•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le baptême de Charles Paquet aura lieu à Montréal

Il est dans la portion de la course à pied.

Charles Paquet sera du Triathlon international de Montréal.

Photo : Facebook/Charles Paquet

Radio-Canada

Charles Paquet a obtenu un premier départ en Séries mondiales, le circuit de compétitions internationales le plus prestigieux en triathlon. Ce grand pas dans sa jeune carrière, il le franchira dans les rues de Montréal le 26 août, avec à ses côtés son partenaire d'entraînement Alexis Lepage, qui a profité d'une invitation de dernière minute.

Un texte d'Alexandra Piché

À 21 ans, Charles Paquet est encore jeune pour faire partie de l’élite de son sport. Il a participé à quelques Coupes du monde qui lui ont permis d’amasser des points et de se faufiler au 83e rang du classement mondial. Au Triathlon international de Montréal, il parcourra la distance olympique (1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied) pour la troisième fois de sa carrière en compétition.

« Je crois que les Coupes du monde sont maintenant d’un assez bon calibre, mais les Séries mondiales sont quand même une coche au-dessus, vraiment. Il y aura la crème de la crème, dont le champion du monde. Ce sera vraiment du gros calibre », affirme-t-il.

Le jeune homme de Port-Cartier se sent prêt à relever le défi.

C’est une étape à franchir dans ma carrière et je crois que j'y suis rendu. C’est tout nouveau et un peu stressant. En même temps, c’est super excitant et motivant.

Charles Paquet

Il ne s’est pas fixé d’objectif précis. Il souhaite simplement acquérir de l’expérience sur la distance olympique et en profiter pour apprendre à bien gérer sa course. Il sait que s’il se démarque, des portes vers d’autres départs en Séries mondiales pourraient s’ouvrir, mais il ne veut pas se mettre trop de pression.

Terre-à-terre, il vise une participation aux Jeux olympiques de 2024 à Paris. Il n’écarte cependant pas la possibilité de se qualifier pour une première expérience olympique en 2020 à Tokyo.

Je crois que c’est envisageable, mais ça ne sera pas facile. L’important pour moi sera de faire une grosse performance en 2024. Si au moment de Tokyo je suis rendu là, j’y serai, mais je ne veux pas trop y penser pour l’instant.

Charles Paquet

Charles Paquet se voit poursuivre sa carrière encore plusieurs années et ne veut pas brûler d’étapes.

« Je ne veux pas me fatiguer. Dans le passé, il y a quand même eu des erreurs qui ont été faites, des athlètes qui sont montés trop vite. Il faut faire attention. Le triathlon est un sport exigeant. Il y a beaucoup de blessures et de cas de surentraînement », explique-t-il.

Content de pouvoir compétitionner devant ses proches, il ne veut pas oublier de s’amuser durant sa course à Montréal, comme il a l’habitude de le faire chaque fois qu’il pratique son sport.

« Quand j’étais jeune, je m’amusais. Encore aujourd’hui, j’ai de la misère à réaliser les performances que j’ai faites. Je suis dans ma tête de petit gars de 12 ans qui s’amuse à l’entraînement. Des fois, je prends le moment d’arrêter pour réaliser que ce que j’ai fait, c’est gros. »

Blessures et infection embêtent Alexis Lepage

Alexis Lepage a bien failli devoir faire une croix sur une deuxième participation à l’étape des Séries mondiales de Montréal. Il n’a su que très récemment que des désistements lui permettaient de décrocher une place sur la ligne de départ.

Les Jeux du Commonwealth de Gold Coast derrière lui, l’arrêt montréalais était devenu son objectif de la saison. Blessures, infection et examens scolaires se sont cependant interposés entre lui et la ligne de départ.

« J’ai pris un petit repos au printemps pour recharger les batteries pendant la période de mes examens universitaires. Depuis ce temps-là, je suis un peu en retard. Je n’ai pas réussi à avoir de bons résultats. J’ai souffert d’une blessure à un mollet qui m’empêchait de courir, puis d’une infection qui m’a fait perdre deux autres semaines de compétitions et d'entraînement », raconte celui qui vient de terminer son baccalauréat en administration.

Durant ces mois difficiles, il s’est rattaché à son quotidien pour ne pas perdre sa motivation. Il croit avoir finalement retrouvé la forme.

Changer le mal de place, ça aide à conserver le moral. Je suis prêt à attaquer les prochaines courses avec plus de confiance.

Alexis Lepage

L’an dernier, il était le seul Québécois en lice pour l’épreuve maître du Triathlon international de Montréal. L'athlète originaire de la métropole avait eu droit à un accueil à la hauteur de ses attentes. Il espère que les partisans seront encore au rendez-vous cette année pour l’encourager, ainsi que ses coéquipiers québécois Paquet et Amélie Kretz.

À long terme, Lepage a les yeux rivés sur les Jeux de Tokyo. Il espère bien sûr participer à l’épreuve individuelle. Modestement, il vise surtout une place dans l'équipe de relais, nouvelle compétition au programme.

L'étudiant à la maîtrise aura plus de temps à consacrer à l’entraînement durant les deux prochaines années.

Triathlon

Sports