•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Maison olympique canadienne ouvre finalement ses portes au public

Une salle de visionnement prévoit présenter les meilleurs moments de l'histoire olympique canadienne. Photo: Vincent Ethier/COC
Radio-Canada

Inaugurée en grande pompe le 9 juillet 2015 avec l'ancien président du Comité olympique canadien (COC), Marcel Aubut, à la tête de ce projet, voilà que la Maison olympique de Montréal pourra enfin accueillir ses premiers visiteurs, près de trois ans plus tard, dès le mercredi 20 juin.

Dans une nouvelle exposition intitulée l’Expérience olympique canadienne, le public aura droit à une immersion dans l’univers des athlètes.

« L’histoire du sport olympique canadien a maintenant pignon sur rue en plein cœur de Montréal, première ville olympique canadienne, ce qui représente une vitrine remarquable pour nos athlètes et notre histoire sportive », explique Eric Myles, directeur exécutif Sport du COC.

Au total, c'est une surface de 5000 pieds carrés (465 mètres carrés) qui est consacrée à ce parcours interactif. L'objectif est d'y attirer 25 000 personnes par année.

La première de trois salles permet aux visiteurs d'expérimenter divers sports grâce à des simulateurs conçus par la firme québécoise GSM Project.

Il y a notamment la descente d’une piste de bosses pour se mesurer à Mikaël Kingsbury. Le champion olympique de Pyeongchang avait participé à un tournage de 18 heures, il y a trois ans, pour concrétiser cette simulation.

Il est également possible de faire une immersion dans le monde du sprint, du bobsleigh ou de l'escrime.

« La première zone c’est pour découvrir ton profil d’athlète, ton potentiel, d’aller découvrir un sport comme l’escrime qui est peu connue, explique l'ex-athlète olympique Sandra Sassine. Toute personne qui a envie de l’essayer peut venir à l’Expérience olympique et voir si elle aime ça. »

L'ancien sprinteur Bruny Surin considère que cette initiative se veut une source d'inspiration pour les enfants et qu'elle permettrait de donner naissance à de nouvelles passions.

« Des parents pourraient se dire : "Mon fils ou ma fille est très rapide." Les jeunes vont pouvoir venir faire des tests d’aptitude, dit Surin. Ils peuvent essayer toutes sortes de sports. »

Bruny Surin prodigue des conseils à un utilisateur du simulateur de sprint.Bruny Surin prodigue des conseils à un utilisateur du simulateur de sprint Photo : Radio-Canada / Michel Gingras

Mieux encore, les athlètes en devenir pourront être aiguillés vers les fédérations sportives s'ils désirent approfondir l'expérience.

Si, en bout de ligne, ça peut allumer une petite lumière pour des enfants qui disent : ''Moi, je suis intéressé, je veux nager comme Mark Tewksbury. Je veux aller courir comme Bruny Surin.'' On aura atteint notre but.

Eric Myles, directeur exécutif Sport du COC

La partie plus muséale de la Maison est réservée à l'histoire des JO et des performances canadiennes. Et une vidéo relatant plus d’un siècle d’histoire olympique canadienne, tant aux Jeux d’été que d’hiver, présentera les moments marquants et les performances mémorables d’athlètes canadiens dans la salle Lausanne.

Le projet de Maison olympique à Montréal a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années. Les bureaux du 500 boulevard René-Lévesque Ouest, qui devait accueillir le projet de musée olympique ouvert au public, hébergeaient déjà plus d’une cinquantaine d’employés du COC. Ce sont les dépassements de coûts de la salle de réunion Lausanne et les délais dans l’avancement des travaux qui ont marqué les esprits.

La démission de Marcel Aubut, le 3 octobre 2015, avait aussi freiné l’évolution de ce projet 12 millions de dollars, dont 8,5 millions proviennent de fonds publics.

Les portes seront ouvertes au public mercredi dès 10 h.

Sports