•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kaillie Humphries lance un défi à sa rivale en bob individuel aux Jeux de Pékin

Elles saluent le public du podium.
Elana Meyers Taylor et Kaillie Humphries aux Jeux olympiques de 2018 Photo: Getty Images / MARK RALSTON
Radio-Canada

Kaillie Humphries a donné rendez-vous à Elana Meyers Taylor à Pékin en 2022 pour un duel au sommet en bobsleigh individuel, la nouvelle discipline que le CIO a intégrée au programme olympique. Mais les deux championnes continueront à militer pour le bob à quatre féminin.

La bobeuse canadienne a réagi à la nouvelle de l'arrivée du bob individuel sur son compte Twitter mercredi.

« Wow! Ce sera donc du monobob féminin [aux Jeux], a écrit Humphries, championne olympique en 2010 et 2014 et médaillée de bronze à Pyeongchang en 2018. Mais pas de bob à quatre féminin à Pékin, c'est triste. Ce n'est pas le résultat que j'aurais souhaité, soit d'avoir les mêmes disciplines que celles des hommes. »

« Le monobob nous donne une chance de gagner plus de médailles, reconnaît-elle. Je ne peux pas me plaindre, mais je suis surtout heureuse de voir que tout le monde travaille à favoriser la parité entre hommes et femmes. »

L'Allemande Laura Nolte, championne des Jeux de la jeunesse en 2016, pousse son monobob.L'Allemande Laura Nolte, championne des Jeux de la jeunesse en 2016 Photo : IBSF

Elana Meyers Taylor, vice-championne olympique en 2014 et 2018, n'hésite pas à écrire qu'elle est déçue.

« Même si je suis satisfaite qu'il y ait une discipline de plus pour les femmes aux Jeux olympiques, je suis déçue que ce ne soit pas le bob à quatre comme nous l'avions demandé », rappelle la pilote américaine.

Pour le développement du bobsleigh féminin

« Malheureusement, le monobob n'augmente pas le nombre de femmes dans notre sport et n'assure pas la parité, alors que le bob à quatre permet d'avoir plus de femmes dans le sport », affirme-t-elle.

« C'est clair que la discipline du monobob m'avantage beaucoup, car je suis une des pilotes/pousseuses les plus rapides du monde, si ce n'est la plus rapide », estime Meyers Taylor.

Kaillie HumphriesKaillie Humphries à Pyeongchang (Photo: Getty Images/Mark Ralston) Photo : Radio-Canada

Une remarque qui a piqué Kaillie Humphries au vif. La Canadienne a déjà invité sa rivale à la retrouver à Pékin dans quatre ans.

« Tu es peut-être la meilleure au départ (à l'impulsion), mais je suis la meilleure pilote. Il semble bien que ce sera un duel au sommet entre nous à Pékin en 2022 », écrit la championne olympique de 2014.

Kaillie Humphries est du même avis que sa rivale américaine. « Pour ce qui est de la place des femmes dans notre sport pour les générations à venir, c'est décevant », admet-elle.

Les deux bobeuses ont promis de continuer à militer pour l'intégration du bob à quatre féminin dans le programme olympique. C'est aussi le voeu de la Fédération internationale de bobsleigh (IBSF).

De nouveaux talents

Le bobsleigh individuel permettra de découvrir de nouvelles pilotes, explosives à l'impulsion, ce qui est dur à trouver.

Et ce sera une carte maîtresse dans la manche de l'IBSF pour convaincre les pays membres à investir dans des équipes de bob à quatre féminin.

L'IBSF compte d'ailleurs revenir à la charge auprès du CIO pour que le bob à quatre féminin soit inclus dans le programme des Jeux de 2026.

Il n'est pas prévu de bobsleigh individuel en Coupe du monde durant la saison 2018-2019.

Avec les informations de Associated Press

Luge et bobsleigh

Sports