•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dossier de Chris Froome sur la table du tribunal antidopage de l'UCI

Chris Froome soulève le trophée du vainqueur lors de sa victoire du Tour d'Espagne en 2017
Chris Froome, vainqueur du Tour d'Espagne en 2017 Photo: Getty Images / JOSE JORDAN

C'est désormais le tribunal antidopage de l'Union cycliste internationale (UCI) qui va étudier le dossier et décider du sort de Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France. C'est ce que révèle le journal français Le Monde, vendredi.

Rappelons que Froome a subi un contrôle antidopage au Tour d'Espagne 2017, qu'il a gagné, et le résultat d'analyse s'est avéré « anormal ».

On a décelé des traces de salbutamol, un médicament contre l'asthme, à un « taux de concentration excédant le seuil autorisé », selon les termes utilisés par l'UCI. Le Britannique souffre d'asthme, et pour le traiter, il a déjà obtenu des autorisations à usage thérapeutique (AUT) en 2013 et 2014.

Le dossier a quitté les murs de l'UCI où il était traité par le service juridique compétent (Legal Anti-Doping Services, LADS) pour rejoindre le tribunal antidopage, une structure indépendante créée en 2015.

Le journal Le Monde explique que le service LADS a estimé qu'il n'y avait pas de données objectives permettant d'aboutir à un non-lieu.

Le nom du juge chargé de trancher est connu. L'Allemand Ulrich Haas, un habitué du Tribunal arbitral du sport (TAS), décidera de l'avenir de Froome, selon le quotidien, qui confirme l'information récente du journal L'Équipe.

Reste à connaître la date du jugement. Probablement pas avant le départ du Tour d'Italie, le premier grand objectif de Froome en 2018, prévu le 4 mai.

Selon Le Monde, les différentes hypothèses pour expliquer la concentration anormale de salbutamol ont été rejetées par le LADS. Le Britannique avait le double de la concentration autorisée (1000ng/ml) pour cette substance.

La défense du cycliste n'a gardé qu'une seule stratégie: la remise en cause du test.

La limite des 1000 ng/ml est jugée incontestable par le directeur médical de l'Agence mondiale antidopage (AMA), Olivier Rabin.

« La règle est établie depuis longtemps. Le seuil n'a pas changé, et est déjà passé devant le Tribunal arbitral du sport », a expliqué M. Rabin.

En attendant, Froome continue de s'entraîner sur les pentes du volcan Teide à Tenerife, avant de renouer avec la compétition lors du Tour des Alpes, qui sera disputé du 16 au 20 avril. Ce sera la dernière étape de sa préparation avant le Giro.

Cyclisme

Sports