•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Les futurs Expos consultent les partisans, et les réponses sont claires

L'instructeur du premier but des Blue Jays regarde attentivement le lanceur et le frappeur s'élancer lors du match du 26 mars au stade olympique.
Les Blue Jays de Toronto contre les Cards de St. Louis au stade olympique de Montréal le 26 mars dernier. Photo: La Presse canadienne / Ryan Remiorz
Martin Leclerc

BILLET - Environ une soixantaine d'amateurs de baseball ont participé mardi soir à une étude de marché commandée par les promoteurs du projet de retour des Expos. À en juger par des échos récoltés auprès de personnes présentes à cette soirée, Stephen Bronfman, Mitch Garber et leur groupe ont des intentions plutôt précises quant à la manière de relancer le baseball à Montréal.

Les participants ont été divisés en quatre groupes-cibles de 15 personnes : deux groupes de francophones et deux groupes d’anglophones. Sous forme de questions avec choix de réponse, ces groupes ont été informés et sondés par les représentants de Conventions Sports and Leisure International (CSLI), une firme américaine basée au Texas et dont le siège social se situe à proximité du site d’entraînement des Cowboys de Dallas.

L’expertise de CSLI est assez impressionnante. Depuis sa création, la firme texane a réalisé des études de marché rattachées à 29 stades (à construire ou déjà existants) du baseball majeur, 44 amphithéâtres de la LNH ou de la NBA et 31 stades de la NFL.

Tout au long de la soirée, avant d’inviter les participants à se prononcer sur divers sujets rattachés aux Expos version 2.0, les représentants de CSLI ont pris le temps de les instruire au sujet de l’économie du baseball et des pratiques de commercialisation généralement appliquées par les organisations de la MLB.

Par exemple, on nous a expliqué comment le partage des droits de télé nationaux fonctionne et comment l’émergence des droits de télé locaux a changé l’économie du baseball. Nous avons aussi appris que les sièges "premiums" constituent environ 20 % des billets disponibles pour un match, mais qu’ils génèrent 80 % des revenus. C’était très intéressant.

Un participant

***

Très clairement, les promoteurs du retour des Expos envisagent la construction d’un stade assez intimiste au centre-ville.

« Durant toute la consultation, lorsqu’il était question de la capacité du stade, de sa qualité architecturale et des perspectives visuelles possibles, on faisait constamment référence au Target Field (domicile des Twins du Minnesota, 38 871 places), au Progressive Field (Indians de Cleveland, 43 545 places), au Kaufmann Stadium (Royals de Kansas City, 37 903 places), au Petco Park (Padres de San Diego, 42 685 places) et au PNC Park (Pirates de Pittsburgh, 38 362 places) », selon un citoyen sondé par CSLI.

« Il semblait clair qu’on tentait d’établir des parallèles avec des marchés de plus petite taille. Les gros clubs et les gros stades comme les Yankees ont été écartés d’emblée et les stades historiques comme le Fenway Park (Boston) et le Wrigley Field (Chicago) ont aussi été mis de côté en raison de leur statut historique unique », explique un autre participant.

Un dessin par ordinateur d'un futur stade dans le bassin Peel, à MontréalUn dessin par ordinateur d'un futur stade dans le bassin Peel, à Montréal Photo : Étienne Coutu

Questionnés sur l’architecture générale et sur le cachet que devrait revêtir le futur stade montréalais, les participants ont exprimé une nette préférence pour un design rappelant les stades d’antan et donnant un aperçu du cachet de la ville. La proximité du jeu et une atmosphère intimiste ont été les deux plus importants critères choisis. Un revêtement de briques d’argile, très répandu dans la conception des maisons montréalaises, a reçu une grande majorité d’appuis.

On a maintes fois établi des parallèles avec les Blue Jays Toronto durant la consultation, mais uniquement lorsqu’il était question de mise en marché ou de prix des billets. Le stade Rogers, qui possède un toit rétractable, n’a jamais été mentionné.

Parlant de toit, la réaction des participants à ce sujet de discussion s’est avérée extrêmement étonnante! Les amateurs consultés se sont catégoriquement opposés à ce que le futur stade soit recouvert d’un toit, qu’il soit fixe ou rétractable.

Au lieu d’installer un toit rétractable, on a suggéré aux promoteurs d’investir dans des sièges ou des planchers chauffants pour assurer le confort des partisans de l’équipe lorsqu’il fait froid, en début de saison ou à l’automne. Les consultants, qui viennent du Texas, semblaient surpris. On leur a expliqué que les Québécois sont enfermés 6-7 mois par année et qu’ils veulent être dehors lorsqu’ils vont au baseball.

Un participant

« Quelqu’un a même suggéré qu’on dispute les deux premières semaines du calendrier au stade olympique si la température s’avère si problématique. »

***

Comme il s’agissait d’une étude de marché, il a aussi longuement été question du prix des billets et de l’intérêt général des amateurs envers l’éventuel retour d’une équipe de baseball.

À l’aide d’une enceinte fictive et d’une échelle de prix, on a questionné les participants sur leur évaluation de la valeur de sièges situés dans certaines sections et à leur capacité ou volonté d’en acheter, que ce soit pour 1 match, 15 matchs, une demi-saison ou même une saison complète. Encore là, les gens sondés ont été informés des pratiques ayant cours ailleurs dans la MLB.

« Au fil des discussions, les gens ont rappelé aux consultants de CSLI qu’il sera important pour les propriétaires de tisser des liens avec les partisans et de faire preuve de transparence avec eux. »

En ce sens, l’exercice consultatif de mardi s’avère certainement un pas dans la bonne direction. Si on veut que les partisans et la population se sentent concernés et s’approprient un projet, il faut d’abord les consulter et les écouter.

« Les gens de CSLI ont clairement expliqué que les promoteurs du retour des Expos n’étaient pas obligés de faire cette démarche et que le baseball majeur n’exige pas que les amateurs soient consultés avant le dépôt d’un dossier de candidature. C’est déjà une très belle démonstration de transparence », estime un participant.

Le futur stade des Expos pourrait donner naissance à un fascinant projet urbanistique pour Montréal. Jusqu’à présent, Stephen Bronfman, Mitch Garber et leurs associés semblent vraiment déterminés à bien faire les choses.

Baseball

Sports