•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roy à la place de Bergevin? Il est temps!

Patrick Roy

Patrick Roy

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

BILLET - Marc Bergevin s'est mis dans une impasse. La quasi-totalité des partisans souhaite le voir partir. Le défi, c'est de lui trouver un remplaçant. Et Patrick Roy est de loin le meilleur candidat possible. Je ne serais pas surpris que Geoff Molson n'attende que la fin de la saison pour en faire l'annonce.

Le principal atout de Roy, c’est l’espoir. Et c’est immense.

Dégoûtés

Est-ce que les partisans du Canadien sont déçus? Non. Ils l’étaient en novembre. Dépités, alors? Non plus. Le dépit, c’était en février. Actuellement, les partisans sont cyniques et dégoûtés. Ils ne vont plus aux matchs, ils ferment la télé, la radio. Ils se désabonnent de leur chaîne sportive.

Eh! Est-ce que Geoff Molson peut accepter qu’une importante partie de son public cible soit dégoûtée? Est-ce que la patience est une option? Non! Deux fois non.

L’espoir

Les partisans vivent d’espoir. Ils se prennent souvent d’affection pour une équipe Cendrillon bien plus qu’ils ne le feraient pour une équipe championne. Rappelez-vous la chevauchée de 2010, lorsque Jaroslav Halak et le CH avaient éliminé successivement (et en sept matchs) les puissants Capitals d’Ovechkin et les invincibles Penguins de Crosby.

Vous les aimiez, ces Canadiens-là. Vous les aimiez d’amour, même s’ils n’ont pas remporté la Coupe. Quel beau printemps ça avait été!

Une équipe Cendrillon, une équipe inattendue, qui défie les pronostics, qui rivalise avec les grands alors que personne ne l’attend, c’est une équipe sympathique!

Et c’est ce que le Tricolore peut espérer de mieux à court et moyen termes.

Critiques anticipées

J’entends comme vous mes collègues journalistes, commentateurs et analystes nous dire de Roy qu’il a trop de caractère, qu’il s’intégrerait difficilement à l’organigramme et à la façon de faire du Canadien, qu’il n’a pas d’expérience comme directeur général. Et j’en passe.

Je réponds simplement : et puis?

Roy, c’est l’espoir. Et l’organisation en a désespérément besoin.

Lapidé

Le CH a été lapidé dans les médias ces dernières semaines. Du niveau de jeu au recrutement en passant par les communications et le développement des joueurs, il n’y a pas un élément qui n’ait été descendu en flammes par la presse, les amateurs et les spécialistes.

L’image

Le Canadien doit rétablir son image et ça presse. L’embauche de Roy comme directeur général annoncerait un virage. Roy est encore synonyme d’excellence, de combativité, de caractère. Son arrivée serait perçue de façon très (très, très) positive par les partisans. J’en ai parlé autour de moi. Ça n’a rien d’un sondage scientifique, mais c’est unanime.

Il appartiendra ensuite à Geoff Molson de bien entourer Roy.

Pour le reste, je suis convaincu que « Casseau » a encore son puck chanceux, quelque part, dans un tiroir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !