•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du FC Montréal, un frein au développement des joueurs d’ici

 Louis Béland-Goyette

Louis Béland-Goyette

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

La majorité des joueurs qui sont passés par l'Académie de l'Impact de Montréal aura le même discours : il est difficile pour un jeune joueur de soccer de trouver meilleur encadrement. Mais depuis la disparition du FC Montréal, la progression de plusieurs de ces joueurs est abruptement freinée lorsqu'ils atteignent l'âge de 19 ans.

Un texte de Christine Roger

Le rêve de tous les joueurs qui fréquentent l’Académie est le même. Ils veulent, un jour, porter le maillot du Bleu-blanc-noir. Cependant, rares sont ceux qui seront prêts à faire le saut directement en MLS une fois leur année U-19 terminée.

L’Impact peut tout de même choisir de leur offrir un contrat professionnel dès maintenant, mais contrat ne veut pas dire nécessairement minutes de jeu. Parlez-en à Louis Béland-Goyette et à David Choinière qui, malgré leur talent, ont vu très peu d’action au cours des dernières années.

« Dès que tu enlèves le club-école, ça ralentit le développement des joueurs qui ne jouent pas. Comme entraîneur, tu as les mains liées, souligne l’ancien entraîneur adjoint de l’Impact Jason Di Tullio. On savait que Louis Béland-Goyette, Ballou et David Choinière pouvaient dominer avec le FC Montréal et quand ils venaient avec la première équipe, c'était pour gagner en maturité. »

David ChoinièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Choinière

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Le nouvel entraîneur Rémi Garde abonde dans le même sens que ses prédécesseurs. Si son objectif demeure de gagner, il tente tout de même de ne pas bousiller les efforts qui ont été mis dans le développement des jeunes joueurs locaux.

« Ça pose un problème. C’est clair que ce n’est pas l’idéal, loin de là. Ces jeunes ont besoin d’un entraînement de haut niveau, avec des professionnels au quotidien le plus possible, mais aussi de pratiquer en matchs tous les dimanches, d’avoir un rythme lié à une compétition, parce que ça fait partie du développement. On ne peut pas se développer que par l’entraînement », affirme-t-il.

Si des joueurs de 19 ans ne réussissent pas à obtenir leur place avec la première équipe, ils doivent alors tenter de se trouver une autre équipe. S’expatrier semble être la seule solution pour plusieurs d’entre eux.

Il y a tellement de joueurs qui sont laissés à eux-mêmes de 18 à 22 ans, période où il faut absolument qu'ils jouent. Ils doivent trouver une solution ailleurs.

Maxime Crépeau, gardien de but

« Avec le FC Montréal, les résultats n'étaient pas là parce que nous avions une équipe d'enfants. Nous avions 17 ans et on jouait contre des hommes. Mais à chaque match, on grandissait et on apprenait. C’est une perte. Ça fait mal pour les joueurs de Montréal parce que c'est là que nous avions les bonnes minutes de jeu, que nous allions apprendre », ajoute le joueur prêté au Fury FC d’Ottawa.

Le Fury d’Ottawa, le plan B

Lorsque l’Impact a annoncé qu’il mettait fin aux activités du FC Montréal en décembre 2016, l’organisation s’est rabattue sur une association avec le Fury FC d’Ottawa. Si cette collaboration permet au onze montréalais de garder les droits de certains joueurs qui ne sont pas prêts à évoluer en MLS, il ne s’agit certainement pas du scénario idéal.

L’objectif du FC Montréal était d’abord et avant tout de développer les jeunes joueurs. Celui du Fury FC est évidemment de gagner.

Des joueurs formés à l’Académie se retrouvent donc à obtenir très peu de minutes de jeu. Cela a été le cas de Thomas Meilleur-Giguère à sa première saison à Ottawa l’an dernier, et de Gabriel Balbinotti cette année.

La réalité a frappé plus fort que je pensais. J'ai trouvé ça dur au début, mais je pense que j'ai grandi là-dedans. Cette année, en venant ici, je savais comment gagner ma place.

Thomas Meilleur-Giguère
Marco Delgado (Toronto FC) et Thomas Meilleur-Giguère (Fury d'Ottawa)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marco Delgado (Toronto FC) et Thomas Meilleur-Giguère (Fury d'Ottawa)

Photo : La Presse canadienne / Mark Blinch

« C'est mon premier contrat professionnel, alors je pense que c'est normal. Tout ce que j'ai à faire, c'est de faire de mon mieux à l'entraînement et d’être prêt quand l’entraîneur fera appel à moi », affirme Balbinotti, 20 ans, qui n’a participé qu’à deux matchs cette saison.

Le parcours d’un joueur québécois qui aspire à évoluer chez les professionnels est assurément plus ardu depuis l’abolition du club-école. Si l’annonce a d’abord été un choc, plusieurs choisissent de voir cette situation comme une source de motivation supplémentaire plutôt qu'un obstacle.

« Je sais que si je n’arrive pas à atteindre la MLS, il n’y aura pas d’autres opportunités, il n'y aura rien, parce qu’il n’y a pas de FC Montréal. Je sais que mon rêve de devenir pro n’arrivera pas aussi facilement. Alors dans les entraînements, j’ai toujours ça dans ma tête. Je travaille plus fort pour que, quand je vais arriver chez les U-19, je sois déjà prêt à intégrer la MLS », indique Yannick Laurent, l’un des plus beaux espoirs de l’organisation qui évolue avec les U-17.

La priorité pour un jeune est de jouer. Peu importe l’endroit, peu importe le niveau, un joueur doit obtenir des minutes de jeu, surtout de 18 à 22 ans, une période cruciale dans son développement.

« Tu peux te défoncer à l’entraînement, mais si tu n’as pas de minutes de jeu, tu dois te demander ce qui est mieux pour ta carrière. Un jeune Canadien qui joue avec Arsenal par exemple, mais qui est toujours sur le banc, ça ne m'intéresse pas. Quelqu'un qui joue en première division en Suède, mais qui joue toutes les semaines et qui s’entraîne fort, ça fait une différence », assure Jason Di Tullio.

L’inauguration de la Première ligue canadienne de soccer, qui aura lieu l’an prochain, tombe à point. Elle pourrait offrir de nouvelles options à des joueurs qui démontrent un potentiel, sans être nécessairement prêts à faire le saut en USL ou en MLS.

Soccer

Sports