•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jimmy Briand répète qu'il voulait des garanties écrites de l'Impact

Jimmy Briand célèbre un but marqué pour Guingamp contre Troyes en Ligue 1.

Jimmy Briand a marqué 11 buts pour Guingamp la saison dernière.

Photo : Getty Images / AFP/Charly Triballeau

Radio-Canada

Quatre jours après l'échec de son transfert à l'Impact de Montréal, Jimmy Briand est sorti de son silence, lundi matin, dans les pages du journal L'Équipe.

L'attaquant français soutient avoir refusé une demande du président de l’Impact, Joey Saputo, qui voulait que sa nouvelle recrue se rende à Montréal pour discuter des dispositions à prendre pour son logement, sa voiture et la scolarité de ses enfants.

Selon Briand, cet aspect de son contrat était acquis depuis ses pourparlers avec le vice-président Nick De Santis.

« Mais quand j’ai reçu le contrat MLS, je n’ai pas vu ce package, a raconté Briand. Le président m’a alors dit de venir à Montréal, mais j’ai refusé, car je voulais des garanties écrites. De Santis m’a expliqué que je devais venir et qu’on en discuterait. J’ai eu M. Saputo quand il a fallu tomber d’accord avec Guingamp, mais, ensuite, pour évoquer ces soucis, je ne l’ai plus jamais eu, même par message. »

Briand dit regretter l’échec de l’entente pour un ensemble de suppléments qui « ne représentait pas grand-chose ». L’Équipe avance un montant d’environ 240 000 euros, soit 365 000 $ CA, pour un contrat de deux ans et demi, donc 146 000 $ par saison.

Cette somme, qui aurait modifié le budget salarial de l’équipe si les à-côtés avaient été inscrits au contrat, dépasse à elle seule la rémunération de 3 des 18 joueurs du Bleu-blanc-noir dont les salaires sont comptabilisés dans ce budget (Clément Diop, Daniel Lovitz et Samuel Piette), selon les chiffres que dévoile le syndicat des joueurs de la MLS.

« J’ai eu le soutien de l’entraîneur Rémi Garde, du directeur sportif, mais c’est le président qui est arrivé à la fin, a poursuivi Briand. Je ne lui en veux pas. Il n’a pas négocié au départ. Mais je suis un peu déçu, car même si je n’ai pas la réputation de Didier Drogba, j’ai un petit CV. »

Demander des garanties, c’est le minimum de ma part et je dis cela sans me prendre pour un autre. Je ne veux pas qu’on pense que j’ai voulu récupérer des choses au dernier moment.

Jimmy Briand

Guingamp attend ses euros

Le président de l’En Avant de Guingamp, Bertrand Desplat, a de son côté confirmé à L’Équipe que Briand avait « résilié son contrat » et que le joueur ne lui appartenait plus.

Desplat affirme avoir « une convention homologuée par la Ligue signée par Montréal » dans laquelle le club de MLS s’engage à verser une indemnité de 300 000 euros (457 000 $ CA) à Guingamp.

« Si Montréal veut se dédire de ce montant, ce sera compliqué, a prévenu Desplat. Que Montréal et Jimmy ne s’entendent pas, ça les concerne, pas nous […] On a accepté à ce tarif, car c’était une convention qui le transférait en MLS. Ça faisait partie de l’entente morale qui nous liait avec le joueur. On a été à son écoute pour un projet personnel. Si ce projet était amené à être modifié, ça modifierait notre position et on saurait faire valoir nos droits. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports