•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dennis domine le chrono de la Vuelta, Yates conforte son avance

Rohan Dennis à l'arrivée du contre-la-montre au Tour d'Espagne
Rohan Dennis Photo: Getty Images / JORGE GUERRERO
AFP

Le Britannique Simon Yates a conforté mardi son maillot rouge du Tour d'Espagne avec une performance solide lors de la 16e étape, un contre-la-montre individuel de 32 km remporté par l'Australien Rohan Dennis qui a aussitôt annoncé son abandon après son succès afin de mieux préparer les Championnats du monde disputés à la fin du mois, à Innsbruck.

Seuls deux des prétendants au classement général, le Néerlandais Steven Kruijswijk, 4e, et l'Espagnol Enric Mas, 6e, ont signé un meilleur chrono que Yates (Mitchelton-Scott), qui a bouclé la distance entre Santillana del Mar et Torrelavega (Cantabrie) avec le 13e temps (39 min 25 s), à 1 min 28 s de Dennis.

« Je suis heureux de mon résultat, je sais que j'ai accru mon avance, a savouré Yates. C'était une bonne journée, mais il reste un long chemin, surtout demain (mercredi au Pays basque, NDLR), et en fin de semaine en Andorre. »

Derrière le Britannique, l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) a lâché 7 secondes au maillot rouge tandis que le Colombien Nairo Quintana a abandonné 42 secondes, ce qui l’exclut du podium pour l’instant.

« C'était un chrono pour rouleurs et je me suis assez bien défendu, a assuré Quintana (Movistar), grand battu de la journée. Je savais que j'allais perdre du temps. »

Dans la touffeur du nord de l'Espagne, le bénéficiaire du jour s'appelle Kruijswijk (LottoNL-Jumbo), désormais 3e du général à 52 secondes de Yates, derrière Valverde (2e à 33 s) et devant Quintana (4e à 1:15).

Simon Yates arbore le maillot rouge de meneur au Tour d'EspagneSimon Yates Photo : La Presse canadienne / Alvaro Barrientos/Associated Press

Certes, rien n'est joué avant les deux ultimes étapes de haute montagne en Andorre vendredi et samedi. Mais Yates semble en mesure d'effacer sa désillusion du Tour d'Italie en mai, où, porteur du maillot rose, il s'était effondré en dernière semaine.

« Je ne sais toujours pas pourquoi j'ai craqué sur le Giro et j'espère ne pas connaître un jour sans. Mais c'est toujours une possibilité », a-t-il reconnu.

Quant à Dennis (BMC), il a confirmé mardi sa suprématie chronométrée sur cette Vuelta, dont il avait déjà remporté le contre-la-montre inaugural le 25 août à Malaga, portant le maillot rouge une journée.

Le champion d'Australie de la spécialité a bouclé la distance en 37:57 pour devancer son coéquipier américain Joey Rosskopf et l'Espagnol Jonathan Castroviejo (Sky), arrivés dans le même temps en 38:47.

« Je suis venu ici pour le prologue et ce chrono en vue des Mondiaux. J'ai géré mon effort du mieux que je pouvais », a souligné Dennis.

Le Canadien Michael Woods (Team EF Education First - Drapac P/B Cannondale) a cédé 4:47 au vainqueur pour conclure en 88e place (42:44), tandis que le Québécois Antoine Duchesne (FDJ) a conclu au 116e échelon avec un retard de 5:32.

Au classement général, Woods figure en 42e place, avec près d'une heure de retard (59:53) sur le maillot rouge. Duchesne, lui, accuse un recul de 3:19:34, bon pour le 133e rang.

Mercredi, le peloton aborde une 17e étape piège dans les reliefs du Pays basque : six côtes répertoriées sur 157 km et une arrivée au sommet du Balcon de Bizkaia (1re catégorie), dont certaines portions supérieures à 23 % seront propices aux puncheurs.

« La montagne arrive. Demain (mercredi) est une journée-clé et on va voir ce qui arrivera », a prévenu Quintana, désireux de refaire son retard.

Cyclisme

Sports