•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Steve Kerr critique le règlement de la NFL sur l'hymne national

Steve Kerr
Steve Kerr Photo: Getty Images / Ronald Martinez
Agence France-Presse

L'entraîneur-chef des Warriors de Golden State, Steve Kerr, a critiqué jeudi la nouvelle réglementation de la NFL qui oblige désormais les joueurs à rester debout pendant l'hymne américain.

« C'est tellement typique de la NFL », a regretté Kerr, peu avant le coup d'envoi du cinquième match de la finale de l'Association de l'Ouest entre son équipe et les Rockets de Houston.

« Ils essaient juste de toucher leur base de partisans et ils utilisent simplement l'hymne pour faire du faux patriotisme ou nationalisme, pour faire peur aux gens », a-t-il ajouté.

C'est idiot, mais c'est comme cela que la NFL gère ses affaires.

Steve Kerr

Ces nouvelles mesures, adoptées par les propriétaires des 32 équipes, sont destinées à empêcher une répétition de la crise de l'automne dernier. Des centaines de joueurs, pour protester contre les tensions raciales aux États-Unis et les violences policières contre la communauté noire, posaient alors un genou à terre, tête baissée, restaient assis ou levaient le poing pendant le Star-Spangled Banner.

Donald Trump avait estimé qu'il s'agissait d'un comportement antipatriotique et avait insulté les joueurs qui participaient au mouvement, les qualifiant de « fils de pute ».

Kerr a opposé le fonctionnement de la NFL à celui de la NBA : « Je suis fier d'appartenir à un championnat qui comprend que le patriotisme en Amérique veut dire liberté de parole et manifestation de manière pacifique », a expliqué l'entraîneur des champions en titre de la NBA.

« Les dirigeants de la NBA comprennent que quand les joueurs NFL posent un genou à terre, c'est pour protester contre les violences policières et contre les inégalités raciales, ils ne manquaient pas de respect au drapeau américain ni à notre armée », a-t-il souligné.

« Ce qui se passe reflète tout ce qui va mal dans ce pays en ce moment, les personnes au sommet essaient de nous diviser, de diviser les communautés, de faire de cette affaire une chose liée au drapeau, comme si le drapeau était plus important que ce qu'il représentait », a relevé Kerr qui, depuis l'élection de Donald Trump, ne manque pas de le critiquer avec virulence, tout comme son homologue des Spurs de San Antonio, Greg Popovich.

Football

Sports