•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Coup de théâtre : c'est Pacioretty qui a demandé à quitter Montréal!

Max Pacioretty

Photo : Getty Images / Minas Panagiotakis

Martin Leclerc

BILLET - Depuis le début du feuilleton Max Pacioretty la saison dernière, il y a quelque chose qui cloche, qui sonne faux et qui rend toute l'histoire invraisemblable.

Plus tôt cette semaine, dans cette chronique, j’expliquais que depuis la saison 2012-2013, le capitaine du Canadien a été le 10e buteur de la LNH. Durant cette période, Pacioretty a inscrit 14,4 % des buts de son club, ce qui le place, en termes d’apport offensif, au 2e rang de la LNH derrière Alex Ovechkin.

Dans la LNH, le talent de marqueur est le plus précieux, le plus difficile à acquérir et le plus dispendieux. Sachant cela, n’importe qui peut comprendre qu’un directeur général ne se lève pas un beau matin en se disant : « Tiens, mon équipe se situe au 29e rang de la ligue en attaque. Je pense que je vais améliorer les choses si j’échange notre meilleur buteur qui, en passant, se trouve à être notre capitaine! »

Ce n’est pas ainsi que les choses se passent dans le monde du hockey professionnel. Par ailleurs, les très rares fois où un joueur de premier plan est inclus dans un échange, les DG s’arrangent pour procéder dans des circonstances qui leur sont favorables. Or, c’est loin d’être le cas pour Marc Bergevin dans le cas de Pacioretty, puisque ce dernier s’apprête à écouler sa dernière année de contrat.

***

Dire que cette histoire ne tient pas debout est un euphémisme. Pourtant, depuis la saison dernière, c’est la trame narrative qu’on sert aux partisans.

Après les Fêtes, des rumeurs ont tout bonnement commencé à circuler voulant que le capitaine Pacioretty soit offert sur le marché. Plus tard, à la date limite des échanges, on a appris que des discussions entre le CH et les Penguins de Pittsburgh avaient achoppé. Puis au repêchage, fin juin, Pacioretty n’a pu s’entendre sur les termes d’une prolongation de contrat avec les Kings de Los Angeles, ce qui a fait avorter l’échange qui l’aurait expédié en Californie.

En temps normal, Marc Bergevin refuse systématiquement de commenter sur la place publique les pourparlers et les négociations qu’il mène avec ses joueurs. Pourtant, il s’est montré très clair sur une chose cet été : le Canadien ne proposera pas de prolongation de contrat à Max Pacioretty.

De l’autre côté, vous avez Max Pacioretty qui cogne sur le même clou chaque fois qu’il s’adresse aux médias : il est profondément attaché à Montréal (où il passe d’ailleurs ses étés) et il souhaite rester avec le Tricolore.

Ce scénario s’est répété plus tôt cette semaine au tournoi de golf organisé par le capitaine. Peu après avoir reçu une froide et brève poignée de main de Bergevin, Pacioretty a indiqué, un peu penaud, qu’il n’avait pas reçu d’offre.

« Je ne peux pas maîtriser cette situation, a plaidé Pacioretty [...] Vous savez ce que je ressens à l’idée de vivre ici. »

« Max a constamment répété qu’il aime Montréal et qu’il veut signer un contrat avec le Canadien », a ajouté son nouvel agent, Allan Walsh.

Cette histoire n’a aucun sens. Il y a quelque chose qui sonne faux. Tout le monde le voit. Mardi, au tournoi de golf tenu au club de La Vallée du Richelieu, un confrère du site The Athletic disait avoir assisté à une « farce ». La Presse parlait d’un « malaise ». Le Journal de Montréal, de son côté, parlait d’un « beau malaise ».

Que s’est-il passé?

***

Voici le chapitre qui manque à cette histoire et qui explique tout.

Au cours de la dernière saison, c’est Pacioretty lui-même qui a plusieurs fois demandé à quitter Montréal et qui a réclamé un échange. Cette information est confirmée par trois sources bien au fait du dossier. Vous avez bien lu : trois sources. En béton.

