•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mesut Özil quitte la sélection allemande

Mesut Özil a annoncé qu'il ne jouerait plus pour l'Allemagne tant que la fédération nationale fait preuve de racisme et de manque de respect envers ses origines turques.

Mesut Özil

Photo : Associated Press / Arne Dedert

Radio-Canada

Le milieu de terrain Mesut Özil a annoncé qu'il quittait l'équipe nationale allemande, dimanche, épuisé par une controverse mêlant politique et racisme.

Le joueur d’origine turque a partagé une photo de lui avec le président turc Recep Tayyip Erdogan avant la Coupe du monde.

« Comme beaucoup de gens, mes racines ancestrales recouvrent plus qu'un seul pays. J'ai certes grandi en Allemagne, mais mon histoire familiale a ses racines solidement basées en Turquie. J'ai deux coeurs, un allemand et un turc », a-t-il écrit sur Twitter.

« C’est avec le cœur lourd et après une longue réflexion qu’en raison de ces événements, je ne jouerai plus pour l’Allemagne au niveau international pendant que je ressens ce racisme et ce manque de respect.

« J’ai porté les couleurs allemandes avec tant de fierté, mais plus maintenant. Quand des membres hauts-gradés de la fédération allemande manquent de respect envers mes origines turques et font de moi un outil de propagande politique, assez, c’est assez. Ce n’est pas pour ça que je joue au football. Le racisme ne devrait jamais être accepté. »

Un cliché dans la polémique

Özil est sorti de son silence après la publication d'un cliché où lui et ses compatriotes Ilkay Gündogan et Cenk Tosun posent aux côtés du chef de l'État turc, alors en pleine campagne électorale pour sa réélection, finalement obtenue.

Dans une photo fournie par le gouvernement turc, le président Erdogan fait la pause avec les joueurs professionnels d'origine turque Ilkay Gundogan (Manchester City), Mesut Özil (Arsenal) et Cenk Tosun (Everton).

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avec les joueurs de soccer Ilka Gundogan, Mesut OOzil of Arsenal et Cenk Tosun

Photo : Reuters / Handout .

Cela avait valu aux deux joueurs de lourdes critiques, surtout après l'élimination précoce des champions du monde de 2014 dès la phase de groupe en Russie. Certains observateurs les ont accusés de manquer de loyauté à l'Allemagne, le directeur général de la Mannschaft Oliver Bierhoff allant même jusqu'à affirmer « qu'il aurait fallu envisager de se passer d'Özil » pour le Mondial.

« Je suis conscient que la photo a causé d'énormes réactions dans les médias allemands. Mais alors que certaines personnes peuvent m'accuser de mentir ou d'être malhonnête, la photo que nous avons prise n'avait aucune intention politique », répond le joueur de 29 ans, qui dit avoir rencontré M. Erdogan pour la première fois en 2010.

« Cela n'avait pas à voir avec la politique ou les élections, cela avait à voir avec moi respectant la plus haute fonction du pays de mes parents, a ajouté Özil. Mon métier est joueur de football, pas politicien, et notre rencontre n'était en aucun cas une approbation de quelque politique que ce soit. »

« Si un journal ou un consultant considère que je suis fautif pendant un match, ça je peux l'accepter. Mais ce que je n'accepte pas, c'est que des médias allemands aient continuellement critiqué mon double héritage, déplore-t-il encore en dénonçant "une propagande de droite". Des journaux essayent de retourner la nation allemande contre moi. Des limites qui me touchent personnellement ont été franchies. »

« Peu importe le résultat de cette élection, ou de l'élection précédente, j'aurais quand même pris la photo, a conclu le joueur formé à Schalke. Pour eux, ce n'était plus bon d'être vu avec moi et ils ont parlé de gestion de crise. »

Un de ses commanditaires s'est également désengagé après la polémique.

Avec les informations de Agence France-Presse

Soccer

Sports