•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

L'état des forces derrière l'Impact

Josh Yaro (à gauche), de l'Union de Philadelphie, livre un duel pour le ballon à Rod Fanni, de l'Impact de Montréal.
L'Union de Philadelphie et Josh Yaro (à gauche) font partie de la course aux séries de la MLS dans l'Est avec l'Impact de Montréal et Rod Fanni. Photo: La Presse canadienne / Peter Mccabe
Olivier Tremblay

BILLET – L'Impact est au 5e rang de l'Est. L'équipe est au cœur d'une passionnante course aux éliminatoires qui paraissait inaccessible il n'y a pas si longtemps.

Tout cela est bien beau. Mais les clubs qui se disputent les dernières places qui donnent accès à la phase finale de la saison ont des soucis qui leur sont propres. Leurs destinées sont une poignée de chemins sinueux qui s’entrecoupent. Aussi le Bleu-blanc-noir, malgré cette 5e position, a-t-il la 7e moyenne de points par match dans l’Est.

Ça ne veut pas dire que l’Impact ratera nécessairement les éliminatoires. Ça ne veut pas dire non plus que les deux équipes qui le devancent à ce chapitre sont en meilleure posture. Et ça ne veut certainement pas dire que des menaces insoupçonnées ne se profilent pas à l’horizon.

Voici l’état des forces derrière les Montréalais au classement, dans l'ordre.

6. Revolution de la Nouvelle-Angleterre

C’est le moment ou jamais, pour l’équipe de Brad Friedel, de s’extirper du bourbier. Trois défaites consécutives ont laissé le Revolution vulnérable : il est au 6e rang de l’Est, un point devant l’Union qu’il affrontera deux fois en août.

Sur le plan défensif, la Nouvelle-Angleterre souffre. Ses arrières n’ont blanchi l’adversaire qu’une fois au cours des trois derniers mois. Des 13 matchs qui lui restent à jouer, 8 auront lieu sur la route. Ce sera compliqué.

7. Union de Philadelphie

Les hommes de Jim Curtin ont gagné les deux derniers matchs qu’ils ont joués sur la route. Ça tombe bien puisqu'ils devront se déplacer pour leurs deux prochains. La visite à Portland leur posera des problèmes, mais la suivante, en Nouvelle-Angleterre, représente une occasion en or.

Par contre, l’Union doit retrouver le chemin de la victoire sur son propre terrain. Mais ses attaquants y manquent cruellement de réussite. Et sa demi-finale de Coupe des États-Unis contre Chicago, toujours sur sa pelouse, pourrait nuire à ses objectifs des éliminatoires.

8. Fire de Chicago

La fiche du Fire en juillet se lit comme suit : 5 matchs, 5 défaites, 7 buts marqués, 15 buts accordés. Ouf.

L’équipe de l’Illinois est en chute libre. Sa défense est aussi organisée qu’une poubelle de tri sélectif au Rockfest. Les séries éliminatoires ne semblent qu’un mirage. Au suivant.

9. Orlando City SC

De leurs 13 dernières rencontres, les Lions en ont perdu 12.

Ce sera tout pour l’instant.

10. Toronto FC

Pour le nombre de points par match, le TFC est 8e, derrière l’Impact. Les Reds viennent de gagner deux rencontres de suite pour la première fois cette saison, et bon nombre de leurs cadres sont remis de leurs blessures.

Certes, les deux prochains duels des Torontois, contre l'Atlanta United et le New York City, ne seront pas de tout repos. Et ils affronteront beaucoup d’équipes en voie de se qualifier pour les éliminatoires. Mais les champions en titre sont en train de montrer qu’ils n’ont pas oublié comment jouer au soccer.

La possibilité qu’ils soient réellement à la poursuite de leurs rivaux montréalais lorsque ceux-ci se pointeront sur les rives du lac Ontario à la fin août ne relève plus de la fantaisie. Mais la finale du Championnat canadien pourrait bien compliquer tout ça.

11. D.C. United

Le prochain adversaire de l’Impact est dans une situation particulière. Pendant la moitié de sa saison, il a attendu l’ouverture de son nouveau stade sur les pelouses adverses. Résultat : Wayne Rooney et ses coéquipiers, qui semblent déjà se comprendre dans le tiers offensif, joueront 12 de leurs 16 derniers matchs de la saison à domicile.

Bien sûr, la pente est abrupte. Le jeu défensif des représentants de la capitale américaine soulève bien des questions. Mais on a vu plus surprenant, en MLS, que les mots « D.C. United » qui se faufileraient au-dessus de la ligne rouge des éliminatoires.

Soccer

Sports