Et il semble que ce n’était pas la première fois. En 2013-2014, deux ans avant d’être élu capitaine par ses coéquipiers, il avait aussi demandé à être échangé, avance l’une de ces trois sources.

L’année précédente, en 2012, Pacioretty avait pourtant signé avec le CH un contrat de six ans d’une valeur de 27 millions dont il s’était dit absolument enchanté.

Depuis la signature de ce fameux contrat (qui s’est révélé désavantageux pour lui) l’attaquant semble particulièrement préoccupé par la gestion et l’orientation de sa carrière. Au cours des dernières années, il a tour à tour été représenté par Alex Schall, Lewis Gross, Pat Brisson et, depuis juin dernier, par Allan Walsh. Pour un joueur établi, et de ce calibre par surcroît, une telle inconstance est plutôt rare.

En lisant ces informations, de nombreux partisans tomberont sans doute à la renverse. Selon trois sources bien au fait du dossier, ce sont pourtant les faits. Pacioretty aime peut-être vivre à Montréal. Mais il a fait savoir à ses patrons qu’il aimait moins porter les couleurs du Bleu-banc-rouge.

***

Lorsqu’on insère ce passage-clé dans le reste de l’histoire, elle a soudainement beaucoup plus de sens.

Les demandes de Pacioretty expliquent pourquoi il s’est soudainement retrouvé sur le marché.

Le voeu exprimé par Pacioretty explique aussi pourquoi la direction du Canadien exclut toute négociation de prolongation avec son meilleur buteur.

Des informations ont circulé cet été voulant que les relations entre Marc Bergevin et Max Pacioretty aient été glaciales pendant plusieurs mois la saison dernière. On comprend maintenant que le DG se soit montré distant. Quand votre capitaine demande à quitter le navire au milieu d’une saison difficile, vous avez sans doute moins envie de lui servir des accolades.

Ça explique pourquoi, l’été dernier, la direction du CH envisageait de retirer le « C » à Pacioretty advenant qu’il soit de retour dans la formation cette saison.

Ça explique aussi pourquoi les dirigeants de l’équipe (en particulier Bergevin) ne se sont pas montrés très enthousiastes en retrouvant leur capitaine mardi au tournoi de golf. Imaginez leur tête, ce jour-là, quand Pacioretty a feint d’ignorer pourquoi il ne recevait pas d’offre de contrat.

Encore mercredi, sur les ondes du 91,9 Sports FM, le président des Kings de Los Angeles, Luc Robitaille, a déclaré que durant les pourparlers des Kings avec le Canadien en juin dernier, son clan en était venu à la conclusion que Bergevin n’était pas enthousiaste à l’idée d’échanger son attaquant.

Un DG de la LNH ne se lève pas, un beau matin, en décidant tout bonnement de bazarder son capitaine et meilleur buteur. Il faut qu’un sérieux événement déclencheur survienne.

***

Depuis qu’il représente Max Pacioretty, son nouvel agent Allan Walsh semble déterminé à remettre le dentifrice dans le tube et à entamer des négociations avec le Tricolore. Nul ne peut le blâmer. Il fait son travail.

Mais sachant ce qui s’est produit au cours de la dernière saison, il serait très étonnant que le CH fasse marche arrière. La mauvaise pièce de théâtre a suffisamment duré. Et honnêtement, il serait extrêmement étonnant que Pacioretty porte le « C » lorsque la saison se mettra en branle.

Il est un chic type qui a certainement le droit de mener sa carrière comme il l’entend. Mais il sait qu’il ne terminera pas la saison à Montréal. C’est lui qui l’a exigé. Le DG est aux prises avec cet épineux dossier et la plupart des coéquipiers de Pacioretty savent ce qui se trame.

Il ne peut plus être le leader de cette équipe.

C’est ça, la vraie histoire. Quelle déception.

Hockey

Sports