•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marie-Ève Dicaire à un crochet de l’objectif ultime

Marie-Ève Dicaire
Marie-Ève Dicaire Photo: Radio-Canada / Jean-Francois Chabot

MONTRÉAL – Il y a deux ans et demi, Yvon Michel avait promis à Marie-Ève Dicaire qu'elle se battrait pour un titre mondial après 13 ou 14 combats professionnels. Voilà que la promesse se matérialise.

Un texte de Jean-François Chabot

Invaincue à ses 13 premiers combats, Dicaire (13-0, 0 K.-O.) se prépare à affronter l’Uruguayenne Chris « El Bombon Asesino » Namus (24-4, 8 K.-O.) pour le titre des super-mi-moyens de la Fédération internationale de boxe (IBF).

Ne reste qu'à déterminer la date et le lieu de ce duel tant espéré. L’IBF a donné aux deux clans jusqu’au 17 octobre pour s’entendre, sans quoi on procédera à un appel d’offres.

S’il n’en tient qu’à Yvon Michel, c’est à Québec, le 1er décembre, que Dicaire aura l’occasion de devenir la première femme du Québec à mettre la main sur une ceinture mondiale en boxe professionnelle.

« Je suis très excitée », a indiqué Dicaire, rencontrée mardi en marge d’un point de presse de GYM pour la promotion de sa série de galas 2018-2019 au Casino de Montréal.

« C’est l’aboutissement d’un rêve de petite fille, explique-t-elle. Et pourtant, on riait de moi quand j’étais jeune et que je disais que je voulais être championne du monde. C’est spécial de savoir que je pourrais être la première Québécoise championne mondiale. J’aimerais être cet exemple pour toutes ces filles d’ici qui pourraient se dire que pour elles aussi, c’est possible. »

Marie-Ève Dicaire parle de sa rivale comme d’une adversaire « atteignable ».

« Je sais que je peux la battre, dit-elle. Ça fait plus d’un an que je suis ses combats parce que les pourparlers d’Yvon Michel ont inclus les championnes de la WBA et du WBC. C’est finalement l’IBF qui a dit oui. Je ne dis pas que ce sera facile, mais je sais que je peux gagner. »

Elle a dit aussi avoir beaucoup appris de ces cinq derniers combats.

Ça a été une grande école. Durant cette période, j’ai connu le combat le plus difficile de ma carrière. Mais je me suis aussi beaucoup améliorée en me rendant compte de quoi j’étais vraiment capable à force de travail.

Marie-Ève Dicaire

Avantage GYM

Yvon Michel ne s’en cache pas. Il veut donner à Dicaire la chance de se battre ici. Il pense que ce combat de boxe féminine de haut niveau cadrerait bien dans la soirée du 1er décembre au Centre Vidéotron.

Adonis Stevenson (29-1-1, 24 K.-O.) y défendra son titre des mi-lourds du WBC pour la 10e fois en affrontant l'Ukrainien Oleksandr Gvozdyk (15-0, 12 K.-O.). Le Trifluvien Mikael Zewski, le Colombien et Montréalais d’adoption Oscar Rivas et Sébastien Bouchard seront aussi en action.

Selon Michel, les dirigeants de l’IBF sont conscients de la vitrine exceptionnelle que leur offre la présence du réseau Showtime, déjà engagé dans la télédiffusion du prochain combat de « Superman » Stevenson.

Le patron de GYM estime avoir déposé une offre difficile à ignorer pour le clan de Namus.

« On n’a rien laissé au hasard, explique-t-il. J’ai consulté les documents disponibles pour savoir combien Namus avait gagné à chacun de ses trois derniers combats. »

Le montant que nous avons offert à la championne est supérieur au total de ses trois dernières bourses.

Yvon Michel

Sachant que les bourses en boxe féminine sont encore loin de celles que touchent les meilleurs pugilistes masculins.

« Les femmes qui se battent sur ESPN, comme Claressa Shields (championne de l'IBF des super-moyens), peuvent mettre la main sur des montants variant entre 50 000 et 60 000 $ », a dit Michel.

« Nous sommes heureux de compter sur les ressources de Showtime pour appuyer notre proposition au clan de Namus. »

Ces derniers ont déjà fait parvenir leur proposition pour la tenue du combat en novembre. Yvon Michel a répondu avec sa propre suggestion pour le 1er décembre.

En pleine progression

Yvon Michel se dit impressionné par la progression de Marie-Ève Dicaire.

Elle s’entraîne avec la même minutie et la même intensité que tous les champions. Elle affiche une prestance qui impose le respect. Elle va contribuer énormément à la popularité de la boxe féminine.

Yvon Michel

Cinq nouvelles dates pour le Casino

GYM a annoncé mardi que sa série de galas au Casino de Montréal était de retour pour la saison 2018-2019.

Autrefois connus sous l'étiquette « Rapides et Dangereux », les galas reviennent en conviant les amateurs à des cartes présentées le samedi en après-midi. Les dates retenues sont les 20 octobre, 24 novembre, 9 février, 23 mars et 9 juin.

Le super-moyen Francis Lafrenière (16-6-2, 9 K.-O.), originaire de Coteau-du-Lac, sera en finale le 20 octobre. L’identité de son adversaire reste à déterminer.

Quelques dates à retenir sur les activités des boxeurs liés au Groupe Yvon Michel :

  • 6 octobre : Artur Beterbiev (12-0, 12 K.-O.) défendra sa ceinture des mi-lourds de l'IBF à Chicago face au Britannique Callum Johnson (17-0, 12 K.-O.)
  • 2 février 2019 : combat revanche entre Eleider Alvarez (24-0, 12 K.-O.) et Sergei Kovalev (32-2-1, 28 K.-O.) soit à Dallas, à New York ou à Atlantic City.

Boxe

Sports