•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Richard Pound soutient la décision de l'AMA dans le dossier russe

Richard Pound
Richard Pound a été le président fondateur de l'AMA. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'Agence mondiale antidopage (AMA) reçoit un appui inattendu dans la foulée de sa décision controversée de lever la suspension de la Russie : celui de son ancien président Richard Pound.

L’avocat canadien, qui n’a pas l’habitude de mâcher ses mots lorsqu’il s’agit de dopage, croit que la décision de l’AMA permettra de faire progresser des centaines de dossiers liés à des athlètes russes soupçonnés d’avoir triché.

Pour Pound, l’accès au laboratoire russe est l’élément crucial de l’entente intervenue cette semaine, un élément qui, rappelle-t-il, n’était pas écrit noir sur blanc dans la feuille de route établie par l’AMA en 2016.

« Cette affaire traînait depuis quatre ans à cause de l’enquête criminelle russe. C’était leur excuse, du moins, a souligné Pound en entrevue avec l’agence Press Association Sport. L’AMA a dit que c’était assez, qu’il fallait poser une limite, et c’est ce que nous avons maintenant avec cette échéance du 31 décembre. »

Nous avons un échéancier avec des sanctions automatiques [si les Russes contreviennent aux exigences]. Je ne sais pas si l’AMA est tombée sur cette entente ou si ça faisait partie de sa stratégie, mais ç’a fonctionné. Et, au bout du compte, je crois que les gens comprendront que c’est une bonne entente.

Richard Pound

Loin de s’insurger contre la décision de l’organisation dont il a été le président fondateur, peine à comprendre que les experts critiquent avec tant de véhémence l’entente conclue par « la seule organisation qui a tenu tête à la Russie ». Pound juge que les échantillons du laboratoire russe pourraient faire condamner de nombreux fautifs.

« Je ne suis pas sûr que les Russes l’ont compris, et j’avais conseillé [au président de l’AMA] sir Craig Reedie d’être tenace et de faire inscrire cet accès à l’entente. Si nous n’avions eu que ce que nous avons demandé dans la feuille de route originale, nous n’aurions jamais pu revenir en arrière. »

Dopage

Sports