•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Les timides débuts de Jesperi Kotkaniemi

Jesperi Kotkaniemi
Jesperi Kotkaniemi Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Martin Leclerc

BILLET - Les premiers choix du dernier repêchage de la LNH n'ont pas tous connu le même genre de succès à l'occasion des différents tournois de recrues présentés en fin de semaine.

À Buffalo, où les jeunes des Sabres affrontaient les espoirs des Bruins, des Devils et des Penguins, le défenseur Rasmus Dahlin (tout premier choix de l’encan de 2018) a inscrit deux buts et récolté une mention d’aide dès son premier match (face aux Devils), en plus de servir une tonitruante mise en échec à un adversaire. En seulement 60 minutes, Dahlin a conquis ses nouveaux partisans.

À Traverse City, où les Red Wings de Détroit accueillaient cinq formations (dont les Rangers de New York et les Blackhawks de Chicago), l’ailier droit Filip Zadina (sélectionné au 6e rang par Détroit) n’a pas exactement accumulé les points.

Il a récolté un but et une aide à ses deux premiers matchs. Mais les recruteurs et les entraîneurs interrogés par un confère du site The Athletic ont spontanément vanté le dynamisme de son jeu, sa vitesse supérieure à la moyenne et ses habiletés. « Zadina a l’air d’un professionnel », a commenté un entraîneur adjoint de la LNH.

Puis à Laval, l’ailier de puissance Brady Tkachuk (choisi au 4e rang par Ottawa) a tellement dominé et impressionné face aux recrues du Canadien, vendredi soir, que les dirigeants des Sénateurs lui ont donné congé samedi contre les jeunes Maple Leafs.

Tkachuk s’en va au camp de l’équipe de la LNH et il y a de très fortes chances qu’il fasse partie de la formation quand la saison des Sénateurs se mettra en branle.

Jarret Tyszka (à gauche)Jarret Tyszka (à gauche) Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

***

À travers tout ça, le premier choix du Canadien, le centre finlandais Jesperi Kotkaniemi (appelé au 3e rang), a connu des débuts très timides.

Vendredi soir, posté sur la passerelle de la presse à la Place Bell, j’ai reçu plusieurs textos d’hommes de hockey présents au match et qui n’en revenaient pas de l’énorme différence existant entre le niveau de jeu offert par Tkachuk et celui du premier choix du CH.

Il est vrai que les Sens s’étaient présentés à Laval avec une formation beaucoup plus expérimentée que celle du CH. Six jeunes de l’organisation d’Ottawa avaient disputé des matchs dans la LNH la saison dernière et huit autres avaient de l’expérience de la Ligue américaine. Du côté du CH, seulement deux joueurs comptaient quelques matchs d’expérience dans la Ligue américaine.

N’empêche. Il s’agissait d’un match de recrues, et Kotkaniemi a souvent semblé dépassé par la vitesse et l’aspect physique du jeu. Il a passé la soirée du mauvais côté de la rondelle, à jouer du bout du bâton. Il n’a pas bien paru.

Après cette rencontre, plusieurs recruteurs de la LNH ayant assisté au match parlaient entre eux de Kotkaniemi avec de nombreux points d’interrogation dans les yeux et dans la voix.

Dimanche après-midi, le CH a terminé son tournoi face aux recrues des Maple Leafs de Toronto.

Kotkaniemi est apparu plus dynamique. Il a mieux patiné. Il a effectué un beau repli défensif en deuxième et il a servi quelques bonnes passes à ses compagnons de jeu.

Bref, ce fut pour lui un meilleur match que celui de vendredi. On était toutefois loin de la domination généralement montrée par un jeune homme sélectionné au 3e rang au repêchage de la LNH.

***

En 48 heures, on a donc eu droit à un parfait exemple des doutes et des chuchotements qui accompagneront Jesperi Kotkaniemi au cours des prochaines saisons.

