•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robin Lehner a songé au suicide

Robin Lehner

Robin Lehner

Photo : The Associated Press / Jeffrey T. Barnes

Radio-Canada

Robin Lehner a songé au suicide. Dans un vibrant témoignage au site Theathletic.com, le gardien des Islanders de New York s'est livré sur sa dépendance à l'alcool et à la drogue ainsi que sur les troubles bipolaires qu'on lui a diagnostiqués plus tôt cette année.

Vétéran de neuf saisons dans la Ligue nationale, Lehner a révélé qu’au cours de la dernière saison, son état oscillait entre les phases maniaques et dépressives.

Membre des Sabres de Buffalo entre 2015 et 2018, il raconte que ses problèmes ont culminé au début de l’année.

Je me sentais sévèrement déprimé et je buvais une caisse de bière par jour pour calmer mes démons. Et je prenais des somnifères pour dormir. Je m’automédicamentais parce que je ne pouvais pas supporter d’être seul à l’intérieur de moi-même. J’avais des pensées suicidaires… C’était réel et c’était proche.

Robin Lehner

Le Suédois de 27 ans raconte que c’est le 29 mars dernier qu'est survenu le point tournant de son histoire. Après la deuxième période d’un affrontement avec les Red Wings de Détroit, sa dernière rencontre avec les Sabres, il dit avoir vécu une expérience angoissante.

Robin Lehner, accorde un but à Darren Helm des Red Wings de Detroit, le 29 mars 2018

Robin Lehner, accorde un but à Darren Helm des Red Wings de Detroit, le 29 mars 2018

Photo : The Associated Press / Jeffrey T. Barnes

« J’avais de la peine à enlever mon équipement. Je me suis effondré. J’avais une crise de panique majeure. Je croyais souffrir d’une attaque cardiaque. Je n’avais aucune idée de ce qui m’arrivait, écrit-il. Je ne pouvais pas retourner sur la glace. »

Pénible désintoxication

C’est à ce moment qu’il a demandé de l’aide immédiate à la Ligue nationale et à l’Association des joueurs. Admis dans une clinique, en Arizona, il a vécu des moments très difficiles.

À mon arrivée, on m’a placé dans une chambre pour m’aider à retrouver la sobriété et à évacuer tout ce qu’il y avait dans mon corps. Ai-je mentionné que j’ai pris des somnifères presque toutes les nuits depuis sept ans? Ma désintoxication a pris trois semaines dans cette chambre. On m’a dit que c’était l’une des pires qu’ils avaient vue.

Robin Lehner

« J’hallucinais, je combattais mes démons et j’avais des rêves extrêmement vifs, poursuit Lehner. J’étais constamment dans un sommeil avec mouvements oculaires rapides et mes rêves me réveillaient sans cesse ce qui empirait les choses. J’étais sur le pilote automatique pendant trois semaines, dans un constant brouillard. »

Les médecins ont ensuite réalisé que ses problèmes allaient au-delà de la dépendance. Lehner explique que son combat avec l’alcool, les drogues et la maladie mentale remontent à sa jeunesse. C’est au bout de cinq semaines de traitement que le diagnostic de bipolarité est finalement tombé.

« Dans mes phases maniaques, je me sens habituellement bien, mais je prends beaucoup de décisions impulsives, explique-t-il. Au point culminant de ces phases, je ne me souciais pas des conséquences ou des répercussions. Je pensais que j’étais le meilleur dans tout ce que je faisais et que mes pensées étaient les bonnes.

« À l’autre extrême, pendant la dépression, c’était totalement l’enfer. Je ne pouvais fonctionner. Rien ne comptait plus, même la famille. Je croyais que tout le monde était contre moi. Et je souffrais physiquement tous les jours. Je ne voulais pas m’entraîner. Je voulais à peine jouer. »

Revenu à la maison, Lehner n’a reçu aucune offre de contrat des Sabres, bien que ceux-ci l’aient appuyé dans sa démarche. Après des entrevues avec quelques équipes, ce sont finalement les Islanders de New York qui lui ont fait signer une entente d’un an pour 1,5 million de dollars, au début de juillet.

Des jours plus heureux se dessinent pour le jeune homme qui a louangé la Ligue nationale et l’Association des joueurs pour leur grand soutien.

Je ne partage pas cette histoire pour que les gens aient une opinion différente de Robin Lehner le gardien de but professionnel, conclut-il. Je veux faire une différence et aider les autres de la façon dont j’ai été aidé. Je veux que les gens sachent qu’il y a de l’espoir dans le désespoir, que confronter un passé sombre apporte de la guérison et qu’il n’est pas honteux d’impliquer les autres dans son combat.

Robin Lehner

Hockey

Sports