•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le planchiste Jean-Sébastien Lapierre vise les Jeux de Tokyo

Jean-Sébastien Lapierre en action à Montréal

Jean-Sébastien Lapierre

Photo : Société Radio-Canada

Radio-Canada

Le Québécois Jean-Sébastien Lapierre est content que la planche à roulettes soit aux prochains JO et a bon espoir de faire partie de l'équipe olympique en 2020.

Un texte de Philippe Crépeau

Ce week-end, à Montréal, la septième édition du Jackalope permet au public de voir les meilleurs de ce sport, qui sera en 2020 au programme des Jeux de Tokyo.

Parmi les participants, un planchiste québécois de 25 ans, déjà très populaire sur la côte-ouest américaine. Jean-Sébastien Lapierre, connu dans le milieu par les initiales JS (prononcé à l'anglaise), est né à Notre-Dame-de-Stanbridge et a déjà fait sa marque à l'étranger.

Il s'est spécialisé dans la planche street (parcours à obstacles, la version été du slopestyle aux Jeux d'hiver). Il s'est classé 9e des X Games d'Austin en 2016.

Radio-Canada l'a rencontré sur le bord de la piste, installée sur l'esplanade du stade olympique.

« Je suis passionné de skateboard depuis mes 8 ans quand un ami m’a invité à sauter sur une petite rampe. C’est un sport incroyable. Ce sport fait partie de ma vie depuis 18 ans, et je lui en suis tellement reconnaissant.

« J’ai beaucoup voyagé ces dernières années, surtout en Californie. Comme la majorité de mes commanditaires sont là-bas, je dois m’y rendre souvent pour poursuivre mon rêve de devenir un planchiste professionnel. »

En 2016, le Comité international olympique (CIO) a accepté d'intégrer au programme olympique. La planche à roulettes se déclinera dans deux disciplines : la planche verticale (de rampe) et la planche street (parcours à obstacle).

La grande communauté des planchistes reste divisée sur l'intégration du sport au programme olympique.

En 2015, quand les premières rumeurs ont surgi, une pétition pour le non avait été signée par 6000 planchistes. Beaucoup ont encore peur que leur sport, sorte de contre-culture, perde aux Jeux sa véritable identité.

Tout comme le légendaire Tony Hawk, pionnier de la planche verticale, croisé sur l'esplanade, Lapierre fait partie des convaincus.

« [La participation aux Jeux olympiques] va apporter plein de bonnes choses à ce sport », croit le Québécois.

Jean.Sébastien Lapierre, planchiste de Montréal, spécialisé en streetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

G.S. Lapierre, planchiste de Montréal, spécialisé en street

Photo : Société Radio-Canada

Et lui-même pourrait faire partie de la délégation canadienne aux Jeux de Tokyo.

« C’est possible que je puisse y participer, mais il y a de bons planchistes au Canada », dit-il prudemment.

Sa province d'origine lui donnera peut-être un avantage.

« Venant de la côte est du Canada, j’ai des chances de faire partie de l’équipe. Mais il y aura un tout petit groupe sélectionné, alors je ne suis pas certain d’en faire partie. Il y a eu des discussions pour que je fasse partie de l’équipe olympique, dit-il. Mais je n'ai pas tous les détails. »

Revenir à Montréal

Jean-Sébastien Lapierre a l'occasion de participer ce week-end à la neuvième manche, et seule manche canadienne, de la Coupe du monde de planche street.

« Je suis tellement content de faire cette compétition à Montréal, car j’ai plein d’admirateurs au Québec qui me suivent, raconte le jeune homme. L’énergie est vraiment positive, et je peux voir ma famille, et ils peuvent me voir sur ma planche. C’est super pour ça. »

« Encore en 2018, la planche street est considérée comme un sport bum (sport malsain), croit-il. Alors qu’il y a tellement de positif, on est dehors, on se donne à fond, on sue, et on partage notre passion avec des gens de partout. »

L'ambiance au Jackalope de Montréal est là pour le confirmer. Il y a une belle camaraderie entre les athlètes sur le terrain d'entraînement, comme on a pu le constater lors de notre passage.

Jean-Sébastien Lapierre reçoit les encouragements d'un participant après avoir chuté.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Sébastien Lapierre

Photo : Société Radio-Canada

Planche à roulettes

Sports