•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Serena Williams s’approche d’une 10e finale à Wimbledon

Serena Williams effectue un service.
Serena Williams vise un 24e titre tournoi du grand chelem. Photo: Getty Images / Glyn Kirk
Agence France-Presse

Dix mois après son accouchement, Serena Williams n'est plus très loin de réussir son immense pari en tournoi du grand chelem. L'ancienne première raquette mondiale se frottera jeudi à l'Allemande Julia Görges et tentera d'accéder à sa 10e finale à Wimbledon.

L’Américaine est en passe de rejoindre le cercle restreint des mères de famille titrées et surtout d’égaler le record absolu de titres majeurs (24) de Margaret Court.

L’Australienne avait réalisé un « petit chelem » en 1973 en remportant les Internationaux d’Australie, Roland-Garros et les Internationaux des États-Unis, après avoir donné naissance à son premier enfant. Elle était alors entre ses 30e et 31e années.

À 36 ans, la cadette des sœurs Williams la surpasserait en longévité si elle parvenait à l’emporter.

« Être en demi-finales, c’est quand même une petite surprise pour moi. J’ai toujours dit que je voulais y arriver, que j’avais cet objectif. Mais quand cela arrive, on se dit quand même : "Wow!" », a affirmé Williams après sa victoire mardi contre l’Italienne Camila Giorgi.

Une adversaire coriace

Afin d’atteindre la finale, l’ancienne numéro un mondiale (181e actuellement) devra battre Görges qui disputera à 29 ans sa première demi-finale dans un tournoi majeur.

Auparavant, l’Allemande n’avait jamais dépassé les huitièmes de finale. À Londres, elle a perdu dès le premier tour au cours des cinq dernières années.

« C’est encore plus agréable d’être en demi-finale ici qu’ailleurs en grand chelem parce que je ne m’y attendais pas », a souligné la 13e joueuse mondiale à la suite de son match contre la Néerlandaise Kiki Bertens (20e).

Son grand gabarit (1,80 m) lui permet de se distinguer sur la surface gazonnée, notamment avec son coup droit et son service. Avec 44 as, elle est en tête du classement, avec cinq longueurs d’avance sur Serena Williams.

Mais en trois confrontations, Görges n’a jamais pris une manche à Williams. Sur une surface comme le gazon, l’une des meilleures de l’Américaine, le défi est donc considérable.

« Quand Serena est à son niveau, elle est injouable », estime la Française Kristina Mladenovic qui, malgré une résistance acharnée, a plié au troisième tour face à elle.

Les statistiques parlent pour l’Américaine : à ses 10 précédentes demi-finales à l'All England Club, elle n’a perdu qu’une seule fois, en 2000 face à sa sœur aînée Venus. À son dernier affrontement contre Görges, pas plus tard que le mois dernier à Roland-Garros (3e tour), elle avait maîtrisé la situation avec brio (6-3, 6-4).

« C’était il y a quatre ou cinq semaines. Cela n’a plus d’importance aujourd’hui. C’est un nouveau match sur une autre surface. On repart de zéro. Je vais aller sur le court pour donner le meilleur de moi-même », a expliqué Williams, qui n’avait pu enchaîner à Paris après sa victoire face à l’Allemande.

Blessée aux pectoraux, elle avait dû renoncer à sa confrontation en huitièmes de finale contre la Russe Maria Sharapova.

Serena Williams célèbre un point remporté contre Arantxa Rus à WimbledonSerena Williams Photo : Getty Images / Ben Stansall

Les Allemandes à l’honneur

Pour la première fois à Wimbledon, il y aura deux Allemandes dans le dernier carré. L’ancienne numéro un mondiale Angelique Kerber (10e aujourd’hui), finaliste en 2016, affrontera la Lettone Jelena Ostapenko (12e) dans l’autre demi-finale.

La dernière fois qu’il y a eu deux Allemandes à ce niveau en grand chelem remonte à 1993 à Roland-Garros. Steffi Graf avait alors battu sa compatriote Anke Huber, avant de s’offrir le trophée contre l’Américaine Mary Joe Fernandez.

Kerber vise un troisième titre majeur, après ses triomphes aux Internationaux d’Australie et des États-Unis en 2016. Mais sa défense tout-terrain risque d’être mise à rude épreuve face à Ostapenko, lauréate de Roland-Garros en 2017 et de Wimbledon chez les juniors en 2014. Une belle opposition de styles en perspective.

Tennis

Sports