•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Toronto FC veut offrir un trophée à ses partisans éprouvés

Carlos Salcido (au centre), de Chivas de Guadalajara, tacle Michael Bradley (à droite), du Toronto FC.
Le Toronto FC du capitaine Michael Bradley (à droite) doit marquer au moins deux buts, mercredi, pour espérer remporter la Ligue des champions de la CONCACAF. Photo: La Presse canadienne / Chris Young

Le Toronto FC était à 4000 km de chez lui quand une fourgonnette a foncé sur des piétons dans la métropole ontarienne lundi.

Malgré la distance, l’horrible attaque qui a fait 10 morts et 14 blessés a eu un fort impact sur l’équipe, qui se trouve actuellement au Mexique en préparation pour le match retour de mercredi en finale de la Ligue des champions de la CONCACAF contre le CD Guadalajara (Chivas).

« Je pense que notre groupe, peut-être encore plus que les autres dont j’ai fait partie, aime profondément et sincèrement sa ville d’attache, a dit l’entraîneur Greg Vanney, un Américain. Les gars aiment Toronto, ses gens et tout ce que la ville peut offrir. Tout le monde est ravi d’y jouer, et tout le monde s’y sent en sécurité. »

« Toronto est l’une des villes les plus formidables du monde, ajoute le capitaine Michael Bradley, lui aussi un Américain. Nous allons jouer de façon à ce que tous nos partisans soient fiers de nous. »

Les champions de la MLS ont subi une défaite de 2-1 lors du match aller au BMO Field le 17 avril. En raison de la règle des buts à l’étranger, le club torontois ne pourra pas se contenter d’un gain de 1-0 en sol mexicain. Une victoire de 2-1, par exemple, voudrait dire du temps additionnel, et possiblement une séance de tirs au but.

« Nous devons jouer de façon réfléchie, a dit Vanney. Nous ne pouvons pas faire de cadeau à Chivas et, en même temps, nous savons qu’il nous faut au moins deux buts. »

Onze partants du TFC sont déjà à Guadalajara depuis la fin de la semaine dernière. Les réservistes ont perdu 5-1 à Houston, samedi, et tous ces joueurs, sauf deux ou trois, ont ensuite traversé la frontière vers le sud. Une vingtaine de joueurs ont pris part à l’entraînement de lundi.

Le meneur de jeu espagnol Victor Vazquez, ralenti par un problème de nerf au dos, devrait jouer quelques minutes mercredi. L’arrière latéral Justin Morrow est au Mexique, mais une blessure l’empêchera de participer au match. Le défenseur Chris Mavinga est un cas douteux.

Toronto veut devenir le premier club de la MLS à triompher en Ligue des champions sous la nouvelle formule. À l’enjeu : une place à la Coupe du monde des clubs de la FIFA.

Une victoire torontoise donnerait suite de belle façon à une saison 2017 au fil de laquelle l’équipe a remporté le championnat canadien, le championnat de la saison et la Coupe MLS.

Le TFC s’est rendu en finale avec des réussites contre les Rapids du Colorado et contre deux formations mexicaines, Tigres et América.

« J’aime notre état d’esprit, a dit Vanney. C’est sûr que nous aurions voulu un meilleur résultat au match aller, mais nous n’y pouvons plus rien. Nous avons assurément l’esprit clair. Tout le monde connaît l’enjeu d’un match retour. Mentalement, les gars sont prêts à se dévouer et à faire les efforts sur le terrain. »

Chivas profitera de la fin des suspensions imposées au gardien Rodolfo Cota et à deux défenseurs, Jair Pereira et Edwin Herrera.

Le groupe n’est que 17e sur 18 en Liga MX (3-7-6). En MLS, Toronto a un bien modeste rendement de 1-4-0.

Toronto n’est que la troisième équipe de la MLS à se rendre en finale. Le Real Salt Lake (2011) et l’Impact de Montréal (2015) ont perdu contre des clubs mexicains.

Avec les informations de La Presse canadienne

Soccer

Sports