•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Comme de l'essence à la pompe... mais griffée

Daniel Ricciardo dans le virage Senna à Montréal lors du Grand Prix du Canada de 2018
Daniel Ricciardo à Montréal dans la Red Bull Photo: Getty Images / Charles Coates
Philippe Crépeau

L'entreprise ExxonMobil développe de l'essence et des lubrifiants spécialement conçus pour les monoplaces et les moteurs de l'équipe Red Bull. Une essence qui pourrait fonctionner dans votre voiture, mais qui n'est fabriquée que pour un seul client.

L'équipe Red Bull a annoncé le 1er décembre 2016 avoir choisi de faire confiance à l'entreprise ExxonMobil pour son essence, son huile et ses lubrifiants.

C'est donc l'équipe Mobil Motorsports technology qui est chargée de concevoir et fournir à l'équipe les précieux liquides : l'essence de course Esso Synergy et le lubrifiant Mobil1.

« Mobil 1 est une marque qui fait partie de l'histoire de la F1 depuis plus de 30 ans, et ce partenariat nous permet de profiter de l'expertise de cette entreprise de classe mondiale », a dit le patron de l'équipe, Christian Horner.

Le directeur de l'équipe Mobil Motorsports technology, David Tsurusaki, a répondu aux questions de Radio-Canada Sports dans le garage Red Bull lors du week-end du Grand Prix du Canada.

« L’essence de course utilisée en F1, est très proche de l’essence qu’on retrouve à la pompe », explique M. Tsurusaki.

Une information qui peut surprendre, compte tenu du niveau technologique de la série. Mais bon, il y a quand même une petite différence. Pour risquer une analogie avec le monde de la mode, on pourrait dire que c'est de l'essence « griffée ».

« Elle pourrait sans doute fonctionner dans votre auto, précise M. Tsurusaki, mais elle est fabriquée et préparée pour une seule et unique voiture, pour maximiser la performance du moteur Renault dans la Red Bull.

« L’essence pourrait être utilisée dans une autre F1, mais elle ne serait pas optimale dans un autre moteur, qui n’a pas les mêmes paramètres que celui de Red Bull. ».

« Et en F1, pour aller chercher quelques chevaux en plus, il faut peaufiner nos recherches jusque dans les moindres détails. C'est pour cela que notre essence est très spécifiquement conçue pour la voiture Red Bull. Même chose pour les lubrifiants.

David Tsurusaki, directeur, Mobil motorsports technologyDavid Tsurusaki, directeur, Mobil motorsports technology Photo : Société Radio-Canada

ExxonMobil et la F1 se connaissent depuis 38 ans. C'est un mariage heureux.

« Nous avons beaucoup d’expérience en course automobile, et en F1, des années d’expérience. Nos ingénieurs savent très bien ce qu’ils ont à faire, et comment le faire, alors c’est vraiment du peaufinage dans les ajustements, pour trouver un petit plus d’énergie, pour réduire et contrôler les hésitations du moteur.

« Nous tentons à chaque fois d’aller un peu plus loin, et nous sommes d’ailleurs en train de développer une nouvelle essence, que l’on croit encore plus performante, afin de donner quelques chevaux de plus au moteur.

« Notre objectif ne se limite pas à fournir de l’essence à Red Bull, nous voyons dans ce partenariat une excellente façon de développer nos nouvelles idées et nos technologies, étendre les connaissances de nos ingénieurs et préparer la prochaine génération de l’essence à la pompe et les lubrifiants que vous utilisez dans votre voiture.

« Et comme c’est la même équipe quoi travaille pour la course et la route, tout ce que les ingénieurs développent pour la course automobile et la F1, ils l’appliquent ensuite aux essences à la pompe.

« L’équipe Red Bull explique que chaque nouvelle essence que nous fournissons permet de gagner une place sur la grille de départ.

La petite machine bleue qui permet d'analyser les échantillons d'essence dans le garage de l'équipe Red BullLa petite machine bleue qui permet d'analyser les échantillons d'essence dans le garage de l'équipe Red Bull Photo : Société Radio-Canada

« En raison des règlements stricts de la FIA, nous devons surveiller de très près l’essence que nous offrons à Red Bull. Nous analysons constamment des échantillons d’essence, pour s'assurer qu’ils sont conformes à la réglementation FIA, et pour s’assurer qu’elle est la plus pure possible. »

Et pour s'assurer de la conformité de l'essence, l'équipe de Mobil Motorsports Technology bâtit son petit laboratoire dans un coin de garage, et branche sa petite machine bleue.

« Cette petite machine bleue nous permet d’analyser une trentaine de paramètres, dont les additifs par exemple, et nous pouvons repérer la moindre anomalie, comme une contamination par un liquide de refroidissement, précise M. Tsurusaki.

« Le processus est très simple. On brûle l'échantillon, ce qui permet de "lire" les informations à travers un programme informatique qui interprète et présente les données sous forme de graphiques. »

L'entreprise ExxonMobil et sa marque Mobil1 ont remporté plus de 100 victoires en Grand Prix, 6 titres pilotes et 5 titres constructeurs depuis leurs débuts en 1978 avec l'équipe Williams, et plus récemment avec McLaren entre 1995 et 2016.

Jacques Laffite dans la Williams FW08C en 1983Jacques Laffite dans la Williams FW08C en 1983 Photo : Twitter

Course automobile

Sports