•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patineurs artistiques au travail

Julianne Séguin (gauche) et Charlie Bilodeau (droite) Photo: La Presse canadienne / Jonathan Hayward
Radio-Canada

Alors que la majorité des gens sont en mode « vacances », les patineurs artistiques québécois, eux, triment dur en prévision des prochaines compétitions internationales.

Un texte de Michel Chabot

Patinage Québec réunit depuis quelques années les meilleurs athlètes de la discipline pour leur permettre de montrer leur programme à des juges de calibre international.

Julianne Séguin et Charlie Bilodeau sont au nombre des quelque 40 patineurs présents à la Place Bell de Laval. Le couple, 9e aux Jeux olympiques de Pyeongchang, en est à préparer ses nouveaux programmes.

« Nous voulons obtenir des commentaires pour savoir s’il y a des modifications majeures à faire, affirme Bilodeau. C’est le bon moment. C’est utile, beaucoup. »

« Ce genre de camp te permet de t’assurer d’aller dans la bonne direction, estime l’entraîneur de danse Patrice Lauzon. Si tu manques ton été, c’est très dur d’avoir une bonne saison. »

Séguin et Bilodeau ont bien voulu nous dévoiler les pièces musicales qu’ils ont choisies pour entamer ce nouveau cycle olympique.

« Pour le programme court, c’est Groove is in the heart de Deee-Lite, donc une ambiance un peu plus funky », révèle Bilodeau.

« Pour le long, ce sera Wicked games, la version de Theory of a Dead Man, enchaîne Séguin. C’est un peu plus dans notre zone de confort, mais il y a tout de même un petit upgrade. »

Les curieux pourront peut-être découvrir leurs nouvelles chorégraphies aux Championnats d’été, à Pierrefonds, si les deux athlètes jugent être suffisamment prêts. Sinon, c’est au camp national, début septembre, qu’ils les inaugureront.

Leurs objectifs pour la prochaine saison sont élevés même si après les J.O., ils n’ont pu se qualifier pour le programme long des Championnats du monde.

Nous voulons voir un gros changement apparaître, ça c’est certain. Nous voulons vraiment que ça fasse wow!

Julianne Séguin

« On ne se le cachera pas, le couple Duhamel-Radford a pris sa retraite, rappelle Bilodeau. Nous étions deuxièmes au Canada, les premiers sont partis. Il y a une place libre. Nous allons essayer d’aller la prendre. »

L'ère post Virtue-Moir

En danse, Carolanne Soucisse et Shane Firus ont aussi des visées ambitieuses, même s’ils ne sont ensemble que depuis deux ans. Avec la retraite de Tessa Virtue et Scott Moir, médaillés d’or à Pyeongchang, ils veulent devenir les meilleurs danseurs au Canada.

« Oui, nous croyons que nous sommes les next ones, répond Soucisse. Après les Championnats nationaux, on a eu beaucoup de commentaires, surtout du public, qui allaient dans ce sens. Donc ça nous a donné un petit velours. »

Soucisse, 23 ans, et Firus, qui est son aîné d'un an, viennent d’apprendre qu’ils participeront à deux Grands Prix à l’automne. Après Skate Canada en octobre, ils se rendront au Japon pour le Trophée NHK.

Ils y inaugureront également de nouveaux programmes.

« Tout le monde fait un tango cette année, expose Firus. Et dans le programme libre, nous ferons un numéro inspiré de 50 nuances de Grey, ajoute-t-il avec un clin d’œil.

Il reste à voir s’ils pourront ainsi dominer la compétition.

Les grandes ambitions d’Alicia Pineault

Chez les femmes, la championne du monde, Kaetlyn Osmond poursuit sa carrière, tout comme Gabrielle Daleman.

La Québécoise Alicia Pineault espère pouvoir se rapprocher de leur calibre au cours de la saison qui vient.

Elle a obtenu de bons commentaires des juges présents à Laval, surtout au niveau des émotions démontrées lors de son interprétation. Mais elle a aussi des éléments à améliorer.

En gros, on m’a dit qu’il fallait que j’améliore ma vitesse si je veux compétitionner avec mes rivales internationales. Mais je pense que je suis sur le bon chemin.

Alicia Pinault

N’ayant pu se qualifier pour les derniers Jeux olympiques d’hiver, elle aspire à un poste dans l'équipe nationale.

« J’espère dépasser le niveau des 60 points dans mon programme court, affirme Alicia Pineault. C’est ce qui permet de te différencier et d’atteindre les podiums internationaux. J’aimerais aussi pouvoir être dans l’équipe nationale cette année. »

Pour y arriver, la patineuse de Varennes devra se classer parmi les 5 meilleures au pays.

Elle amorcera sa saison à Minto en Ontario, à la fin juillet. Elle y présentera son nouveau programme long, sur l’air de Woman de Shawn Phillips.

Patinage artistique

Sports