•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président de la Fédération allemande de soccer a des regrets dans l'affaire Özil

Mesut Özil a annoncé qu'il ne jouerait plus pour l'Allemagne tant que la fédération nationale fait preuve de racisme et de manque de respect envers ses origines turques.
Mesut Özil Photo: Associated Press / Arne Dedert
Radio-Canada

Le président de la Fédération allemande de soccer a admis dimanche qu'il aurait souhaité avoir donné plus de soutien à Mesut Özil quand ce dernier a été la cible de propos racistes au sujet de la photo controversée où il posait aux côtés du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Reinhard Grindel, qui avait déjà avoué avoir commis des erreurs dans cette controverse, a dit dimanche au média allemand Bild am Sonntag qu’il n’a pas cherché à rendre le milieu de terrain responsable de l’élimination précoce de l’Allemagne à la Coupe du monde.

« Concernant les attaques racistes, j’aurais dû me positionner plus clairement sur un ou deux points et être derrière Mesut Özil. J’aurais dû trouver des mots clairs. Ces attaques sont complètement inacceptables. Je suis désolé que Mesut Özil se soit senti abandonné », a dit le président.

Le footballeur d'origine turque a pris sa retraite de l’équipe nationale le mois dernier. Il défendait alors sa rencontre avec Erdogan, un peu avant le début du Mondial.

« Dans les yeux de Grindel et de ses partisans, je suis Allemand quand nous gagnons, mais je suis un immigrant quand nous perdons », avait mentionné le joueur d’Arsenal à ce moment.

Grindel a rejeté ces accusations, indiquant qu’il n’a pas rendu Özil responsable des échecs de l’équipe en Russie.

« Pour moi, ç’a toujours été clair que nous gagnons tous ensemble et nous perdons tous ensemble. Ce serait absurde de rendre un joueur responsable de notre élimination », a-t-il dit.

Soccer

Sports