•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Durcissement des positions entre joueurs et propriétaires du baseball majeur

Rob Manfred (à gauche) et Tony Clark
Rob Manfred (à gauche) et Tony Clark Photo: Getty Images / LG Patterson
Radio-Canada

Le baseball majeur veut discuter sérieusement avec les joueurs des changements nécessaires pour relancer l'attaque et accélérer les matchs qui traînent en longueur, une perche qui pourrait être reçue froidement, étant donné les sommes réduites qu'ont obtenues les joueurs autonomes. Déjà, on lance la possibilité d'un arrêt de travail après la saison 2021.

Le commissaire Rob Manfred et le numéro 1 de l'Association des joueurs, Tony Clark, ont mis en lumière des ordres du jour divergents lors de rencontres distinctes avec les médias mardi.

« Il y a de plus en plus un consensus, ou peut-être encore mieux, il y a un consensus tout court, chez les propriétaires, qu'il faut sérieusement aborder la question de modifier la façon dont on joue, a dit Manfred.

« Nous n'en sommes pas au point où je peux m'avancer sur les changements qui pourraient être étudiés, mais je peux vous dire ce qui préoccupe : le temps pris avant de remettre la balle en jeu, le nombre de retraits au bâton et dans une moindre mesure, le nombre de circuits, le désalignement des joueurs en défense et l'impact sur le jeu, et l'utilisation des releveurs et des lanceurs partants. »

Au début des camps, plus de 100 joueurs autonomes étaient encore sans emploi. Plusieurs ont accepté des pactes moins lucratifs qu'espérés, pour une durée plus courte que prévu.

« Nous avons vécu une attaque directe contre l'autonomie, qui a été l'une des bases de notre système économique, a dit Clark. Si la donne change, ça nous place dans une situation où il faudra prendre des décisions très difficiles. »

Le baseball majeur a connu huit arrêts de travail de 1972 à 1995. La convention en cours prend fin au terme de la saison 2021. Clark n'a pas fermé la porte à un nouveau conflit.

« Quand on parle d'obstacles aux droits, je dirais qu'au fil du temps, la contestation a eu tendance à prendre une forme spécifique », a dit Clark.

En février, les joueurs ont déposé un grief contre Miami, Oakland, Pittsburgh et Tampa Bay, accusés de ne pas dépenser convenablement l'argent du partage des revenus, pour améliorer leur rendement sur le terrain. Manfred repousse les allégations, disant que le grief était essentiellement un coup de publicité.

Pour les joueurs autonomes, le manque d'intérêt était dû à une cohorte bien ordinaire, selon le commissaire.

« En regardant le rendement de ces joueurs à la fin de la saison, je suis assez certain, en me basant sur leurs chiffres actuels, que vous allez voir que les clubs ont pris de bonnes décisions concernant ce que valent ces joueurs. »

Si la tendance se maintient, les retraits au bâton (24 537) vont éclipser les coups sûrs (24 314) pour la toute première fois. On pense qu'il y aura un nouveau record de retraits sur des prises pour la 12e année d'affilée. La moyenne au bâton de ,247 serait la plus basse en 46 ans.

Selon Baseball Info Solutions, en défense, les joueurs étaient désalignés sur 20 587 balles en jeu. Sur toute la saison, ça donne près de 30 % plus souvent qu'en 2017. En 2013, les défenses désaxées ont été limitées à 6882 jeux.

L'assistance moyenne est 28 568 personnes, en baisse par rapport aux 30 159 au même point l'an dernier. Le chiffre n'est pas allé plus bas que 30 000 depuis 2002.

Manfred a attribué cette diminution au mauvais temps en début de saison.

« Il y a eu du rattrapage, dit-il. La baisse était de 8 ou 9 pour % dans la saison, mais plus tard c'était rendu à environ 5,5 %. Je suis optimiste. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Baseball

Sports