•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Simon Yates vacille, mais garde le maillot rose au Tour d’Italie

Photo: Getty Images / LUK BENIES

Le Britannique Simon Yates a plié les genoux dans l'ascension finale de la 18e étape du Tour d'Italie, mais a su garder la tête hors de l'eau pour préserver son maillot rose de meneur, jeudi, à Prato Nevoso.

Yates (Mitchelton) a cédé une trentaine de secondes à ses rivaux directs dans cette étape gagnée par l'Allemand Maximilian Schachmann (Quick-Step).

À trois jours de l'arrivée à Rome, le Britannique ne compte plus que 28 secondes d'avance sur le Néerlandais Tom Dumoulin et 2 min 43 s sur l'Italien Domenico Pozzovivo.

Les deux prétendants au trône temporaire de Yates se sont accrochés à la roue du Britannique Chris Froome lorsqu’il a attaqué dans les deux derniers kilomètres de la montée.

Yates, visiblement à la peine, n’a pas su réagir.

Dumoulin et Pozzovivo ont terminé dans le même temps que Froome, le quadruple vainqueur du Tour de France qui s'est lui aussi rapproché à 3:22 au classement.

En échappée du début à la fin

Une longue échappée a pris l'avance en début de parcours dans cette étape de 196 kilomètres qui traversait la plaine du Pô pour rejoindre les Alpes piémontaises.

Aux 10 coureurs partis dès les premiers kilomètres (Ballerini, Cattaneo, Pfingsten, Plaza, Kuznetsov, van Emden, Van Poppel, Marcato, Fonzi, Turron) se sont joints Schachmann et son coéquipier danois Michael Morkov.

Dans le dernier kilomètre, Schachmann s'est débarrassé de ses derniers compagnons, l'Espagnol Ruben Plaza et l'Italien Mattia Cattaneo, qui ont franchi la ligne dans cet ordre.

Le jeune Allemand de 24 ans a signé la deuxième victoire de sa carrière, après une étape au Tour de Catalogne, et le cinquième succès d'étape de son équipe dans le Giro.

Deux étapes de montagne restent à courir, la plus dure probablement vendredi, bien plus ardue, à tout le moins, que celle de Prato Nevoso.

Cette étape, longue de 184 kilomètres, passe par le col delle Fenestre, dont les 7800 derniers mètres ne sont pas goudronnés. L'ascension, très longue (18,5 km), grimpe jusqu'à 2178 mètres, le point le plus haut de ce Giro.

La finale, très raide (7,2 km à 9,1 %), mène à Jafferau, au-dessus de Bardonecchia, près de la frontière française.

Avec les informations de Agence France-Presse

Cyclisme

Sports