•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record canadien de McBride au 800 m, record du monde de Chepkoech au 3000 m steeple

Brandon McBride a battu un record canadien vieux de 10 ans Photo: Associated Press / David J. Phillip
Radio-Canada

Brandon McBride a pris le 2e rang du 800 m de la Diamond League à Monaco, vendredi, avec un record canadien à la clé.

L'Ontarien de 24 ans a signé un chrono de 1 min 43 s 20/100 pour pulvériser l'ancienne marque nationale (1:43,69), établie sur cette même piste par Gary Reed en 2008.

Nijel Amos, du Botswana, l'a emporté en 1:42,14. L'Espagnol Saul Ordonez (1:43,65) a complété le podium.

McBride avait fini 8e aux Championnats du monde en 2017 et 14e aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Il a été sacré deux fois champion des rangs universitaires américains (NCAA) avec l'Université Mississippi State.

Chepkoech en état de grâce

La Kényane Beatrice Chepkoech a pulvérisé le record du monde du 3000 m steeple avec un temps de 8:44,32.

C'est près de 8 secondes de moins que la précédente marque (8:52,78) qui appartenait à la Bahreïnie d'origine kényane Ruth Jebet depuis le 27 août 2016.

Au pied du podium du 3000 m steeple aux Jeux de Rio, Chepkoech l'avait été également l'année suivante aux mondiaux de Londres en raison d'une erreur de parcours rocambolesque.

Meilleur temps de l'année au 200 m

Le Torontois Aaron Brown (20,17 s) s’est classé 2e du 200 m. L’Américain Noah Lyles a pris le 1er rang avec un chrono de 19,65 s.

Brown, 26 ans, faisait partie de l'équipe canadienne qui a décroché le bronze au relais 4 x 100 m des JO de Rio.

Le record du monde au 200 m (19,19 s) est détenu depuis 2008 par Usain Bolt.

109 athlètes et dirigeants suspendus pour dopage ou corruption

Le record du monde de Chepkoech survient le jour même où l'Unité d'intégrité dans l'athlétisme (AIU) a publié une liste exhaustive de 109 athlètes et dirigeants suspendus pour dopage et corruption, dont Jebet, suspendue provisoirement après la découverte d'érythropoïétine (EPO) dans ses urines.

Le Kényan Asbel Kiprop et le Russe Ivan Ukhov font également partie des athlètes suspendus.

L'AIU, organe indépendant mis en place en avril 2017 à la suite des scandales de dopage et de corruption ayant touché l'athlétisme, a décidé en mai de jouer la transparence en dévoilant en temps réel sur son site Internet l'évolution des affaires en cours.

La liste comprend désormais les noms de 109 athlètes ou dirigeants suspendus provisoirement, ceux dont le cas est en cours d'instruction ou ceux définitivement jugés en appel, sur un total de 120 affaires traitées depuis avril 2017.

L'AIU avait déjà confirmé en mai la présence d'EPO dans les urines de Kiprop, rejetant par la même occasion les accusations d'irrégularités brandies par le triple champion du monde et médaillé d'or olympique du 1500 m.

Les cas de Jebet et de Ukhov n'avaient en revanche jamais été évoqués jusque-là. Selon l'AIU, la championne olympique du 3000 m steeple a été suspendue provisoirement après la découverte d'EPO dans ses urines.

Quant au Russe Ukhov, champion olympique du saut en hauteur en 2012, il a été épinglé à la suite des révélations du rapport McLaren sur un système de dopage d'État organisé dans son pays, suspendu par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) depuis novembre 2015.

Au total, 103 athlètes de niveau international figurent dans la liste, dont 85 médaillés olympiques ou mondiaux.

Pour ne rien manquer des prochaines compétitions de Diamond League ce week-end, consultez notre calendrier de webdiffusions.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Athlétisme

Sports