•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurence Vincent-Lapointe est sur un nuage après les mondiaux

Laurence Vincent-Lapointe en action dans son canoë

Laurence Vincent-Lapointe

Photo : Canoë Kayak Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Laurence Vincent-Lapointe est la meilleure canoéiste du monde, point final. Lundi, la Trifluvienne est rentrée chez elle avec ses 11e, 12e et 13e médailles d'or acquises cette fois-ci aux Championnats du monde, à Montemor-o-Velho, au Portugal, en fin de semaine.

Un texte de Jean-François Poirier

« Je ne pouvais espérer mieux. Mais je sais que j'ai encore la possibilité de m'améliorer. »

Décidément, après tous ces exploits sur la scène internationale, l'athlète de 26 ans ne manque pas d'ambition. Et ce qui la motive au plus haut point, c'est l'intégration des épreuves féminines de canoë-kayak au programme olympique en 2020.

« Ce n'est pas facile, mais je pense que la pression va atteindre son paroxysme d'ici 2020 », dit-elle à propos de sa capacité à demeurer au sommet avec cette étiquette de favorite.

« La première fois que c'est arrivé, je ne savais pas que je pouvais faire ça. Au fil du temps, la pression a augmenté. J'arrive à mieux la gérer parce que j'ai tellement d'expérience. Mais je n'ai pas toujours gagné. En 2015, j'ai terminé 4e. »

En fin de semaine, Vincent-Lapointe a été sacrée championne aux 200 m en C-1, 500 m en C-2 et 5000 m en C-1. Cette dernière victoire, lors d'une course à laquelle n'est pas inscrite d'habitude, a été la cerise sur le gâteau.

« Mes entraîneurs m'ont inscrite à cette course, mais je m'étais gardé un droit de veto selon mon niveau d'énergie. J'avais la chance de me prouver sur une distance 25 fois plus longue que celle de ma course préférée. »

J'ai énormément d'orgueil. Lorsque je me donne la mission de remporter une course ou d'y participer, je ne le fais pas à moitié. J'y suis allée à fond.

Une citation de : Laurence Vincent-Lapointe

Afin de réaliser son objectif de remporter une médaille d'or olympique, Vincent-Lapointe ne négligera aucun détail.

À compter de février prochain, l'étudiante en soins infirmiers pourra profiter d'une pause de cours à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

« J'ai longtemps mis l'école au sommet de mes priorités. On va mettre un peu de côté la carrière et je vais m'entraîner à fond. Parce que 2020, ça s'en vient vite. »

Elle entend miser sur sa technique qui lui permet de devancer ses rivales qui sont aussi dotées d'une grande force physique.

« Ma technique est bonne, c'est ce qui fait que je réussis à me démarquer. Il faut que je réussisse à la maintenir jusqu'à la dernière fraction de seconde d'un 200 m durant la finale. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !