•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FIFA sanctionne la Russie pour des cris racistes à deux mois du Mondial

Le milieu de terrain Paul Pogba pendant le match amical France-Russie
Le milieu de terrain Paul Pogba pendant le match amical France-Russie Photo: Getty Images / FRANCK FIFE

La FIFA a sanctionné la Russie à deux mois du Mondial, en raison de cris de singe entendus lors d'un match amical entre la Russie et la France à la fin du mois de mars.

La FIFA a confirmé à l'AFP avoir ouvert une procédure disciplinaire contre la Fédération russe de soccer.

« Nous n'avons pas d'autre commentaire à faire pour le moment », a indiqué le porte-parole de la FIFA.

C'est durant le match amical entre la Russie et France (1-3), joué le 27 mars à Saint-Pétersbourg, que plusieurs photographes, dont un de l'AFP, ont entendu des cris racistes visant l'attaquant français Ousmane Dembélé.

Des téléspectateurs en ont également entendu au moment où Paul Pogba a touché le ballon à la 73e minute. Les cris ont été parfaitement audibles, l'espace d'un instant, lors de la retransmission de la rencontre à la télévision française (TF1).

« Nous avons lancé notre propre enquête le lendemain du match [...] pour comprendre ce qui s'est passé, a indiqué mardi le responsable antidiscrimination de la fédération russe (RFU) Alexander Baranov.

« Nous sommes en contact avec la FIFA, nous sommes disposés à leur envoyer ce que nous trouverons, il n'y a pas de problème. »

Interrogée dans la foulée du match, la FIFA expliquait qu'elle attendait notamment le rapport d'un observateur de l'organisation FARE (Football Against Racism in Europe), une organisation non gouvernementale qui lutte contre les discriminations dans le soccer, présent au stade ce soir-là, pour apporter davantage de commentaires.

« Ce qui est inquiétant, c'est que ça ait lieu à deux mois et demi de la Coupe du monde, dans un stade qui va accueillir une demi-finale », avait expliqué à l'AFP le directeur de FARE, Piara Powar.

Les services de la RFU avaient indiqué au départ n'avoir « rien entendu ni enregistré de ce type », selon son responsable du département sécurité Alexeï Tolkatchiov, interrogé par Sport Express à la fin du mois de mars.

Mais « si cette information est confirmée, nous allons bien sûr étudier la vidéo, et tout ce qui s'est passé autour du match, et donnerons notre évaluation ensuite », avait ajouté un autre responsable.

L'affaire est embarrassante pour la fédération russe qui tente d'endiguer le phénomène dans la perspective de la Coupe du monde.

Complot déjoué en Russie

Les autorités russes disent avoir déjoué un complot d'extrémistes visant à perturber le Mondial.

Le groupe extrémiste, déclaré hors-la-loi par la justice russe en 2017, envisageait de travailler avec les membres d'un groupe d'amateurs radicaux appelé TOYS afin de perturber les matchs disputés au stade Samara au bord de la Volga.

Le rapport des autorités russes, publié mardi par l'agence de presse Tass, ne précise pas de quelle façon le groupe comptait s'y prendre.

Avec les informations de Agence France-Presse

Soccer

Sports