la première séance d'essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne. Sans suite.
  • En 1992, l'Italienne Giovanna Amati, engagée par l'équipe Brabham, participe à trois reprises à des séances de qualification. Sans succès.

Il faut remonter à 1975 pour voir une femme participer à un Grand Prix de F1. L'Italienne Lella Lombardi avait fini 6e du Grand Prix d'Espagne.

Course automobile

Sports