•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

À l’Impact, Jukka Raitala dépanne et rassure

Le défenseur de l'Impact tente le joueur du Dynamo de Houston de prendre le ballon.
Mauro Manotas et Jukka Raitala Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Olivier Tremblay

BILLET - L'échange de Laurent Ciman au Los Angeles FC a entraîné assez de jurons pour faire retrousser les oreilles de tous les saints à Montréal. Mais rien ne fera réapparaître le Belge dans un maillot du Bleu-blanc-noir, et les supporteurs ne peuvent que concentrer leurs énergies sur ceux qui sont là.

Ce qui nous mène à Jukka Raitala.

Pour toutes sortes de raisons, des deux joueurs dont l’Impact a fait l’acquisition dans l’échange de Ciman, le Canadien Raheem Edwards a davantage retenu l’attention que Raitala. Or, avec ce que le Finlandais a dû traverser au cours des derniers mois, il mérite une médaille pour services rendus.

Revenons à la fin de l’hiver. À quelques jours du début de la saison, l’infirmerie est si remplie que Victor Cabrera est le seul défenseur central de métier auquel peut faire appel Rémi Garde.

La solution à ce problème? Jukka Raitala. Cette saison, il n’a joué qu’un match à sa position habituelle de défenseur latéral gauche. Et encore, c’était dans une défense à cinq.
Raitala n’a jamais été transcendant. On n’a jamais reconnu une réincarnation insoupçonnée d’Alessandro Nesta (qui, de toute façon, n’est même pas mort). Mais l’arrière central d’urgence a fait un boulot honnête en revenant aux bases.

L’arrière gauche Donny Toia, qui a séduit de nombreux partisans montréalais en 2015 et 2016 avant son départ pour Orlando, répétait souvent une formule bien simple quand on lui demandait d’évaluer son jeu en défense : « J’essaie seulement de défendre comme on me l’a appris quand j’étais jeune, en me plaçant entre mon homme et le filet. » Quelque chose comme ça.

Marcus Epps, de l'Union de Philadelphie, au centre de Jukka Raitala et Saphir TaïderMarcus Epps au centre de Jukka Raitala et Saphir Taider Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

Raitala ne s’embarrasse pas de fioritures. Il n’essaie pas de se sortir du pétrin avec un petit pont ou une feinte. Il joue simplement et proprement.

Avec le recul, cette pénurie de défenseurs centraux était peut-être la meilleure chose qui pouvait lui arriver. Sa première saison en MLS, à Columbus, n’avait pas été exceptionnelle. Plus la saison avançait, moins Raitala jouait, et pas parce que le Crew avait un Roberto Carlos ou un Maldini à portée de main.

Raitala avait perdu son poste, tout simplement. Mais ce séjour forcé en défense centrale lui a permis de faire un retour aux sources, de se concentrer sur l’exécution d’actions défensives.

Ce cheminement l’a mené à la victoire de 1-0 de samedi dernier contre Houston, une victoire qui ne règle pas tout, loin de là, mais qui fait beaucoup de bien à l’Impact. Et même si le Bleu-blanc-noir affiche toujours le pire rendement défensif en MLS (29 buts accordés), Raitala demeure une belle surprise dans cette phase du jeu.

Diego Rossi, du Los Angeles FC, saute par-dessus Jukka Raitala.Diego Rossi, du Los Angeles FC, saute par-dessus Jukka Raitala Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Aux côtés de Rod Fanni, Raitala a multiplié les bons coups, particulièrement contre le redoutable Alberth Elis. Quand l’Impact a fait le jeu, surtout en première mi-temps, le Finlandais est parvenu à s’imposer dans les transitions du Dynamo. Quand l’adversaire du jour a été obligé de jouer davantage pour tenter de créer l’égalité, Raitala est resté serein et a stoppé des ballons dangereux dans la surface de réparation.

L’infirmerie est tranquillement en train de se vider. Rudy Camacho était sur le banc, samedi dernier, et il devrait jouer à Dallas, ce week-end, puisque Raitala s’en est allé retrouver son équipe nationale. Tout semble se mettre en place au bon moment, bien que Camacho n’ait pas encore eu le temps de répondre présent.

Raitala vient de jouer son meilleur match avec l’Impact. Un arrêt en équipe nationale est toujours bon pour l’ego. À son retour, verra-t-on l’arrière gauche tant attendu?

Quelques tirs hors cadre…

  • Cela dit, l’Impact aura du pain sur la planche samedi, car le FC Dallas a gagné ses deux matchs de la semaine dernière. Et sa seule défaite remonte au 29 avril. L’équipe d’Oscar Pareja commence à ressembler à l’excellent collectif de 2016 qui n’a pas perdu un match dans lequel il a marqué.
  • Le Championnat canadien s'amorce mercredi soir et, pour la première fois de l’histoire de la compétition, les champions de la League1 (Ontario) et de la Première Ligue de soccer du Québec se rencontreront au premier tour. L’AS Blainville ou les Blue Devils d’Oakville auront l’occasion d’affronter le Fury d’Ottawa, et le gagnant de ce second tour aura rendez-vous avec le Toronto FC. Premier match de l’Impact : le 18 juillet contre Vancouver.
  • C’est perdu d’avance pour qui affrontera le TFC? N’en dites rien au Louisville City FC. Mardi soir, une poignée d’équipes de MLS amorçaient leur parcours au quatrième tour de la Coupe des États-Unis, et cette équipe de deuxième division a battu le Revolution de la Nouvelle-Angleterre 3-2. En coupe, le petit Poucet a toujours une chance.

Soccer

Sports