•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une candidature commune Milan-Turin pour les Jeux d'hiver de 2026

La Suède médaillée d'or au hockey lors des Jeux de 2006 à Turin

La Suède médaillée d'or au hockey lors des Jeux de 2006 à Turin

Photo : Getty Images / YURI KADOBNOV

Radio-Canada

Le Comité olympique italien (CONI) a annoncé jeudi avoir envoyé au CIO une lettre d'intention pour proposer la candidature commune de Milan et de Turin pour l'organisation des Jeux d'hiver de 2026.

Des discussions entre les deux villes et le CONI avaient eu lieu ces derniers jours.

« Le CONI a informé le CIO de sa volonté de poursuivre la phase de dialogue débutée ces derniers mois à propos des Jeux d'hiver de 2026 », écrit le Comité olympique italien dans un communiqué.

« Afin de respecter la date limite indiquée par le CIO et après de nombreuses rencontres et discussions avec les responsables du CIO, le CONI a fait part de ses intentions avec une lettre dans laquelle est signalée la candidature des villes de Milan et Turin », peut-on également lire dans ce communiqué.

La date limite pour la remise de la lettre d'intention est fixée au 31 mars. Les villes autorisées à déposer un dossier complet seront ensuite sélectionnées à l'automne et la lauréate doit être désignée en septembre 2019 à Milan.

Pour l'instant, Sion (Suisse), Calgary (Canada), Stockholm (Suède), Sapporo (Japon) et Schladming/Graz (Autriche) ont fait part de leur intérêt.

Turin a déjà organisé les Jeux d'hiver en 2006, 50 ans après Cortina d'Ampezzo, la station située dans les Dolomites.

Dans sa lettre d'intention, le CONI a par ailleurs rappelé qu'il restait « dans l'attente de la formation du nouveau gouvernement, auquel il soumettra une étude de faisabilité réalisée au début de 2018 ».

L'Italie est plongée dans l'incertitude depuis les élections législatives du 4 mars, avec deux camps revendiquant de gouverner sans avoir de majorité : la coalition de droite menée par la Ligue, arrivée en tête avec 37 % des voix, et le M5S, devenu le premier parti du pays avec 32,7 %.

La mairesse actuelle de Turin, Chiara Appendino, est membre du mouvement M5S.

« Je crois que Milan a tout ce qu'il faut, mais nous ne ferons aucun geste sans le gouvernement ni sans son accord », a expliqué Giuseppe Sala, le maire de Milan, qui a rencontré lundi le président du CONI.

Les discussions pour tenter de former un gouvernement pourraient prendre des semaines.

Avec les informations de Agence France-Presse

Sports