•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Revolution a bien pu faire un carton contre l’Impact

Saphit Taïder
Saphit Taïder Photo: Radio-Canada / Simon Lemieux
Olivier Tremblay

BILLET – Ça y est. L'Impact a perdu 4-0 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. L'équipe est redevenue une catastrophe.

Mais non. Mais non.

Tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Il existe des zones de gris, comme nous le rappelle malhabilement l’auteure E.L. James depuis trop longtemps.

Le Bleu-blanc-noir a pris une sacrée taloche, vendredi, après avoir blanchi coup sur coup le Toronto FC et les Sounders de Seattle. Certes, une défaite à Foxborough était tout à fait envisageable avant que la rencontre commence. Mais au point de prévoir quatre buts accordés? Où est le niveau réel de cette équipe?

Un carton rouge peut avoir le dos large. Les Sounders, dans le précédent match de l’Impact, ont même plutôt bien paru à 10 contre 11. Celui de Saphir Taïder, par contre, a tout bousillé.

Déjà, les Montréalais se débrouillaient sans leur premier joueur désigné, Nacho Piatti, qui n’avait pas fait le voyage aux États-Unis en raison d’une légère blessure. Le second, Taïder, n’a joué que 14 minutes au cours desquelles son équipe, sans briller, a joué du soccer efficace.

Quelques minutes à peine après l’expulsion de Taïder (que le joueur a lui-même jugée méritée, soulignons-le), Teal Bunbury a ouvert la marque. Le milieu de terrain des Revs Wilfried Zahibo a eu tout son temps pour repérer son attaquant, tout près de Victor Cabrera.

Long ballon, duel gagné contre Cabrera, but. La physionomie du match change du tout au tout.

Teal Bunbury (à droite), du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, fait trébucher Ken Krolicki, de l'Impact de Montréal.Teal Bunbury (à droite) a inscrit le but gagnant pour le Revolution contre l'Impact. Photo : Winslow Townson/USA Today Sports

Or, avant que l’arbitre expulse Taïder, Zahibo n’a pas particulièrement eu l'occasion de souffler, loin de là. Lorsque le ballon arrivait près de lui, la pression des Montréalais était aussi forte que possible, si bien qu’il a raté quatre des cinq passes qu’il a tentées. Une fois Taïder rentré au vestiaire, Zahibo n’a plus vraiment commis d’impair.

C’est vrai que Cabrera n’a pas connu son meilleur match. C’est vrai qu’Evan Bush a fort mal paru dans sa sortie lors du quatrième but des locaux. C’est vrai que Ken Krolicki, après quelques matchs prometteurs, a cette fois semblé dépassé par les événements. Mais sans Taïder, Zahibo et ses coéquipiers ont eu tout le loisir d’embêter l’Impact. Et la perte de Saphir Taïder, pour les Montréalais, est autrement plus ennuyeuse que celle de Kelvin Leerdam pour Seattle.

La réussite de vos favoris dans le prochain match reposera donc en grande partie sur la façon dont Rémi Garde remplacera l’Algérien, ce week-end, contre les Red Bulls. Jouer au New Jersey, l’Impact connaît : les locaux voudront avoir le ballon, ils joueront avec énergie et ils tenteront des passes audacieuses, mais potentiellement assassines. Le volume de jeu de Taïder aurait été d’un grand secours au Bleu-blanc-noir.

Si on se fie aux changements réalisés en cours de match, vendredi, Louis Béland-Goyette pourrait être une option contre les Red Bulls, qui proposeraient un test intéressant pour le Québécois en ce qui a trait à son placement et à sa discipline. Alejandro Silva pourrait glisser dans l’axe et ouvrir la porte à une titularisation de Chris Duvall sur le côté droit contre son ancienne équipe. Peut-être Garde voudra-t-il même revenir à une défense à quatre, qui sait?

Et soulignons au passage que, même si les Red Bulls auront joué quatre jours auparavant contre les Mexicains de Chivas, l’Impact ne pourra pas espérer le salut ainsi. En mars dernier, Jesse Marsch a présenté une équipe de jeunes aux Timbers de Portland entre deux matchs de Ligue des champions. Les bébés taureaux (les taurillons?) ont abattu les visiteurs 4-0.

Quelques tirs hors cadre…

- Presque six minutes se sont écoulées, vendredi soir, entre le moment où l’Impact a commis une faute dans la surface et l’arrêt d’Evan Bush sur le tir de pénalité que l’arbitre a validé après visionnement de la reprise vidéo. Dire que cette procédure devait offrir « un maximum d’avantages pour un minimum de dérangement »…

- Mine de rien, le Los Angeles Football Club a accordé neuf buts à ses deux derniers matchs, une défaite de 4-3 contre le Galaxy de Los Angeles, puis une dégelée de 5-0 contre Atlanta. Après des débuts tonitruants, le LAFC ressemble de plus en plus à ce qu’il est : une équipe d’expansion.

- Le Fire de Chicago a réalisé son premier blanchissage de la saison avec Bastian Schweinsteiger comme libero dans une défense à trois centraux. Il n’a pas l’air fatigué du tout, le nouveau papa.

- Le Toronto FC peut-il réussir à dompter l’Azteca? La réponse contre Club América, mardi soir.

Soccer

Sports