•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les recrues du Canadien lancent le bal à Brossard

Le camp des recrues du Canadien de Montréal s'est mis en branle jeudi au Complexe sportif Bell de Brossard.

Le camp des recrues du Canadien de Montréal s'est mis en branle jeudi au Complexe sportif Bell de Brossard.

Photo : Gracieuseté / Canadien de Montréal

Radio-Canada

BROSSARD – Alors que les relents de la dernière canicule se font encore sentir, le bruit des lames et des rondelles a retenti au rythme des premiers élans des recrues jeudi, à Brossard, au centre d'entraînement du Canadien de Montréal.

Un texte de Jean-François Chabot

Ils étaient une trentaine de joueurs à écouter et à recevoir attentivement les ordres de l’entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard. Ce dernier dirigeait au doigt et à l’œil une première séance dans l’organisation tricolore.

Rien ne semblait laissé au hasard à la veille du premier duel annoncé contre les espoirs des Sénateurs d’Ottawa, vendredi soir, à la Place Bell de Laval.

Évidemment, bien des regards étaient tournés du côté du premier choix (troisième au total) du Canadien au repêchage de juin dernier, le Finlandais Jesperi Kotkaniemi.

Le no 15 en aura beaucoup sur les épaules d’ici à ce que l’équipe soit fixée sur le sort qui lui sera réservé pour la prochaine saison. Mais il ne s'en fait pas trop avec ça.

« Il y a plus de micros autour de moi ici, mais après tout, je suis là pour jouer au hockey. »

Interrogé pour savoir si l'ancien capitaine du CH Saku Koivu lui avait donné un conseil particulier lors de leur rencontre estivale, Kotkaniemi a souri en mentionnant que son compatriote lui avait suggéré la prudence face aux journalistes.

Son but est bien sûr de se tailler une place dans la grande équipe. Mais advenant qu'il n'y ait pas de place pour lui à Montréal cette saison, le jeune homme a reconnu que différentes options s'offriraient à lui, y compris jouer avec le Rocket de Laval, ou encore retourner en Finlande afin de poursuivre son apprentissage. Mais il n'a pas voulu se prononcer quant à sa préférence.

Alexandre Alain se retrouve un peu en pays de connaissance. Cet ancien de l’Armada de Blainville-Boisbriand (LHJMQ) connaît déjà la façon de fonctionner de Bouchard, qui l’a dirigé au cours de ses années dans le junior.

« C'était vraiment spécial de le retrouver pour l'ouverture de ce camp. Il est tellement énergique. C'est un gars qui est passionné et ça se ressent toutes les fois qu'il embarque sur la glace. Je pense que tout le monde était excité de recommencer avec le camp des recrues, la game de demain [contre les recrues des Sénateurs]. Ç'a été une bonne première pratique. »

« Je ne sais pas si c'est un avantage de déjà connaître le coach. Veut, veut pas, je vais avoir une job à faire aussi. Il [Bouchard] sera derrière le banc. Il me connaît. Mais ça va être à moi de montrer aux dirigeants ce que je suis capable de faire », a dit Alain.

Les commentaires d'Alexandre Alain

Deux des coéquipiers d’Alain, Alexander Katerinakis et Joel Teasdale, sont présents au camp à titre d’invités. Il sera intéressant de voir s’ils sauront profiter de l’occasion pour forcer la main de l’organisation vers l’obtention d’un contrat de la Ligue américaine (LAH).

D’autres comme Jake Evans, repêché en 2014, ont tout à perdre. Ce porte-couleurs des Fighting Irish de l’Université Notre-Dame (NCAA) doit tout donner pour convaincre.

Il vient de terminer son stage universitaire de quatre ans. Avec un premier contrat professionnel à deux volets en poche, il arrive néanmoins au camp en tant que cinquième ou sixième centre de l'organisation, derrière Jonathan Drouin, Phillip Danault, Tomas Plekanec et Jacob De La Rose, pour ne nommer que ceux-là. C'est probablement à Laval qu'il donnera ses premiers coups de patin hors des rangs amateurs.

« Je suis très heureux d'enfin pouvoir être ici. Je pense que cette première journée s'est bien déroulée », a d'abord lancé Evans.

Au sujet de ses premiers pas avec le Canadien, Evans dit s'être préparé à fournir davantage d'efforts, à affronter un calendrier de matchs plus intense. Il croit avoir fait ce qu'il faut durant l'été pour améliorer sa puissance musculaire, surtout à la suite de son opération subie en juin pour réparer une hernie sportive.

Devant le filet, Michael McNiven part avec une longueur d’avance. Sa place à Laval est assurée. Voyons voir comment il se débrouillera à sa deuxième saison dans la LAH.

Hockey

Sports