•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bouchard et Abanda en lever de rideau à la Fed Cup

Place à la Fed Cup

Françoise Abanda lancera les affrontements entre le Canada et l'Ukraine de la rencontre de barrage du groupe mondial II de la Fed Cup, samedi et dimanche, au stade IGA à Montréal. Tel en a décidé le tirage au sort vendredi midi.

Abanda, classée au 127e rang mondial, se mesurera à Lesia Tsurenko (41e).

Il faudra se battre pour chaque point.

Françoise Abanda

La Québécoise Eugenie Bouchard disputera le second match de simple. La 117e à la WTA croisera le fer avec Kateryna Bondarenko qui occupe le 78e rang.

Les mêmes joueuses disputeront les simples inversés dimanche.

Je suis contente d’être ici. C’est un choix que j’ai fait. Je vais jouer pour la deuxième fois à Montréal cette année [elle jouera à la Coupe Rogers cet été, NDLR] et c’est spécial.

Eugenie Bouchard

C’est une première présence en Fed Cup pour Bouchard en trois ans. La dernière fois, en 2015, elle avait perdu ses deux matchs contre la Roumanie. Le format de la compétition pourrait être un remède à sa chute au classement.

« Je ne suis pas venue ici pour essayer de trouver un déclic, précise l’ancienne no 5 au classement mondial. Je suis venue ici pour jouer des matchs parce que j’aime jouer en Fed Cup. C’est un peu plus agréable et un peu plus relaxe que les autres tournois. La pression n’est pas seulement sur une personne, mais sur le groupe. Je vais tout donner comme toujours. »

Bouchard sur la défensive au podium

Eugenie Bouchard ne raffole pas des entrevues et des rencontres avec les médias. Arrivée à Montréal depuis mardi soir, elle a attendu le point de presse obligatoire de vendredi pour livrer ses impressions sur sa saison.

Les nombreuses questions liées à ses insuccès n’ont pas généré de longues réponses. Elle se dit convaincue qu’elle peut remonter au classement.

« J’ai confiance. J’ai été capable de gagner dans le passé et je ne vois pas pourquoi je ne serais pas capable de le faire de nouveau, explique Bouchard. Je m’entraîne pour que cette journée arrive plus tôt que tard. »

Quand un journaliste lui a demandé si elle prenait une partie du blâme pour ses insuccès sur le terrain, Bouchard a paru agacée.

« Je ne blâme pas les entraîneurs quand je fais des changements, a expliqué la joueuse. C’est ma carrière et je tente présentement de faire tourner les choses. Je m’entraîne fort et c’est ce qui va m’aider le plus. »

Bouchard n’a pu s’empêcher d’envoyer une pointe aux médias locaux quand un journaliste étranger l’a complimentée dans le préambule de sa question.

« C’est gentil de dire ça, ce serait bien si la presse locale me disait des trucs aussi gentils aussi. »

Jeunesse et expérience en double

Bianca Andreescu, 17 ans seulement, et Gabriela Dabrowski sont les deux autres Canadiennes qui prendront part au match de double dimanche. En théorie, l'Ukraine enverra Kateryna Bondarenko et Olga Savchuk dans la mêlée.

Le capitaine Sylvain Bruneau pourrait toutefois faire appel à Andreescu en simple, à la lumière des résultats de samedi.

Le Canada tentera donc de conserver sa place au sein du groupe mondial II, composé des nations classées du 9e au 16e rang.

Il s'agit d'un deuxième affrontement entre les deux pays, qui avaient croisé le fer pour la première fois en 2013, dans une autre rencontre de barrage du groupe mondial II. Le Canada avait finalement triomphé 3-2 grâce à la victoire lors du match de double décisif.

Le Canada doit disputer ce barrage contre l'Ukraine parce qu'il a perdu son match de premier tour du groupe mondial II contre la Roumanie en février. L'équipe misait alors sur Andreescu, Dabrowski, Carol Zhao et Katherine Sebov.

Tennis

Sports