Le printemps dernier, en toute connaissance de cause, les recruteurs du CH ont dérogé à la règle d’or voulant que l’on doive toujours sélectionner le meilleur joueur disponible lorsqu’on détient l’un des premiers choix, et ce, peu importe sa position. Considérant à quel point il est difficile d’acquérir des centres de premier et de deuxième trio par voie d’échange ou sur le marché des joueurs autonomes, l’organisation a cependant décidé de donner un coup de barre.

Le Canadien a choisi de prioriser cette position cruciale au repêchage et de développer lui-même sa ligne de centre.

Pour ceux qui connaissent les difficultés que cette organisation a traversées au cours des 20 dernières années, c’est une décision qui se défend parfaitement. Par contre, elle comporte aussi de grands risques.

Il n’y a rien de plus imprévisible que le développement athlétique d’un être humain. Cette remarque vaut tout autant pour ceux qui émettent des doutes au sujet de Kotkaniemi que pour ceux qui voient en lui le futur leader offensif du Tricolore.

Le CH avait le choix entre des ailiers (Tkachuk et Zadina) quasiment prêts à être lancés dans la jungle de la LNH, et un centre (Kotkaniemi) étant presque une année plus jeune et ayant besoin d’une grosse année supplémentaire de développement. Sinon deux.

Le vieux dicton voulant qu’on ne puisse faire pousser plus rapidement une fleur en tirant dessus s’applique parfaitement dans le cas de Kotkaniemi. Pendant que Tkachuk et Zadina joueront (fort probablement) sous les projecteurs de la LNH, les partisans du CH devront s’armer de patience et faire confiance à Trevor Timmins et à son équipe de recruteurs.

Quant à Kotkaniemi, la meilleure chose qui pourrait lui arriver serait de passer quelques jours au vrai camp du CH (pour l’expérience) et de retourner en Finlande par la suite afin de poursuivre son apprentissage en toute quiétude.

***

DANS LE CALEPIN :

Dans le cadre de ce mini-tournoi, les recrues du CH ont encaissé des revers de 4-0 contre Ottawa et de 4-2 face à Toronto. Dans les deux matchs, des espoirs montréalais ont quitté la patinoire sur une civière après avoir été violemment frappés par des rivaux. Et les deux fois, aucun espoir du CH n’est allé à la rencontre de l’agresseur pour défendre son coéquipier.

Cette situation a piqué au vif l’entraîneur Joël Bouchard, qui a rappelé ses joueurs à l’ordre, dimanche, après le premier vingt.

« C’est le Canadien de Montréal ici! Assez, c’est assez! On ne se fera pas manger la laine sur le dos! Il faut qu’on se serre les coudes et qu’on se tienne debout », a-t-il expliqué après le match face aux Leafs. Son message a semblé passer. Les jeunes du CH étaient nettement plus déterminés et engagés lors des deux dernières périodes du tournoi...

Choix de deuxième tour au repêchage de 2017 (56e au total), le défenseur Josh Brook s’est avéré le meilleur joueur du CH vendredi contre l’impressionnante équipe de recrues des Sénateurs d’Ottawa. Brook est mobile et fait bien circuler la rondelle...

Dimanche, l’attaquant William Bitten (choix de troisième tour au repêchage de 2016) s’est distingué par sa fougue et sa vitesse. Il a d’ailleurs obtenu deux échappées.

Le rapide ailier Phélix Martineau (il a obtenu un contrat de la Ligue américaine après avoir terminé son stage junior au Cap-Breton) a aussi provoqué des étincelles en attaque et laissé une bonne impression. Côté robustesse et implication physique, les ailiers Michael Pezzetta et Morgan Adams-Moisan se sont illustrés...

Le CH annoncera jeudi l’identité des recrues qui ont mérité une place au vrai camp d’entraînement de l’équipe. Le Tricolore disputera sept matchs préparatoires avant d’entreprendre la saison.

Hockey

Sports