•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact soumet Marco Donadel au ballottage

Marco Donadel
Marco Donadel Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
La Presse canadienne

Le séjour de Marco Donadel avec l'Impact de Montréal a pris fin, vendredi, alors que son nom a été soumis au ballottage à la veille du match contre l'Orlando City SC en Floride.

À Montréal depuis 2015, l'Italien de 35 ans n'avait participé qu'à deux matchs cette saison en raison d'une blessure aux muscles fessiers.

« Je tiens à remercier Marco pour sa contribution à l'Impact de Montréal, autant sur le terrain qu'à l'extérieur, a déclaré le président de l'Impact, Joey Saputo, par voie de communiqué. Il a été un vrai professionnel et a apporté une grande expérience à l'équipe durant des moments importants. Il a fièrement porté les couleurs du club tout en s'imprégnant de la vie montréalaise avec sa famille. Je lui souhaite beaucoup de succès pour la suite de sa carrière. »

« Cette décision a été prise afin de nous permettre d'avoir de la flexibilité dans l'effectif à l'aube de la fenêtre des transferts estivale, a déclaré le directeur technique de l'Impact Adam Braz. Nous voulons remercier Marco pour sa contribution au club au courant des dernières années. Son dévouement et son engagement sont très appréciés et nous lui souhaitons la meilleure des chances pour l'avenir. »

Donadel a disputé 67 matchs en quatre saisons avec l'Impact, de 2015 à 2018, récoltant trois buts et 10 passes décisives en MLS.

Des Lions plus affamés

Le Bleu-blanc-noir a défait les Lions 3-0, le 13 juin dernier, au stade Saputo. Deux jours plus tard, la formation floridienne a montré la porte de sortie à son entraîneur-chef Jason Kreis, qui a été remplacé de manière intérimaire par son adjoint Bobby Murphy.

Les joueurs de l'Impact (5-11-0) savent qu'ils devront se méfier de leurs rivaux quand ils rendront visite à l'Orlando City SC (6-8-1). Montréal n'a pas gagné deux matchs de suite depuis les 17 (Toronto) et 31 mars (Seattle).

« Ça peut être un électrochoc positif, mais parfois le mal est un peu plus profond et ça peut prendre un peu plus de temps, a mentionné l'entraîneur-chef Rémi Garde, plus tôt cette semaine. Je n'ai pas les éléments suffisants pour savoir ce qui va se passer, mais mon expérience est suffisante pour mettre tout le monde en garde par rapport au match. »

« Même s'il n'y a pas de garantie, le changement d'entraîneur va certainement faire bouger les lignes, comme on dit. Il y a des choses qui vont changer, des joueurs qui vont se retrouver dans des situations différentes [...] Nous avons vu ce dont ils sont capables ici, car le score ne reflétait pas nécessairement l'écart entre les deux équipes, comme c'est souvent le cas », a renchéri Garde.

Premiers effets

Le changement d'entraîneur à Orlando a déjà eu un certain effet positif puisque l'équipe a défait le D.C. United en tirs de barrage, mercredi soir, pour atteindre les quarts de finale de la U.S. Open Cup, l'équivalent américain du Championnat canadien. Le match a été interrompu pendant une heure et demie dès la sixième minute en raison d'un orage.

L'entraîneur Murphy a brassé les cartes pour cette rencontre et a présenté un schéma 3-4-3 avec la majorité de ses joueurs partants. Les Lions seront toutefois à nouveau privés du milieu de terrain Yoshimar Yotun, qui représente le Pérou à la Coupe du monde. Ils tenteront de mettre fin à une série de six défaites en MLS.

« Je m'attends à ce que leurs partisans aient hâte de les revoir à domicile, a affirmé l'arrière latéral Daniel Lovitz. L'ambiance est toujours spéciale là-bas et les joueurs voudront bien jouer devant leurs partisans. De notre côté, j'espère que nous pourrons démontrer une certaine continuité dans notre jeu. »

« Je ne crois pas que les changements de leur côté doivent avoir des conséquences de notre côté, même si nous nous attendons à une performance plus dynamique de leur part [...] Le plus important est de nous concentrer sur ce que nous pouvons contrôler. Nous voulons répliquer ce que nous avons bien fait lors des derniers matchs. Nous nous sommes bien battus et tout le monde était sur la même longueur d'onde en courant très fort et en exécutant le plan de match. »

Une lueur d'espoir?

Une victoire de l'Impact permettrait à l'équipe de s'approcher à un point du sixième et dernier rang donnant accès aux éliminatoires dans l'Association de l'Est, une réalité qui semblait pratiquement impossible il y a quelques semaines.

« Même si nous savons qu'il est trop tôt pour regarder le classement, nous sommes aussi conscients de la situation, que nous sommes à distance de frappe, a admis Lovitz. Évidemment que si nous gagnons trois points à chaque match, nous allons grandement améliorer notre situation. On garde ça en tête, mais nous savons aussi que nous ne sommes toujours pas dans une très bonne position. »

« Peut-être que la réussite qui nous a fuis pendant de si nombreux moments est en train de nous sourire un peu, a conclu Garde. À nous de continuer de bâtir là-dessus, de reprendre aussi une forme de confiance qui nous a également fait défaut pendant trop longtemps. »

Par ailleurs, l'entraîneur français a indiqué que le milieu de terrain Jeisson Vargas (genou) allait rater le match contre Orlando, tandis que le défenseur Victor Cabrera (mollet) serait disponible.

Le défenseur Kyle Fisher (tibia) a recommencé à s'entraîner avec ses coéquipiers cette semaine, mais il a besoin d'encore un peu de temps pour retrouver la forme.

Soccer

Sports