•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Les Belges et les Anglais, contents ou pas?

L'Anglais Gary Cahill (à gauche) et le Belge Michy Batshuayi sautent pour atteindre le ballon à la Coupe du monde de 2018.

L'Angleterre de Gary Cahill (à gauche) et la Belgique de Michy Batshuayi avaient déjà confirmé leurs places en huitièmes de finale.

Photo : Associated Press / Hassan Ammar

Olivier Tremblay

ANALYSE – Heureusement qu'il y avait le Panama et la Tunisie.

Pendant que les deux nations déjà éliminées créaient au moins un peu de jeu dans une victoire de 2-1 des Tunisiens, la rencontre entre l’Angleterre et la Belgique n’a pas laissé grand-chose à se mettre sous la dent.

Les deux sélectionneurs ont apporté de nombreux changements à leur formation. Les joueurs, à de rares exceptions près, ont pris bien peu d’initiatives. Gareth Southgate a fait jouer Danny Welbeck au lieu de Harry Kane lorsque l’Angleterre « visait » l’égalisation.

Adnan Januzaj a marqué un fort joli but. Michy Batshuayi l’a célébré en frappant le ballon en plein sur le cadre, ce qui lui a valu un violent rebond au visage.

Les Anglais, qui ont semblé encore moins intéressés que les Belges, diront peut-être que la malchance de Batshuayi est un reflet du destin de la Belgique dans cette compétition : avec la victoire, les Diables rouges se retrouvent du côté du tableau éliminatoire qui comprend l’Uruguay, le Portugal, la France, l’Argentine, le Brésil et le Mexique. Après la joie, la (petite) claque.

L’Angleterre, de son côté, accompagne l’Espagne, la Russie, la Croatie, le Danemark, la Suède et la Suisse. C’est moins effrayant.

Sauf qu’il y a d’abord les huitièmes. La Belgique a rendez-vous avec le Japon. L’Angleterre doit battre la Colombie.

Est-ce vraiment un meilleur sort pour les Anglais?

En attendant mardi prochain, l’Angleterre a perdu le bel élan qu’elle s’était créé avec une victoire de 6-1 contre le Panama. Bien sûr, ses titulaires seront plus reposés que ceux des Cafeteros. James Rodriguez, blessé, pourrait rater la rencontre.

Cette Coupe du monde nous a toutefois rappelé qu’il n’y a tout simplement pas de match facile.

L’Allemagne en sait quelque chose. Et l’Angleterre, qui n’a pas atteint les quarts de finale en 12 ans, devrait aussi être au courant.

Vivement samedi!

Déjà 48 matchs dans nos souvenirs. Le Mondial est comme la vie : plus ça avance, plus ça va vite.

Le tour éliminatoire s’amorce samedi avec deux formidables chocs.

France c. Argentine, 10 h (HAE)

D’un côté, la sélection albiceleste a fait durer le suspense jusqu’à la dernière seconde ou presque. De l’autre, les Bleus ont confirmé leur qualification en toute tranquillité.

Avec son essor nouveau, l’Argentine est-elle de retour parmi les nations à surveiller? Quand on a Messi, rien n’est à notre épreuve. La France a cependant affiché un sang-froid qui semble la favoriser en vue d’une rencontre à grand enjeu.

Uruguay c. Portugal, 14 h (HAE)

Trois matchs, trois victoires. L’Uruguay a confirmé son 1er rang dans le groupe A avec aplomb, et elle n’a toujours pas laissé de ballon se faufiler dans son but.

Le Portugal? Il a diverti, mais a-t-il vraiment convaincu qui que ce soit? Il faudra davantage de maîtrise à la Seleçao das Quinas contre une équipe équilibrée comme la Celeste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports