•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondial 2026 : Montréal parmi les trois villes canadiennes retenues dans la candidature nord-américaine

Le stade olympique de Montréal.

Le stade olympique de Montréal

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le comité de la candidature conjointe des États-Unis, du Canada et du Mexique pour l'organisation de la Coupe du monde de 2026 a dévoilé jeudi, à la veille du dépôt officiel de la candidature, le nom des 23 villes qui pourraient accueillir des matchs du tournoi. Montréal, Toronto et Edmonton sont les villes canadiennes retenues.

Dix-sept villes sont situées aux États-Unis, comme Los Angeles, Miami, Washington ou Boston, et trois autres au Mexique, soit Guadalajara, Mexico et Monterrey.

Toutes ces villes ont des stades qui sont déjà construits et opérationnels, a rappelé United Bid, le nom officiel de la candidature américano-canado-mexicaine. La capacité moyenne des stades proposés est de 68 000 places.

« Nous avons confiance dans le fait que cette combinaison de 23 stades de classe mondiale, des 150 sites d'entraînement pour des équipes d'élite et de notre réseau moderne et interconnecté de transports va aider la FIFA à atteindre de nouveaux records de fréquentation et de recettes », a expliqué John Kristick, le directeur général d'United Bid.

Seize villes sur les vingt-trois proposées seront retenues pour organiser cette Coupe du monde, la première à être disputée à 48 équipes.

La candidature commune nord-américaine prévoit 60 matchs aux États-Unis, comprenant tous les matchs à partir des quarts de finale. Le Canada et le Mexique en accueilleraient 10 chacun.

Le Maroc est le seul autre candidat pour le Mondial 2026, dont l’attribution sera décidée le 13 juin.

Montréal toujours dans les plans

En désaccord avec les conditions imposées par le comité de candidature, le gouvernement de Colombie-Britannique a indiqué mercredi que Vancouver, avec son BC Place, ne faisait plus partie de la liste des hôtes potentiels du Mondial 2026.

Appelée à préciser la position de Montréal à la suite de ce retrait, la mairesse Valérie Plante a réitéré jeudi son appui à la candidature nord-américaine, en appelant Québec et Ottawa à soutenir financièrement Montréal si la ville devait être de l’aventure.

« On dit depuis le début que l’événement nous intéresse. C’est un événement mondial qui est couru, vu et apprécié, a lancé la mairesse Plante en point de presse. Mais j’ai toujours dit clairement qu’on n’allait pas aller de l’avant si on n’a pas un partenariat clair avec les autres paliers de gouvernement.

« Pour le moment, ça fonctionne bien, les discussions avancent. Ça doit se faire avec les partenaires des autres paliers pour que, financièrement, ça ne soit pas la Ville de Montréal qui assume tous les coûts.

« Il n’est pas question de refaire une formule E. Ce ne sera pas un événement sur le dos des Montréalais », a conclu Valérie Plante, en faisant référence au championnat de course automobile, cher à l’ancien maire Denis Coderre, auquel son administration a mis fin.

La ministre fédérale des Sports, Kirsty Duncan, a indiqué mercredi qu'Ottawa appuyait « en principe » la candidature américano-canado-mexicaine et a promis, si elle devait être retenue, un investissement de 5 millions de dollars pour « soutenir l'élaboration de plans et de budgets qui permettront de prendre des décisions avisées quant au financement du tournoi ».

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !