•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Mon idole, c'est Jonathan Drouin » - Joe Veleno

Joe Veleno, meilleur espoir québécois

« Mon idole, c'est Jonathan Drouin. Jouer avec lui et faire partie de cette organisation [le Canadien], si j'en ai la chance, je vais en profiter. » Voilà ce qu'a déclaré à notre collègue Jean-François Poirier Joseph Veleno, qui sera vraisemblablement le premier Québécois à être sélectionné au prochain repêchage de la LNH.

Un texte de Jean-François Poirier

Le 22 juin, à Dallas, si l'on se fie à la centrale de recrutement de la LNH, Joe Veleno sera le premier Québécois et le premier centre sélectionné à la séance de repêchage du circuit Bettman. Son nom devrait être entendu autour du 10e rang, c'est-à-dire plusieurs choix après la sélection du Canadien qui, en théorie, s'exprimera pour la première fois au 4e rang. À moins que...

Joe Veleno est un attaquant des Voltigeurs de Drummondville de la Ligue de hockey junior majeure du Québec. Élancé et assez costaud, ce joueur de centre de 18 ans détient le bon profil de l'emploi : il mesure 1,89 m (6 pi 2 po), pèse 89 kg (195 lb), possède un bon sens de l'attaque et son jeu en défense n'est pas une source d'inquiétudes.

Bilingue, né à Kirkland près de Montréal, sérieux à l'extérieur de la patinoire, il avoue même qu'il rêve de jouer au sein du même trio que Jonathan Drouin... Le joueur autour duquel le directeur général Marc Bergevin souhaite bâtir l'avenir de l'équipe.

Depuis le temps que le Tricolore souhaite dénicher un joueur de centre doté d'un immense potentiel ou encore d'en former un, Veleno méritait sûrement le détour lorsque le directeur général du CH s'est rendu à Victoriaville afin d'assister à un match éliminatoire le 6 avril dernier.

« Il veut être dirigé. Il veut devenir un joueur [de la LNH] et désire s'améliorer. Il faut lui donner du temps. Je pense qu'il va avoir une belle carrière dans la ligue nationale », affirme Dominique Ducharme, qui est devenu son entraîneur après la période des fêtes à Drummondville.

La valeur de Veleno est à la hausse depuis qu'il a été échangé aux Voltigeurs, l'une des équipes juniors les plus prometteuses au Canada. Il est classé huitième espoir nord-américain, un bond de cinq places par rapport à la dernière estimation des recruteurs de la LNH.

Après deux saisons et demie avec les Sea Dogs de Saint Jean (Nouveau-Brunswick), Veleno est devenu le pilier des Voltigeurs. Ses 59 points en 43 matchs représentent sa plus forte production à l'attaque depuis son entrée fracassante dans la LHJMQ provoquée par la décision de Hockey Canada de lui accorder le statut de joueur d'exception.

Ainsi, dès l'âge de 15 ans, il a été autorisé à évoluer dans un circuit junior canadien à l'instar de seulement quatre autres joueurs juniors au pays. Connor McDavid, John Tavares et Aaron Ekblad ont tous ensuite été repêchés au premier rang de la séance de repêchage de la LNH, tandis que Sean Day a pour sa part dû attendre au troisième tour.

Père ému

Après avoir serré dans ses bras son fils après le dernier match des Voltigeurs cette saison, Tony Veleno était très ému lorsqu'il s'est remémoré le parcours de Joe depuis 2015.

« Quand tu regardes l'ensemble de ce qui s'est passé à partir du premier repêchage, répond-il avant de fondre en larmes sous le regard de son garçon. C'est touchant de voir nos enfants grandir comme ça et prendre de la maturité et devenir des hommes. Je suis fier de lui. »

« Ce fut une bonne décision. Ma famille et moi avons discuté et c'est ce que nous voulions. Je voulais vraiment jouer dans la LHJMQ. Les Sea Dogs m'ont bien entouré », répond Veleno dont les débuts dans le hockey junior n'ont pas été flamboyants.

Par contre, ses récentes performances avec les Voltigeurs semblent donner un élan à sa popularité auprès des dépisteurs.

« Il y a plus de dépisteurs ici que de joueurs », soulignait Andre Savard lors de son passage au Centre Marcel-Dionne, dimanche dernier, jour de l'élimination des Voltigeurs. Le dépisteur des Devils est bien sûr aussi l'ex-directeur général du Canadien. Un dépisteur de talent dans l'âme.

« C'est tellement important d'être présent jusqu'à la fin ici, surtout avec l'équipe de Drummondville... »

Ce que veut dire André Savard, c'est que cette équipe regorge de talent. Outre Joe Veleno, trois joueurs des Voltigeurs devraient être repêchés durant les trois premiers tours du prochain repêchage de la LNH.

Olivier Rodrigue est considéré le meilleur gardien junior en Amérique du Nord, selon la centrale de recrutement de la LNH. Le défenseur Nicolas Beaudin a tellement progressé depuis le début de la saison qu'on voit désormais en lui un choix de premier tour. Xavier Bernard, un autre défenseur, est perçu comme un choix de troisième tour. Ces quatre Québécois pourraient donc inciter le Bleu-blanc-rouge à piger dans sa cour, ce qu'il n'a pas fait depuis deux ans.

Selon André Ruel, qui représente les intérêts d'Olivier Rodrigue, le Canadien pourra difficilement ignorer le talent québécois cette fois-ci.

« Je ne peux pas croire qu'ils ne repêcheront pas un ou deux Québécois avec le nombre de choix qu'ils ont, dit l'agent de joueur. C'est une année exceptionnelle pour la Ligue de hockey junior majeure du Québec. Je pense qu'ils devraient faire un effort. Si ce n'est pas l'un de ces quatre joueurs-là, ce sera un autre. »

Le propriétaire Geoff Molson a prévenu ses hommes de hockey qu'un vent de changements doit souffler sur l'organisation. La marge d'erreur des dirigeants est aussi mince que la glace sur laquelle patine Marc Bergevin à deux mois du repêchage.

André Savard estime cependant qu'un directeur général doit préférablement laisser ses recruteurs faire leur travail et ne pas trop s'immiscer dans le dossier, même s'il assiste à quelques rencontres du joueur désiré.

« Un directeur général est à la merci de ses dépisteurs. Marc Bergevin fait le tour des arénas ces temps-ci. Voir un joueur une fois ou deux, ce n'est pas assez. Tu peux intervenir, mais si tu interviens, il faut que tu connaisses le joueur. Sinon, tu n'interviens pas. »

Les dépisteurs du CH Serge Boisvert et Donald Audette ont souvent vu à l'oeuvre Joe Veleno et ses coéquipiers. Ils auront bien sûr leur mot à dire si le Tricolore tranche en faveur d'un hockeyeur québécois. En 2018, en plus de leur premier choix, les Glorieux détiennent quatre choix au deuxième tour.

Joe Veleno attend le dénouement de ce repêchage avec le sourire aux lèvres.

« Ma famille a fait des sacrifices, beaucoup de gens m'ont aidé. Ça va être plaisant au repêchage. »

Et le Canadien?

« Je suis un grand fan. Je les ai regardés toute ma vie à la télé et je suis allé voir beaucoup de leurs matchs. C'est toujours spécial de jouer à la maison. »

Si Joe Veleno aboutit à Montréal, Jonathan Drouin pourra compter sur un allié de taille. Un joueur à qui il pourrait céder sa place au centre...

Hockey

Sports