•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ricciardo fait le spectacle et gagne en Chine, Stroll 14e

Grand Prix de Chine : les faits saillants

On attendait un duel entre Ferrari et Mercedes-Benz, on a plutôt eu à Shanghaï une victoire inattendue de l'Australien Daniel Ricciardo, qui a offert une leçon de dépassements. Lance Stroll a encore montré son talent à éviter les pièges au premier tour.

Le Québécois a réussi un départ fulgurant, qui l'a vu gagner 6 positions à l'issue du premier tour. La suite a été plus discrète pour le pilote Williams, dans une voiture aux limites maintenant connues.

Lance Stroll (Williams no 18) est au coeur du peloton lors du premier tour du Grand Prix de Chine Lance Stroll (Williams no 18) au coeur du peloton en Chine Photo : Getty Images / Mark Thompson

Après les avoir dépassés dans le premier tour, Stroll a vu les pilotes Force India reprendre l'avantage, et il a terminé l'épreuve au 14e rang, devant son coéquipier Sergey Sirotkin (15e).

« Encore un super départ, j'ai pu gagner six positions. Ensuite, nous sommes allés chercher le maximum de la voiture. Ceux qui ont opté pour une stratégie de deux arrêts en ont eu un gratuit devant nous », a-t-il fait remarquer.

« On pouvait battre Force India, pas forcément en vitesse, mais avec tout ce qui est arrivé.C'est dommage, mais je suis quand même content de ma course », a dit Stroll.

Ricciardo en vedette

Dans ce Grand Prix, l'équipe Red Bull a fait le meilleur choix stratégique en envoyant pour la seconde fois aux puits ses deux pilotes à l'entrée de la voiture de sécurité, au 31e tour, après un accrochage entre les deux pilotes Toro Rosso.

Alors 6e, Ricciardo a entamé une remontée grâce à des pneus plus frais et son sens inné des dépassements.

Sur le podium du Grand Prix de Chine, Daniel Ricciardo soulève le trophée du vainqueur, entouré de Valtteri Bottas (à gauche) et de Kimi RaikkonenDaniel Ricciardo (avec le trophée) entouré de Valtteri Bottas (à gauche) et de Kimi Raikkonen Photo : Getty Images / Lars Baron

Cette sixième victoire en F1 confirme que le pilote de 28 ans est l'homme des chevauchées fantastiques : chacun de ses succès a été acquis lorsqu'il ne figurait pas parmi les trois premiers sur la grille.

« Souvent, vous n'obtenez qu'une seule chance. Et, pour cette raison, j'essaie de profiter de chaque occasion », a expliqué Ricciardo.

« Une fois que j'ai su que j'avais la cadence [à la relance, après la neutralisation], il n'était pas question que je laisse passer cette chance », a-t-il ajouté.

Lewis Hamilton (Mercedes-Benz) a fini au pied du podium, tandis que Sebastian Vettel (Ferrari), victime d'un accrochage avec le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), n'a fini que 8e.

Hamilton revient à 10 points de l'Allemand, qui mène le classement des pilotes, et Mercedes-Benz prend la tête du classement des constructeurs.

« Encore une journée difficile. J'ai essayé de m'accrocher, mais mes pneus étaient finis. Donc je n'avais aucune chance de garder les Red Bull derrière moi. Je n'avais juste pas de rythme, et je me battais avec la voiture », a admis Hamilton.

« Nous sommes sous-performants, mais je ne vais pas me laisser aller, car je sais que la bataille va être rude, a-t-il précisé. Il faut que je retrouve mon niveau normal de performance avant de perdre davantage de points. »

Parti en pole position, Vettel a vu le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes-Benz) le devancer à l'issue de leurs passages respectifs aux puits, puis Verstappen l'a heurté au 43e tour.

Le Néerlandais a écopé d'une pénalité de 10 secondes. Il a ensuite accepté le blâme.

« J'aurais dû être plus patient », a-t-il admis.

Comme à Bahreïn sept jours plus tôt, Bottas est remonté de la troisième place sur la grille à la deuxième à l'arrivée. Kimi Raikkonen (Ferrari) a fini 3e.

Clairement nerveux en ce début de saison, son coéquipier, Verstappen, 20 ans, aurait pu lui aussi jouer la victoire. Une sortie de piste lorsqu'il tentait de dépasser Hamilton au 39e tour et son accrochage avec Vettel ont eu raison de ses chances.

La F1 se déplace le week-end du 29 avril à Bakou, en Azerbaïdjan, théâtre d'une course folle il y a un an, qui avait vu Lance Stroll monter sur le podium, en troisième place.

Classement du Grand Prix de Chine :

  • 1. Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer) en 1:35:36,380, à la moyenne de 191,451 km/h
  • 2. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes-Benz) à 8,894
  • 3. Kimi Raikkonen (FIN/Ferrari) à 9,637
  • 4. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes-Benz) à 16,985
  • 5. Max Verstappen (NED/Red Bull-TAG Heuer) à 20,436
  • 6. Nico Hülkenberg (GER/Renault) à 21,052
  • 7. Fernando Alonso (ESP/McLaren-Renault) à 30,639
  • 8. Sebastian Vettel (GER/Ferrari) à 35,286
  • 9. Carlos Sainz fils (ESP/Renault) à 35,763
  • 10. Kevin Magnussen (DEN/Haas-Ferrari) à 39,594
  • 11. Esteban Ocon (FRA/Force India-Mercedes-Benz) à 44,050
  • 12. Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes-Benz) à 44,725
  • 13. Stoffel Vandoorne (BEL/McLaren-Renault) à 49,373
  • 14. Lance Stroll (CAN/Williams-Mercedes) à 55,490
  • 15. Sergey Sirotkin (RUS/Williams-Mercedes-Benz) à 58,241
  • 16. Marcus Ericsson (SWE/Sauber-Ferrari) à 1:02,604
  • 17. Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari) à 1:05,296
  • 18. Pierre Gasly (FRA/Toro Rosso-Honda) à 1:06,330
  • 19. Charles Leclerc (MON/Sauber-Ferrari) à 1:22,575
  • 20. Brendon Hartley (NZL/Toro Rosso-Honda) à 5 tours

Meilleur tour en course :

  • Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer) 1:35,785 au 55e tour, à la moyenne de 204,871 km/h

Abandon :

  • Brendon Hartley (NZL/Toro Rosso-Honda) : problème mécanique 51e tour (classé)

Course automobile

Sports