•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michael McCarron soumis au ballottage par le Canadien

Michael McCarron

Michael McCarron a joué 69 matchs avec le Canadien

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Radio-Canada

Pour la première fois depuis qu'il a été repêché par le Canadien au premier tour en 2013, l'attaquant américain Michael McCarron devra passer par le ballottage. Hunter Shinkaruk, Byron Froese, Rinat Valiev et Brett Lernout ont subi le même sort, mardi.

Un texte de Michel Chabot

Jusqu'à la fin de la saison dernière, le CH pouvait renvoyer McCarron dans la Ligue américaine sans l'exposer.

Le costaud centre de 23 ans, 25e choix au total en 2013, pourra cette fois être réclamé par toutes les autres formations de la Ligue nationale sans que le Tricolore reçoive de compensation pour ses services.

« Avec les gars qui restent, on ne pouvait pas lui trouver une place », a déclaré l'entraîneur-chef Claude Julien.

McCarron a joué 69 matchs à Montréal depuis le début sa carrière. Il a inscrit deux buts et huit mentions d'aide.

Plus tôt mardi, Nick Suzuki, Joel Ward, Michal Moravcik et David Sklenicka ont été retranchés par le Tricolore.

Ouellet poursuit son séjour

Avec les départs de Valiev et de Lernout, Xavier Ouellet est l'un des neuf défenseurs toujours au camp, à une semaine du début de la saison.

Le Québécois de 25 ans se rapproche de son objectif de décrocher un poste avec le grand club, mais ne tient rien pour acquis.

« Je l’ai vécu dans les dernières années, à Détroit, ce n’est jamais vraiment acquis. Tu compétitionnes tous les jours, a-t-il dit. Je suis content d’être ici et d’avoir d’autres occasions de montrer ce que je peux faire. »

Julien se réjouit par ailleurs de la qualité des défenseurs, comparativement à pareille date en 2017.

« Ce qui est moins inquiétant cette année, c’est qu’on a beaucoup de gauchers qui sont capables de jouer à la droite, a déclaré l'entraîneur-chef. Reilly, Benn et Schlemko sont capables, Simon Després le fait aussi. Alors, ce n’est pas un casse-tête de dire qu’on va garder celui-ci parce qu’il peut jouer à droite et que celui-là ne peut pas. C’est une question de garder les sept ou huit meilleurs défenseurs, peu importe qu’ils soient gauchers ou droitiers. »

Est-ce à dire que la défense sera meilleure cette année que l'année dernière? Les prochains mois offriront plus de réponses à cette épineuse question.

Hockey

Sports