•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dur retour à la maison pour l'équipe nationale allemande

L'équipe allemande à la sortie de l'avion.

Joachim Löw et l'équipe allemande

Photo : The Associated Press / Alexander Zemlianichenko

Agence France-Presse

Au moment où l'équipe allemande déchue rentrait à la maison au lendemain de sa déconvenue en Coupe du monde en Russie, les réactions allaient de la consternation à l'ironie dans les médias nationaux et européens.

Le sélectionneur Joachim Löw, dont l'avenir à la tête de la Mannschaft est remis en question, ainsi que le patron de la Fédération allemande de soccer doivent s'exprimer devant la presse plus tard jeudi.

Tenants du titre, les Allemands ont été éliminés mercredi dès la phase de groupe, humiliés 2-0 par la modeste équipe de Corée du Sud. C'est la première fois depuis le Mondial de 1938 qu'ils ne passent pas ce stade de la compétition.

« On est toujours très touchés », a reconnu à l'arrivée le directeur général de l'équipe, Oliver Bierhoff.

« Déception, colère [...] on a gâché beaucoup de choses. Nous, les joueurs, on se sait responsables », a de son côté lancé le gardien et capitaine Manuel Neuer.

En après-midi, environ 200 partisans déçus attendaient les joueurs à leur arrivée à l'aéroport. Parmi eux, Gunther Kuemmel, un livreur de journaux de 67 ans qui brandissait une pancarte sur laquelle était écrit : « Honte sportive. »

« Je suis déçu de l'état d'esprit mou des joueurs qui n'étaient pas professionnels. Je n'ai jamais eu l'impression qu'ils voulaient gagner. Il n'y avait aucune étincelle et c'est la faute de Löw », a-t-il estimé.

Dans les kiosques à journaux

La presse européenne navigue entre stupéfaction et ironie, et certains titres n'hésitent pas à établir un parallèle entre l'élimination de la Mannschaft et la situation politique du pays. En raison de l'antagonisme historique entre les deux peuples, le Royaume-Uni est évidemment l'un des plus mordants.

« Ce n'est pas un noble sentiment, mais mon dieu comme cela fait du bien », s'est exclamé le journaliste Richard Littlejohn, dans les colonnes du Daily Mail. Le Mail a choisi une expression allemande pour sa une: « GOTT IN HIMMEL! » (OH MON DIEU!).

« On se voit à la plage » : le titre de la une du Corriere dello Sport, en Italie, une référence à l'absence de la Squadra Azzurra à la Coupe du monde.

Toujours sur le ton ironique, Mundo Deportivo, quotidien sportif espagnol, ose un « Kaputt historique » avec un cliché de Thomas Müller et de Manuel Neuer en détresse.

Mais au-delà de l'aspect purement sportif, les journaux se lancent dans un parallèle avec les problèmes politiques qui touchent le pays.

« On découvre aujourd'hui une Allemagne sur la même marche que la nôtre. Il faut nous habituer aux retournements des traditions, des habitudes. Le modèle allemand se réveille à l'improviste avec les yeux cernés et la migraine : prétention, ventre plein, tensions internes, problèmes politiques », a écrit le Corriere della Sera.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports