•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Exploit inusité pour des Montréalais aux mondiaux de bateau-dragon

L'équipe célèbre sa victoire au 500 m.

L'équipe senior A mixte du club H2O Playground a remporté trois médailles aux mondiaux de Szeged.

Photo : Courtoisie du club H2O Playground

Radio-Canada

Une équipe montréalaise de bateau-dragon a remporté un titre mondial de manière inusitée vendredi dernier, à Szeged, en Hongrie. Trois de ses membres ont dû s'échanger leur outil de travail au beau milieu de la course en raison d'un bris de pagaie.

Un texte d'Olivier Tremblay

Un des 20 pagayeurs de l’équipe senior A mixte (40 ans et plus) du club montréalais H2O Playground, Benoît Dupont, a cassé sa pagaie dès le départ du 500 m.

L’équipe entraînée par Marie-Christine Garon et Denys Dufresne, qui a aussi obtenu le bronze au 200 m et l’argent au 2000 m, a donc gagné l’or en infériorité numérique contre six autres bateaux qui n’ont pas éprouvé ce problème.

Avant la course, M. Dupont avait choisi de dédier ses efforts à sa mère, morte l’an dernier, et à un ami de l’équipe senior B qui, après avoir échoué dans sa propre quête de médaille d’or, lui avait demandé d’en gagner une pour lui. La requête lui a insufflé une énergie nouvelle.

« À la ligne de départ, ma pagaie était dans l’eau, mais je voulais être sûr de donner tout ce que j’avais dans mon coup de départ, a expliqué M. Dupont en entrevue à Radio-Canada Sports. Après avoir traversé un pied dans l’eau, ma pagaie a cassé en deux, bien nettement. Ça n’arrive pas souvent. Je connais des gens qui utilisent la même pagaie depuis sept ans. »

Il peut y avoir plusieurs explications. Peut-être que j’ai essayé de voler le départ, que j’ai poussé une fraction de seconde avant tout le monde, ce qui voudrait dire que j’essayais tout seul de pousser un bateau qui fait 1100 kg avec tous les gens à l'intérieur. Contre la pagaie de 1 kg, le bateau a gagné!

Benoît Dupont

Dans les courses de 2000 m, les équipes déposent des pagaies supplémentaires dans le bateau en cas de pépin. Rien de tel ici.

Ce n'est pas gai, la pagaie (quand elle brise)

Les mains vides, Benoît Dupont a tenu le rythme établi au tambour par la batteuse, Lise Beaulieu, jusqu’à la phase de transition, plus lente, qui suit le départ.

Dupont a alors demandé à sa collègue Annie Lavoie, assise devant lui, de lui prêter sa pagaie. Ils ont procédé à un premier échange en pleine course.

« Je me suis mis à pagayer comme un déchaîné, pour rattraper le temps perdu », a reconnu M. Dupont.

Mais à l’approche de la phase finale de l’épreuve, Annie Lavoie a elle aussi voulu donner un coup de pouce à son équipe. Elle a à son tour demandé sa pagaie à celle qui lui faisait dos, Pascale Deslières.

Les pagayeuses Pascale Deslières et Annie Lavoie s'échangent une pagaie en pleine course.

Voici comment Pascale Deslières et Annie Lavoie se sont échangé une pagaie en pleine course.

Photo : Youtube/MSSZ HDBF

Malgré sa malchance, l’équipe montréalaise a terminé la course au 1er rang en 2 min 4 s 761/1000, avec une avance de 0,284 s sur un collectif néo-zélandais et de 0,339 s sur une équipe torontoise. L’exploit n’est pas passé inaperçu auprès de ses rivales.

« Quand on disait aux autres équipes, qui venaient nous féliciter, qu’on avait gagné la course à 19 pagayeurs, ils étaient surpris et impressionnés, a mentionné M. Dupont. J’en entends parler partout. Ça fait de bons souvenirs. »

Le Canada, fortement représenté avec une vingtaine de clubs à Szeged, a remporté 110 médailles dans les 119 finales de l’événement, toutes catégories et tous groupes d’âge confondus.

22Dragons sacré club champion du monde

Un autre club montréalais, 22Dragons, a pour sa part reçu le titre de club champion de ces mondiaux.

Les 13 équipes du club, qui existe depuis 15 ans, ont récolté 6 médailles d'or, 9 d'argent et 4 de bronze dans 5 catégories.

Sports