•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été sans les séries

Brendan Gallagher célèbre son but avec Byron Froese et Nicolas Deslauriers.
Brendan Gallagher célèbre son but avec Byron Froese et Nicolas Deslauriers. Photo: Associated Press / Michael Dwyer
Enrico Ciccone

BILLET - Je peux sans l'ombre d'un doute vous affirmer qu'il y a eu un soupir de soulagement généralisé samedi soir dans le vestiaire après la défaite face au Maple Leafs de Toronto. Le tout mélangé d'un sentiment de gêne et d'humiliation.

Le sentiment de ne plus avoir à enfiler ses patins pour les prochains mois, de ne pas être obligé de penser à son entraînement en gymnase avant la mi-mai, de ne pas avoir d’horaire ni de diète particulière pour un bon moment, c’est apaisant.

Malgré le fait que chaque joueur aura eu l’heure juste de l'entraîneur avant de quitter Montréal, les nuits seront encore très longues pour plusieurs. Échanges, marché des joueurs autonomes, rachats, retraites, etc. feront partie de cette période de repos.

Pour les Gallagher, Byron, Hudon, Mete, Deslauriers, ce sera un bel été. Même si ces joueurs ont une fierté, au bout du compte, ils peuvent se regarder dans la glace sans baisser les yeux.

Jonathan Drouin et Alex Galchenyuk, de face, ainsi que Nicolas Deslauriers, de dos, se rejoignent pour célébrer le but de ce dernier.Jonathan Drouin, Alex Galchenyuk et Nicolas Deslauriers Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les Drouin, Galchenyuk, Lekhonen doivent être étourdis, car ils ont eu une saison digne des plus grands manèges d’un parc d’attractions. Une saison avec des hauts et des bas. Cependant, malgré une saison en queue de poisson, ces joueurs ont eu une fin de campagne digne de leur talent.

Les ajouts en cours d'année, comme Sherbak et Reilly, ont prouvé qu’ils peuvent aider le CH l’an prochain. Rien n’est acquis pour Scherbak, mais je crois au talent de l’individu et je décide de lui donner encore du temps. Il est un possible marqueur de 15 ou 20 buts d’ici peu s’il est bien entouré de solides vétérans qui le mettront au défi chaque jour.

Les Petry, Alzner, Benn, Pacioretty, Price, eux, ne peuvent pas monter dans leur voiture assez vite pour quitter Montréal. Une saison certainement à oublier. Alzner, Benn et Petry ont de loin été les défenseurs les plus décevants, toutes équipes confondues.

Alors que le Tricolore avait grand besoin de leadership avec la perte de Markov et, plus tard, de Weber en raison d'une blessure, ils se sont littéralement effondrés et ont perdu leurs moyens.

Malgré le fait que Petry ait terminé au 4e rang des marqueurs de son équipe et 1er chez les défenseurs avec 42 points, on retiendra sa piètre performance défensive avec un humiliant différentiel de -30. Il a joué tous les matchs cette saison, mais plus souvent qu’à son tour dans un rôle qui n’était pas le sien.

Antti Niemi, Jeff Petry et Karl AlznerAntti Niemi, Jeff Petry et Karl Alzner Photo : The Associated Press / Gene J. Puskar

Je souhaite à Karl Alzner et à Jordie Benn un DG conciliant, car l’offre de rachat est une option dans les deux cas. Bergevin devra faire des heures supplémentaires pour s’assurer de bien les remplacer sinon, par la force des choses, ils seront tous les deux de l’édition 2018-2019.

Les deux piliers de cette formation, Carey et Max, devraient en théorie, et je dis bien « en théorie », bénéficier d’une certaine clémence des partisans et des patrons. Comment peut-on ne pas compter sur deux des meilleurs joueurs du CH des 7 ou 8 dernières années? Si Marc Bergevin leur en donne la chance, ils reviendront dominants l’an prochain.

Les Noah Juulsen, Byron Froese, Daniel Carr et Jacob De La Rose n’ont pas eu l’impact souhaité. Juulsen a du talent, mais n’est certainement pas prêt à jouer sur une base régulière dans la LNH. Froese et Carr, eux, sont simplement sans saveur.

Quant à De La Rose, il a montré signe de vie avec Galchenyuk et Lehkonen en fin de saison. Un contrat d’une saison pour l’an prochain? Pourquoi pas?

Marc BergevinMarc Bergevin Photo : Radio-Canada

Ce qui fait de grands athlètes est la capacité d’oublier rapidement. Il faut avancer et regarder en avant.

Bon été les gars!

Celui qui n’aura pas de vacances cet été est bien entendu Marc Bergevin. « Berg » devra faire des miracles au repêchage de juin à Dallas et le 1er juillet à l’ouverture du marché des joueurs autonomes. Il détient les clés des fourgons blindés de la Brinks.

De l’argent, il en a à sa disposition. Aucune excuse ne sera tolérée de sa part.

À toi de jouer mon Marc... sinon tu sais ce qui t’attend!

Ton 4 %!

Hockey

Sports