•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Le défi de Paddy Lowe, le deuil de Claire Williams

Lance Stroll en piste dans sa Williams sur le circuit de Shanghaï en Chine
Lance Stroll Photo: Getty Images / Charles Coates
Philippe Crépeau

Pour la directrice générale de l'écurie Williams, Claire Williams, la catastrophique saison 2018, c'est comme un deuil à traverser. Pour le directeur technique Paddy Lowe, c'est l'occasion de relever le plus grand défi de sa carrière.

« À bien des égards, oui, explique l'ingénieur britannique au magazine Autosport. C’est un nouveau défi pour moi.

« J’ai eu la chance dans ma carrière de travailler dans des équipes qui se battaient pour la victoire », rappelle-t-il.

Paddy Lowe a travaillé pour Williams de 1987 à 1993 (3 titres), pour McLaren de 1993 à 2013 (4 titres), pour Mercedes-Benz de 2013 à 2017 (6 titres).

« C’est donc une nouvelle expérience pour moi de travailler dans une équipe qui a beaucoup de travail à faire pour atteindre ses objectifs », fait-il remarquer.

Paddy LowePaddy Lowe Photo : Getty Images / Mark Thompson

Paddy Lowe reconnaît avoir fait des erreurs en 2017.

« Si je pouvais revenir en arrière d’un an, il y a des choses que je ferais différemment », révèle-t-il aujourd’hui, sans pour autant préciser les « choses » en question.

Rappelez-vous ce qu’il avait dit lors du lancement de la monoplace.

« L’équipe a choisi pour la FW41 un nouveau concept aérodynamique, avait-il dit le 16 février. La FW41 se différencie à plusieurs niveaux des directions prises dans le passé. »

S’il avait su à quel point l’équipe allait piquer du nez en 2018, aurait-il permis à Dirk de Beer (aérodynamicien en chef) et Ed Wood (designer en chef) de modifier fondamentalement la base aérodynamique de la voiture?

Ces deux ingénieurs ont quitté l’équipe au printemps. Ils ont été les premiers sacrifiés.

Paddy Lowe travaille maintenant avec une épée au-dessus de sa tête, car il sera le prochain à partir si la prochaine voiture s’avère aussi peu performante que la FW41.

« Nous mettons maintenant notre énergie à développer de nouvelles composantes pour la voiture qui nous seront utiles également l’an prochain », précise-t-il à Autosport.

En d’autres termes, Williams travaille déjà pour la saison 2019. Ce qui est logique compte tenu des carences récurrentes de la FW41, qu’il ne sera visiblement pas possible de corriger d’ici la fin de la saison.

Jacques Villeneuve est sidéré par la déchéance de son ancienne équipe, qui selon lui « n’existe plus ».

Il met en cause l’aveuglement de la direction, et particulièrement Claire Williams qui n’aurait pas dû, selon lui, succéder à son père.

Claire WilliamsClaire Williams Photo : Getty Images / Clive Mason

Peut-être avait-il lu l’entretien que Claire Williams a donné au journal The New York Times, publié le 7 juillet, et peut-être s'en est-il inspiré pour orienter sa critique.

La directrice de l’équipe y fait son mea culpa.

« Je vis un deuil, admet-elle. Si quelqu’un m’avait dit l’an dernier ce qui allait arriver, ce que nous vivons en ce moment, j’aurais été horrifiée. »

« Ce que nous traversons est très dur à vivre, c'est un coup au corps, surtout quand vous savez que la prochaine course sera aussi pénible », précise la dirigeante britannique.

« Une fille s'inquiète alors que Williams en arrache. »  - Ian Parkes, New York Times« Une fille s'inquiète alors que Williams en arrache. » - Ian Parkes, New York Times Photo : New York Times

Se sent-elle personnellement responsable de ce fiasco, après avoir pris les rênes de l’entreprise en 2013 à la demande de son père?

« Vous ne voulez pas laisser tomber vos parents, explique-t-elle au New York Times. Quand vous êtes jeune, vous ne vous en préoccupez pas, mais quand vous prenez de l'âge, vous voulez qu’ils soient fiers de vous. »

« Mon père m’a donné sa confiance, et j’ai toujours peur qu’il me demande de rentrer à la maison, dit-elle, mais il ne le fait pas.

« Chaque fois que je le croise, je sais pourquoi j’ai accepté ce rôle, je le fais pour lui et pour notre famille », affirme la Britannique.

L’esprit de sacrifice de Claire Williams la poussera-t-elle à mettre son poste en jeu? À inviter son frère Jonathan à l’aider à redresser la barre?

Jacques Villeneuve pense que Jonathan aurait fait mieux. Facile à dire. Mais peut-être…

Les relations entre le frère et la sœur sont, paraît-il, tendues. Et on voit difficilement Claire tendre la main à Jonathan.

Frank Williams, fragilisé par son état physique et qui ne voyage plus avec l‘équipe, n’a pas réagi aux commentaires de Villeneuve ni à ceux de sa fille d'ailleurs. Mais il doit souffrir tout autant qu'elle, bien qu'il ait son opinion sur certaines personnes que l’équipe est allée chercher ces dernières années.

Lance Stroll sort du garage Williams au circuit Paul-Ricard.Lance Stroll au circuit Paul-Ricard Photo : Twitter / Williams

L’équipe Williams ne peut que louer la patience et le professionnalisme de ses deux pilotes, Lance Stroll et Sergey Sirotkin.

« Rien de ce que nous avions planifié et espéré n'a fonctionné », constate le pilote russe, désabusé.

Ils vivront une deuxième moitié de saison aussi difficile, à piloter une voiture qui est « assez horrible », admet Claire Williams dans le quotidien américain.

La pause estivale du mois d’août, qui oblige les équipes à fermer leurs bureaux, fera du bien à toute l’équipe Williams.

Le personnel a besoin de repos, et la direction de l’équipe a besoin de beaucoup de recul pour réfléchir à la suite des choses.

Course automobile

Sports