•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlons arbitrage en MLS

Diego Rossi, du Los Angeles FC, saute par-dessus Jukka Raitala.
Diego Rossi, du Los Angeles FC, saute par-dessus Jukka Raitala. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Olivier Tremblay

BILLET - L'Impact de Montréal vient de subir un trio de défaites et d'accorder 12 buts à ses adversaires. Et logiquement, on parle beaucoup d'arbitrage pour tenter d'expliquer tout ça.

Samedi dernier, pour la deuxième fois en trois matchs, les Montréalais ont dû se débrouiller en infériorité numérique. Après Saphir Taïder en Nouvelle-Angleterre, Victor Cabrera a reçu un carton rouge à son tour dans le revers de 5-3 de l’Impact, qui menait 2-1 au moment de l’expulsion.

Sur les réseaux sociaux, un des sujets préférés des supporteurs de l’équipe a encore été abordé : les mauvais arbitres de la MLS, la seule ligue du monde où les officiels prennent des décisions controversées.

Parlez-en à Gigi Buffon, le gardien de la Juventus, qui n’a pas fini de digérer le tir de pénalité dont a profité le Real Madrid contre son équipe en Ligue des champions. Maudits arbitres de la MLS…

Les partisans montréalais en avaient aussi contre une possible faute de Laurent Ciman (ou était-ce Walker Zimmerman ou un mélange des deux?) contre Nacho Piatti dans la surface de réparation en deuxième mi-temps. Bref, comme d’habitude, les arbitres ont une dent contre le Bleu-blanc-noir.

Walker Zimmerman et Ignacio Piatti bataillent pour le ballonWalker Zimmerman et Ignacio Piatti Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

J’ai une théorie sur les officiels. Vous constaterez qu’elle est fort saugrenue, mais donnez-moi une petite chance. La voici :

Il arrive, au cours d’un match, que l’arbitre prenne une décision défavorable à une équipe, puis une autre décision défavorable à l’autre équipe.

Imaginez : ceux de Los Angeles, pendant que Piatti rageait contre l'officiel Allen Chapman, se demandaient ce que le Nacho faisait encore là, vu qu’il avait mis son coude à la bouche de Diego Rossi plus tôt dans la rencontre.

Probablement involontaire, ce coup aurait néanmoins pu lui valoir un second carton jaune.

Les arbitres doivent prendre des centaines de décisions pendant un seul match. On ne peut pas s’attendre à ce que toutes soient justes. À mes yeux, M. Chapman a peut-être erré sur ces deux actions-là. Ça s’annule, dirons-nous pour les besoins de ce billet.

Du reste, je ne comprends rien de rien à toute cette discussion sur l’arbitrage de la fin de semaine.

L’exclusion de Cabrera était méritée. Citons le règlement :

Si un joueur commet une faute contre un adversaire pour annihiler une occasion de but manifeste et que l’arbitre accorde un [tir de pénalité], le joueur fautif est averti si le joueur a tenté de jouer le ballon; dans toutes les autres circonstances (par exemple : tenir, tirer ou pousser, aucune possibilité de jouer le ballon), le joueur fautif doit être exclu.

Lois du jeu IFAB 2017-2018

L’occasion de but est manifeste. Une fois que Marco Urena se retrouve face à face avec le gardien Evan Bush, le ballon à sa portée, Cabrera vise son homme, pas le ballon. Tir de pénalité, carton rouge. C’est la règle.

Pourquoi le gardien du LAFC Tyler Miller n’a-t-il donc pas subi la même peine quand il a accroché Piatti dans la surface en première mi-temps? D’abord, Miller vise le ballon. C’est suffisant, selon le règlement, pour qu'il ne reçoive qu’un avertissement.

Et encore, on pourrait avancer que la dernière touche de balle de Piatti fait en sorte que l’occasion de but n’est plus manifeste.

Il n’y a pas de complot contre votre équipe. Il n’y en a pas non plus contre les Whitecaps, qui ont reçu deux cartons rouges d'un seul coup après révision vidéo dans leur défaite de 6-0, à Kansas City, vendredi. Il n’y en a pas non plus contre les joueurs de la Juventus, même si les Napolitains les ont battus à Turin en fin de semaine.

Ce n’est pas le temps de crier au complot. C’est plutôt le temps de se demander comment l’Impact peut étanchéifier son bloc avant sa rencontre à Atlanta.

Chose certaine, on verra une défense inédite. Cabrera, suspendu, ratera son premier match de la saison.

Quelques tirs hors cadre…

  • Le prochain adversaire de l’Impact, l'Atlanta United, est allé battre Zlatan (et le Galaxy, accessoirement) à Los Angeles. Les hommes de Tata Martino sont intraitables lorsqu’ils peuvent attaquer la dernière ligne de défense tout en vitesse. Avec un tel défi devant eux, les joueurs montréalais devront rassurer Rémi Garde, qui a déploré l’attitude de sa troupe après la défaite contre le LAFC.
  • Après 22 années à Arsenal, Arsène Wenger a finalement confirmé qu’il allait quitter ses fonctions au bout de cette saison. Parmi les remplaçants potentiels, on annonce Patrick Vieira, l’entraîneur du New York City FC, qui a refusé de répondre à ces rumeurs après la défaite à Portland dimanche. Un autre pilote dirigera-t-il le NYCFC au stade Saputo, le 22 septembre prochain, ou Vieira voudra-t-il mener ce projet à terme? Je penche pour la seconde option.
  • Mauvaise nouvelle : le Toronto FC doit marquer au moins deux buts et gagner à Guadalajara, mercredi soir (21 h 30 HAE), pour remporter la Ligue des champions de la CONCACAF. Bonne nouvelle : Chivas est mauvais à domicile.

Soccer

Sports