•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe olympique de réfugiés aux Jeux de Tokyo

L'équipe olympique de réfugiés entre dans le stade Maracana à la cérémonie d'ouverture.
Une équipe de réfugiés a pris part aux Jeux olympiques pour la première fois, à Rio, en 2016. Photo: Getty Images / AFP/Pedro Ugarte
Radio-Canada

Il y aura une équipe olympique de réfugiés aux Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. Cette décision a été prise mardi par les membres du Comité international olympique (CIO) à leur 133e session à Buenos Aires, en Argentine.

Cette initiative survient après l’engagement pris par le CIO de jouer son rôle pour faire face à la crise mondiale des réfugiés. C'est une nouvelle occasion de continuer à transmettre un message de solidarité et d’espoir à des millions d’athlètes réfugiés et déplacés dans le monde.

Les membres ont demandé à la Solidarité olympique de fixer les conditions de participation et de définir la procédure de sélection de l’équipe en étroite collaboration avec les Comités nationaux olympiques (CNO), les Fédérations internationales de sport (FI), le comité organisateur et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Les membres de l’équipe olympique de réfugiés pour Tokyo seront annoncés en 2020.

« Dans un monde idéal, nous n’aurions pas besoin d’une équipe de réfugiés aux Jeux olympiques, a déclaré le président du CIO Thomas Bach. Mais malheureusement, les raisons pour lesquelles nous avions initialement créé une équipe olympique de réfugiés avant les Jeux de Rio 2016 sont toujours d'actualité. Nous ferons tout notre possible pour accueillir des athlètes réfugiés et leur donner un foyer et un drapeau au village olympique à Tokyo. »

Le moment était historique à Rio lorsqu’une équipe composée de réfugiés a participé pour la toute première fois aux Jeux olympiques. Lors du défilé à la cérémonie d’ouverture, deux nageurs, deux judokas, un marathonien et cinq coureurs de demi-fond, originaires d'Éthiopie, du Soudan du Sud, de Syrie et de la République démocratique du Congo, sont instantanément devenus des modèles pour les 68,5 millions de réfugiés et personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, et de véritables ambassadeurs mondiaux des valeurs de l’olympisme.

Sports