•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laurent Ciman content d'être à Montréal, mais...

Laurent Ciman fait jaser à son retour à Montréal
Radio-Canada

Laurent Ciman affichait une mine radieuse après l'entraînement de son équipe au Centre Nutrilait. Le défenseur du Los Angeles FC saluait les employés de l'Impact et discutait avec eux. Non, il n'a pas croisé de membres de la direction et c'est mieux ainsi.

Ciman est toujours habité par ce sentiment de trahison après cet échange qui l'a forcé à poursuivre sa carrière avec un club d'expansion.

« Il s'est dit assez de trucs autour de tout ça. Il y a eu des insultes sur ma personne et ma vie privée. Je préfère ne plus en parler. Ce sera un match émotif pour moi. Je suis content de vous voir, ça me fait plaisir. Je serai content de voir les supporteurs et certaines personnes... »

Laurent Ciman ne fait plus partie de la famille de l'Impact depuis le mois de décembre et son départ demeure un mystère à ses yeux.

« Je ne le sais pas et je n'ai pas envie de la savoir », a-t-il sèchement répondu aux reporters à la veille de son premier match à Montréal dans l'uniforme du LAFC.

Samedi après-midi, le défenseur de 32 ans essaiera de bien gérer ses émotions face à ses anciens coéquipiers à qui il a lancé beaucoup de fleurs, en particulier Ignacio Piatti.

« Nacho est l'un des meilleurs attaquants de la ligue. Je le prendrais dans mon équipe non seulement pour ses qualités qu'on lui connaît sur le terrain, mais aussi en dehors. C'est vraiment une grande personne. »

En trois saisons à Montréal durant lesquelles il est devenu l'un des favoris du public, le Belge s'est attiré beaucoup d'éloges. Nommé défenseur par excellence de la MLS à sa première campagne en Amérique du Nord, Ciman possédait à Montréal un statut de joueur étoile. L'annonce de son départ soudain pour la Californie a laissé de nombreux supporteurs sur leur appétit.

S'attend-il aujourd'hui à ce que l'Impact lui rende hommage, comme le font certaines organisations lorsqu'un ex-joueur marquant de l'histoire de l'équipe revient affronter ses anciens coéquipiers?

« Je ne m'attends à rien vis-à-vis de ça. Le plus important pour moi, c'est ma relation que j'avais avec les supporteurs et avec les joueurs. Je pense que j'ai été honnête. J'ai toujours dit les choses en face, que ce soit aux fans, aux gens de la direction, aux joueurs et même aux journalistes. »

Ciman admet aussi qu'il n'a pas été parfait.

« J'ai la tête tranquille. Je sais ce que j'ai fait de bien et ce que l'ai fait de moins bien. Alors voilà, je suis un homme, j'ai mes défauts, j'essaie d'avancer avec ça. »

Après l'échange, sous le choc, Ciman avait notamment dit qu'il avait été traité comme un moins que rien, qu'il n'avait pas apprécié recevoir un coup de fil à minuit pour lui annoncer qu'il s'en allait à Los Angeles, sans aucune justification, qu'il n'avait même pas eu la chance de s'entretenir avec le nouvel entraîneur-chef Rémi Garde.

« J’ai regardé plusieurs parties et j’ai longuement discuté avec les gens qui sont au sein de cette organisation depuis un moment. J’en suis venu à la conclusion qu’il était temps de passer à autre chose » , a déclaré Garde, jeudi, au sujet de sa décision de se départir du vétéran défenseur.

Ciman a disputé 93 matchs avec le Bleu-blanc-noir, tous comme titulaire.

Le onze montréalais a obtenu le milieu de terrain canadien Raheem Edwards et le défenseur finlandais Jukka Raitala en échange de l'international belge qui devrait représenter son pays à la Coupe du monde cet été.

« Si je marque un but, je vais célébrer sobrement par respect pour les supporteurs. »

Le match entre l'Impact et le Los Angeles FC sera le premier au stade Saputo cette saison.

Soccer

Sports