•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Bonne chance, Johnny!

Johnny Manziel s'accroupit et s'étire sur les lignes de côté, avec son casque à côté de lui.
Johnny Manziel attend son premier match avec les Alouettes. Photo: The Canadian Press / Graham Hughes
Jean St-Onge

Vernon Adams fils n'avait pas joué deux quarts que déjà la foule réclamait Johnny Manziel. Les entraîneurs des Alouettes n'ont pratiquement pas le choix, ils doivent envoyer Johnny Manziel dans la mêlée sans attendre.

Les Moineaux se sont un peu fait prendre à leur propre piège. Ils ont commencé par dire que « Johnny Football » jouerait peut-être contre Edmonton. Puis, ils ont commencé à faire la promotion et à vendre des chandails avec son numéro 2.

Donc, à moins d’un revirement, l'ancien premier choix des Browns de Cleveland sera le partant cette semaine contre les Tiger-Cats de Hamilton. Mais, les Alouettes devraient peut-être faire comme Manziel lui-même et essayer d’atténuer les attentes.

Il n’a pas joué un vrai match depuis le 27 décembre 2015. Cleveland s’était alors incliné 17-13 devant Laurent Duvernay-Tardif et ses Chiefs de Kansas City.

Ralenti par une commotion, le numéro 2 n’avait pas participé au dernier match de la saison la semaine suivante. Il avait cependant été aperçu faisant la fête à Las Vegas.

Bref, Manziel n’a pas joué un match de football compétitif depuis deux ans et demi et n’a jamais joué un vrai match de football canadien.

D’autres Américains se sont cassé les dents sur le gros ballon canadien avant lui. Manziel sera le sixième gagnant du trophée Heisman à jouer dans la Ligue canadienne. Seul Doug Flutie a eu du succès. Mais n’est pas Doug Flutie qui veut.

Manziel a des outils à la Flutie. Il peut courir. Il l'a fait à l'université et dans la NFL. À son dernier départ avec les Browns, il a d'ailleurs amassé 108 verges au sol.

S'il n'a marqué qu'un touché par la course dans la NFL, il en avait accumulé 30 en deux saisons avec Texas A&M.

Avec les Browns, il a lancé sept passes de touché contre sept interceptions. À l'université, c'était 63 touchés contre 22 interceptions.

Il faut se rappeler que Texas A&M, c'était en 2013...

Si l'on se fie au classement des deux dernières années, les Alouettes doivent gagner au moins 7 de leurs 12 derniers matchs pour accéder aux éliminatoires.

La bonne nouvelle, c’est qu’ils pourraient se retrouver à égalité au 2e rang avec une victoire contre Hamilton vendredi soir. Une autre bonne nouvelle, c’est que Manziel devrait avoir la chance de faire ses débuts contre une défense qu’il connaît un peu, puisqu’il s’est entraîné contre elle pendant près de deux mois.

Tout ce qu'il reste à faire, c’est de gagner.

Bye bye le plan

L’arrivée de Johnny Manziel et les blessures aux demis défensifs Joe Burnett et Mitchell White ont fini de saccager le plan de Kavis Reed.

Après avoir envoyé Jamal Westerman à Hamilton pour obtenir Manziel, les Alouettes peuvent difficilement utiliser deux joueurs de ligne défensive canadiens. Surtout que le frère de Westerman, Jabar, est blessé.

En faisant l’acquisition du bloqueur de 32 ans Tony Washington dans l’échange de Manziel, on pensait que les Alouettes avaient stabilisé leur ligne à l’attaque. Mais voilà qu’ils cèdent Ryan Bomben à Toronto contre le demi défensif de 30 ans T.J. Heath pour compenser les blessures à White et à Burnett.

Bref, la reconstruction a fait place à la rénovation, une fois de plus.

Football

Sports