•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marco Arop, vedette en puissance de l'athlétisme canadien

Marco Arop devance la compétition en finale du 800 m des Championnats canadiens d'athlétisme.
Marco Arop mène la finale du 800 m aux Championnats canadiens d'athlétisme à Ottawa. Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
La Presse canadienne

En 2016, Marco Arop avait 17 ans. Il regardait, ébaubi, la finale du 800 m des Championnats canadiens d'athlétisme.

« Je me souviens qu’un ami m’a dit : "C’est Brandon McBride, il vient de se classer 2e dans la NCAA." Je me disais : "Ça prendra un certain temps pour que j’atteigne ce niveau-là." Et m’y voici. C’est fou! »

McBride et le reste du peloton n’ont pas pu rattraper Arop. L’Albertain de 19 ans a mené la course d’un bout à l’autre pour s’emparer du titre à sa première présence aux Championnats nationaux.

Dans une édition où plusieurs vedettes étaient discrètes, voilà que le nom d’Arop est sur toutes les lèvres.

« Tout clique pour moi en ce moment, a dit Arop avec un grand sourire. Je n’en reviens pas que c’est en train de se passer. »

Au primaire et au début du secondaire, il avait goûté à l’athlétisme, mais il s’était tourné vers le basketball. En 12e année, l’entraîneur de l’équipe d’athlétisme de Blessed Oscar Romero High School l’a convaincu de revenir sur la piste.

Le mois dernier, à sa première année à l’Université Mississippi State, il a gagné l’argent aux Championnats de la NCAA avec un chrono de 1 min 45 s 25/100.

L’athlétisme canadien n’avait pas de spécialiste du 800 m depuis Gary Reed, qui détient encore le record national (1:43,95). Il a pris sa retraite en 2010. McBride (meilleur temps de 1:43,68) s’est glissé dans ce rôle, avec une 8e place aux mondiaux de Londres l’été dernier.

De Khartoum à Edmonton

Dans le stade Terry-Fox d’Ottawa, Arop a démarré la finale en puissance dans les 100 premiers mètres. La piste était déserte devant lui pour le reste de la course. McBride a rétréci l’écart à la fin, sans pouvoir le rattraper.

« Je ne peux pas expliquer comment je me sens, a dit Arop. J’avais si peur de Brandon, je croyais qu’il allait me dépasser à 200 mètres de la fin, ça m’a encouragé à pousser encore plus.

Je sentais qu’il était juste là, il est tellement plus fort que moi, il a cette impulsion tellement puissante, mais ce n’était pas sa journée aujourd’hui.

Marco Arop, au sujet de Brandon McBride

Arop est né à Khartoum, au Soudan. Ses parents ont fui la guerre civile d’abord en Égypte, puis à Saskatoon, quand il avait 2 ans. La famille de six enfants s’est finalement installée pour de bon à Edmonton.

La victoire d’Arop lui a assuré un billet pour les Championnats NACAC, auxquels participeront des athlètes d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes. McBride et lui formeront un duo redoutable pour le Canada, tant aux Championnats du monde l’année prochaine qu’aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

« Ça me motive, a dit McBride, de cinq ans l’aîné d’Arop. Je suis content que nous soyons maintenant quelques-uns à flirter avec le standard olympique. Espérons que nous aurons un effectif complet pour le 800 m aux mondiaux et aux Jeux. »

McBride a également reconnu que dimanche, c’était la journée d’Arop. « Je n’ai pas d’excuses, je n’avais pas les jambes dans les 100 derniers mètres comme je les ai d’habitude. »

Athlétisme

Sports